30 mai 2011

Vaccins : A quand la notice de tout médicament?

Un article publié dans un over-blog a attiré mon attention. Les vaccins étant des médicaments, pourquoi n'y a-t-il pas de documents pharmacologiques joints aux produits?



Excellente question! Combien de parents ont-ils lu une notice accompagnant l'injection si importante d'un vaccin? Ce que beaucoup font pour un antibiotique, pourquoi ne le feraient-ils pas pour une vaccination? Le geste a été et est si banalisé qu'on ne prend pas conscience de l'impact du produit injecté.

Je suis toujours stupéfaite d'entendre les mères dire «Mon enfant a reçu les vaccinations obligatoires », sans même savoir desquelles il s'agit ou sans même connaître les réelles conséquences objectives de ces maladies - et pas seulement le risque d'une éventuelle agravation qui atteint souvent des individus déjà affaiblis, auquel cas la vaccination suscite aussi des réactions.

Par conséquent, cette article suggère une notice que chaque emballage d'ampoule de vaccin devrait contenir:

«  les études décrivent essentiellement les effets biologiques et physiologiques des médicaments sur le corps, ainsi que leur absorption, leur distribution, leur métabolisme et leur élimination (ADME : Absorption, Distribution, Métabolisme, Excrétion = 4 processus en pharmacocinétique) ».

Il est temps que le peuple se réveille et que chacun sache la portée de chaque injection vaccinale et pas seulement le risque de la maladie que l'on essaie d'éviter.

 

Commentaires

@Marie-France de Meuron,souvenez vous du temps ou tout homme mobilisé voyait une seringue venir se poser en jet de fusée directement et sans avertissement directement dans son coeur,oui pas moyen d'y échapper ce que vous dites est absolument juste ,faire confiance les yeux fermés à tout ce qui nous était proposé devait sans doute faire partie d'un programme génétiquement bien développé ayant pris naissance déjà en 39,il nous en aura fallu du temps pour nous réveiller,mais tout était si bien orchestré par le modernisme se développant tout aussi rapidement qu'avec Internet et c'est seulement maintenant qu'on réalise enfin qu'en 40 ans on avait progressé comme jamais auparavant ce qui ne sera sans doute jamais plus,faute d'imagination constructive comme celles de nos anciens,le génie humain s'étant peu à peu éteint tout comme le régiment du Génie à l'armée,les régiments dissous notre pays a tellement somatiser ses soldats qu'il ne sait plus comment se diriger,notre Général Guisan n'en reviendrait pas depuis l'Expo de 64 c'est comme si un sentiment de défaitisme s'était abattu sur beaucoup,hé oui elles coutent nos expos et nos descendants fatigués de rembourser des dettes étatiques sont maintenant pris au piége des beaux yeux des scientifiques médicaux du rendement à tous prix
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 30 mai 2011

il faut savoir qu'aucn vaccin n'est obligatoitre en Suisse, mais les pédiatres disent :" il faut le faire, Madame". Il y a en effet une grande ignorance dans le public en général sur les vaccins que reçoivent leurs enfants.
Et les pédiatres prenent rarement le temps d'en parler. Ce qu'ils en savent du reste leur est dicté par les compagnies pharmaceutiques.

Écrit par : BERTHOUD FRANCOISE | 30 mai 2011

@Marie-France de Meuron à votre question au sujet des notices absentes pour les vaccins alors qu'elles existent pour les médicaments,le site de François Sibenthal donne une réponse très complète du pourquoi concernant ce manque d'informations et l'on peut comprendre la raison qui pousse les laboratoires à ne pas divulguer l'origine des souches utilisées

Écrit par : caramel | 20 juin 2011

Merci beaucoup, Caramel, de nous faire connaître François de Siebenthal.
Parmi ses blogs, je n'ai pas trouvé la réponse que vous citez. Pourriez-vous m'en donner le lien exact. SVP
Belle journée à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 juin 2011

@Marie-France de Meuron:voici le texte tapé sur la barre m'ayant permi d'accéder à ce blog:les souches de foetus humains pour les vaccins,en général grâce a la méthode Channel je vais illico au but des réponses suite aux questions me titillant trop l'esprit, tout en essayant malgré tout de rester objective,voilà j'espére avoir répondu à votre requête
bonne soirée à vous Madame

Écrit par : caramel | 21 juin 2011

Un grand merci, Caramel, pour votre citation.
J'ai enfin trouvé le site concerné :
http://desiebenthal.blogspot.com/2009/08/vaccins-avec-cellules-embryonnaires.html

Écrit par : Marie-France de Meuron | 22 juin 2011

@Marie-France de Meuron,dans les grands moments de doute il est bon de pouvoir rendre service,votre nom si familier est un repère dans ce désert estival cependant pour en revenir aux vaccins un jour une affirmation face à un humain carrément de mauvais poils,je me dis tiens voilà encore une victime de l'aiguille qui se retourne inconsciemment pour exprimer cette injection faite contre sa volonté,ceci en rapport avec ces campagnes hivernales auxquelles furent rajoutées des vaccinations contre les difficutés respiratoires suite aux fameux vaccins de la grippe et ce sur les personnes âgées qui moururent les unes après les autres,on avait connu la fameuse solution finale on n'ose exprimer le ressenti qui suivit ces hecatombes!on ne peut qu'essayer de comprendre du moins pour ceux qui ont envie et penser amèrement ,les installations ultra modernes payés les vieux vous n'intéressez plus personne,acerbe direz vous me concernant,non malheureusement trop réaliste de cette fumisterie qu'est aussi cette odieuse mondialisation qu'on peut aussi transcrire par manipulation mentale à laquelle malgré nous par force nous devons nous adapter sinon point d'espoir serait-on tenté d'ajouter
bien à vous Madame et bonne journée

Écrit par : caramel | 22 juin 2011

Il y a quelques mois, j'ai envoyé ce texte sur le vaccin HPV à la Tribune de Genève, "Courrier des Lecteurs". C'était rejeté - trop controversable et allant contre la politique sanitaire suisse. Le groupe de recherche est ARTAC (Association de recherche thérapeutique contre le cancer - www.artac.info)et l'expert est Pr Luc Montagnier.

En Suisse, le vaccin HPV sera offert gratuitement aux jeunes de moins de 26 ans (Tribune du 18.03.2011). Un groupe de recherche scientifique indépendant, dont faisait partie un des experts mondiaux des virus, déconseille la vaccination de masse de jeunes filles dans les pays où il existe une faible taux de mortalité du cancer du col de l’utérus. Pour protéger contre ce cancer, le dépistage systématique est plus efficace. Si on décide de se faire vacciner contre le HPV, il faut absolument s’informer des effets secondaires. Quatre ans et demi après l’approbation de ce vaccin aux Etats-Unis, 20 978 réactions contraires ont été enregistrées et 89 décès associés à ce vaccin. Depuis 2010, le «Centers for Disease Control and Prevention» (CDC) aux Etats-Unis, recommande le vaccin HPV pour les garçons dès l’âge de onze ans. Cette tendance vers de plus en plus de vaccinations de masse à un âge de plus en plus jeune est inquiétante. Entre le jour de la naissance et 18 ans, le CDC recommande pour les enfants aux Etats-Unis 70 doses de 16 vaccins différents.

Écrit par : Meris Michaels | 25 juin 2011

Les commentaires sont fermés.