11 juin 2011

Graines germées en cause


Après avoir fait couler le commerce des légumes espagnols, voilà qu'on pointe du doigt les graines germées et qu'on impose la fermeture d'un laboratoire.  Il est intéressant de constater que cette mise en avant accusant les produits naturels arrive alors que les remèdes issus de la biothérapie - connus depuis des décennies voire des siècles - doivent subir les mêmes lois que les produits pharmaceutiques issus d'une science en constante mutation, processus qui met en faillite plusieurs petites entreprises dont les produits étaient fort appréciés.


L'ats parle des "graines germées au coeur de l'épidémie". D'autres médias s'expriment dans le même sens. Est-ce que leur mission est vraiment de semer un terrorisme verbal pour attirer des drames sur des entreprises qui font vivre plusieurs familles, voire une région?

Attribuer le problème des bactéries à des produits sains est peu louable. C'est vraiment vouloir diriger l'opinion publique selon une certaine mentalité au lieu de stimuler la population à développer ses facultés critiques. Un journaliste, Michel Verrier, le relève : "Reste que les graines germées n'ont pas conçu la bactérie fatale elle-même"

Alors pourquoi accuser un produit inoffensif alors qu'il vaudrait mieux comprendre comment les bactéries se retrouvent dans une partie de l'Allemagne? Comment ces bactéries peuvent-elles occasionner de telles réactions sur certaines personnes? Car, ce qu'on ne souligne pas quand on parle de bactérie "tueuse" ou "fatale" ou "mortelle", c'est que la grande majorité des malades n'en meurent pas. La bactérie propose et l'organisme dispose!

Evidemment, on parle de se laver les mains, ce qui est judicieux. Toutefois, il faut être conscient que nous sommes entourés de bactéries et que nous ne pouvons pas nous laver tout le temps. De plus, nous en portons beaucoup en nous, capables de se multiplier ou de muter. On ne peut donc pas constamment s'appliquer des hydrothérapies du colon! Par conséquent, ne limitons pas la cause d'une contamination à un seul facteur.

. En outre, si les bactéries se fraient un chemin dans l'organisme de certains individus, c'est bien qu'il y a d'autres facteurs en jeu que le lavage des mains qui,  même s'il joue un rôle n'est de loin pas le seul. Soyons réalistes, c'est tout le temps qu'il y a des petites négligences dans le domaine du lavage des mains alors pourquoi actuellement, ces négligences provoquent-elles de telles conséquences? Une réflexion scientifique se doit de chercher dans une dimension plus large que la dimension linéaire (lavage des mains = bactérie tueuse). il est temps d'intéresser la population à davantage de réflexions et de l'inciter à plus d'observations plutôt que de lui inculquer le réflexe moutonnier de s'abstenir de concombres ou de graines germées.

Il semblerait que des bactéries aussi sophistiquées que celles qui résistent à tous les antibiotiques chimiques connus (c'est là qu'il vaudrait la peine d'appliquer d'autres types d'anti-infectieux comme les huiles essentielles.) ne peuvent pas résulter d'une simple mutation. Une réponse possible relève du génie génétique et nous apprend qu'il y aurait manipulation génétique pour que des bactéries puissent si précisément se munir des moyens de résister à toutes les catégories d'antibiotiques de synthèse. Vous trouverez cela en anglais . Dans son blog tdg, Denis Bloud propose une autre version à ce sujet.  Si la  version de la conception en laboratoire de l'ECEH est correcte, il reste encore à savoir pourquoi une bactérie qui aurait subi des mutations en laboratoire peut se retrouver dans la population et plus particulièrement dans une région d'Allemagne.

Laissons donc aux graines germées leurs merveilleuses valeurs vitales et leurs richesses en oligoéléments et en vitamines. Il est malheureux de s'en priver sous l'emprise d'informations vite formulées, tout en sachant tout de même qu'il est bon de se rappeler que les graines germées doivent être lavées avant l'emploi, ce qui n'est pas forcément de rigueur quand on les achète préemballées.

Commentaires

D'autant qu'on ne nous prouve aucunement que TOUS les malades ont consommé des graines germées ... et si ce n'est pas le cas il y a lieu de continuer de s'inquiéter des autres sources de contamination et surtout de savoir comment cette bactérie s'est retrouvée dans une exploitation déclarée non coupable par les autorités sanitaires. L'ORIGINE reste donc inconnue et a pu contaminer d'autres produits.

Écrit par : Regard | 12 juin 2011

@Marie-France de Meuron,Soyons stoiques,ne paniquons pas devrait être le slogan du jour et recherchons dans les anciens bouquins de médecine ce qui devrait mener à une conclusion logique de tout ce ramdam alimentaire arrivé comme par miracle,un de plus direz vous juste en période d'examens et précédent les grands congés de la Pentecôte ou le Primeur céleste a une sérieuse colère contre les européens mais surtout Suisses ou le fameux rendement à tous vents est en perte d'autonomie,ah ces fameux pets polluant la planète,d'ou l'invention du Grand Génie petit humain tu es capable de par ta production de produire des vents alors pourquoi des éoliennes,tout est remis en place sitot les examens derrière comme par miracles,les seuls coupables ayant esquivé le regard des consommateurs furent les glaces et tandis que tous se penchèrent sur le concombre devenus pénis entretemps etc, l'alerte donnée tous les gros consommateurs de Ice Zebra station ont compris le message radio mais mal décodé par des non experts en matière de décodage,comme quoi quand le soleil se met en colère et décide de se moquer du monde y'a des scientifiques qui doivent rire ces jours,bizutage un de plus hélas,mais ce qui aura permi à beaucoup de se replonger dans le passé et comparer les produits label qualité suisse et le Bio qui eux sont emballés sous vide et au contact de plastics dérivés du Pet,tout n'est pas recyclable éternellement et notre système digestif encore moins
très bonne journée à vous madame

Écrit par : lovsmeralda | 12 juin 2011

permettez que je rajoute ceci en écoutant bien les propos d'une certaines conseillère au national parlant du plan marschall dont tout le monde connait la véritable expression,là mon écoute se transforma illico en recherche de peurs ancestrales dont nous sommes tout de mêmes sortis depuis des décennies mais qui arrangeraient sans doute bien quelques'uns de nos dirigeants,plonger les gens dans la peur est indigne de la part de ceux qui espérent peut-être gagner des galons au palais Fédéral,parcontre leur peur à eux tellement visible permet de trouver des jalons pour mettre en lumière ce qui a échappé à beaucoup,voilà le but initial des infos,faire travailler nos neurones pour débusquer le vrai du faux
excusez la longueur du commentaire défaut professionnel!

Écrit par : lovsmeralda | 12 juin 2011

Carlos, Je supprime votre commentaire qui n'apporte aucun argument au sujet.
De plus, vous n'avez fait aucun effort pour apporter un élément constructif dans une situation dramatique. C'est trop facile d'être à son ordinateur et de s'amuser à éructer contre autrui.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13 juin 2011

Grand merci, Lovsmeralda, pour votre commentaire qui n'est pas trop long et qui soulève le thème très important de la peur. Cette peur qui paralyse les gens comme à l'époque de l'enfance au lieu de stimuler à chercher des solutions.
C'est tellement facile de jeter des légumes plutôt que de voir comment les nettoyer correctement. C'est aussi une réaction très primaire de considérer TOUS les concombres malsains au lieu de faire la part des choses.
Si on a peur des graines germées des magasins, rien n'est plus facile que de faire germer chez soi. De plus, cela prend moins de place que des plantations et c'est très sympathique de voir les pousses naître sous nos yeux!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13 juin 2011

Grand merci, Regard, pour votre réflexion fort judicieuse.
Il est évident que le fait de présenter un bouc émissaire sécurise les gens mais ne correspond pas à la réalité concrète. Une situation comme celle de l'ECEH devrait nous enseigner à prendre du recul face aux mystères et à aller chercher une réponse approfondie. Et souvent, cette réponse est bien plus complexe que celle présentée par les médias, donnée en pâture à la population qui se contente trop souvent de peu.
C'est une tendance très actuelle de pointer du doigt un bouc émissaire pour maintenir la population sous l'autorité dirigeante, qu'elle soit scientifique ou politique.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13 juin 2011

presse et littérature sont un virus hérités de ceux nous ayant transmis par l'oral leur vie,cependant on part sur tous les fronts oubliant le domaine des soins en jachère galopant vers une lente érosion et ce depuis 1964,c'est tellement simple à comprendre qu'il suffirai juste d'analyser les soi disants progrès de l'artillerie lourde utilisée pour les clichés en radiologie juste pour comparer les couts exorbitants de ces appareils réparations comprises et l'engagement de personnels possédant lui une quelconque chaleur humaine,et redonner gout aux apprentis j'allais dire sorciers,médecins pour redécouvrir l'envie de découvrir par eux-mêmes et sans cet outillage monstrueux menant même notre cholestérol à prendre l'ascenseur sans prévenir,les anciens médecins apprirent sur le tas pendant la guerre avaient un don qui ne s'apprend pas hélas bien qu'on essaye de l'enseigner :la psychologie humaine et non celle tirée de machines,un génie dit un jour ,toutes ces machines tueront lentement l'humain il avait raison,et Jésus qui est mon pote depuis la fin de la guerre me dit en riant,t'es comme moi tu aimes parler dans le désert,je pourrais répondre j'ai l'habitude par obligation me suis tue durant 60 ans,rire
bien à vous Madame et toute bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 13 juin 2011

Les commentaires sont fermés.