21 mai 2011

Rougeole: imposition du vaccin?

Tel est le titre de l'article TdG paru le 19 mai. Deux ans avant, nous avions eu droit à un titre similaire :" Imposer le vaccin contre la rougeole?"



C'est dire que la réflexion n'avance guère. Pas étonnant car il n'y a aucune participation de tous les médecins et scientifiques qui démontrent bien que le problème n'est pas si linéaire : maladie = vaccination. La façon de nous présenter le sujet est aussi très limitative : « la maladie n'en finit pas de revenir ». Et alors? ce retour chaque printemps a un sens. L'attribuer à la cause des non-vaccinations est aberrant. Cela fait des siècles que la rougeole existe et on s'étonne qu'elle revienne.

Bien sûr, il y a cette décision arbitraire prise dans une salle de conférences de l'OMS qui veut supprimer la rougeole. Mais tous ces experts bien assis peuvent-ils se rendre compte de ce qui se passe sur le terrain? Evidemment, ils se basent sur les statistiques mais, comme nous le disait si bien un professeur de chirurgie: « la statistique est au médecin ce que le réverbère est à l'ivrogne, il le soutient plus qu'il ne l'éclaire ».

C'est un peu raccourci de dire que la vaccination fait fuir la rougeole alors que les épidémies se densifient et surtout que l'âge de la maladie ne fait que se déplacer, vers des bébés plus jeunes, ce qui n'est vraiment pas recommendable, et vers des adultes, ce qui donnent des pathologies bien plus pénibles. De plus, la vaccination ne produit pas une immunité aussi puissante que la maladie et les anticorps transmis aux nouveaux-nés ne sont pas aussi efficaces.

Je regrette aussi que l'auteur de l'article se contente de balayer ceux qui refusent la vaccination par le qualificatif de « idéologiques ». Ce n'est justement pas à cause d'idées qu'ils refusent de vacciner mais à cause d'expériences. Les idéologues sont plutôt ceux qui croient pouvoir dominer la maladie par une démarche dogmatique qu'ils voudraient même imposer à autrui.

 

Commentaires

On est bel et bien en Suisse ...

"C'est dire que la réflexion n'avance guère."

Y'a pas le feu au lac de bleu ... sauf pour les malades !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21 mai 2011

Pour réfléchir, il faut être intelligent, il faut un certain intérêt ... ce qui manque en Suisse.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21 mai 2011

Excellentes réflexions, que l'on pourrait appliquer à l'ensemble des problèmes sociaux. la définition de la statistique par votre professeur de chirurgie est d'une rare pertinence...
Ma mère, âgée de sauf erreur 86 ou 87 ans s'est vue offrir un vaccin anti-grippe par son médecin. Pensez-vous, elle aurait pu risquer de mourir d'une grippe ! Elle a donc accepté. Piqure le matin, complétement bloquée l'après-midi. Elle n'a plus jamais marché de sa vie et est morte à 92 ans, après s'être plainte tous les jours d'être encore en vie....
Le et les médecins ont toujours refusé avec horreur la moindre correlation avec le vaccin anti-grippe. Je me suis occupé de ma mère lors de sa dernière année de vie et j'ai eu de très nombreux contacts avec les auxiliaires et infirmières du CMS de ma région. Beaucoup d'entre elles m'ont parlé d'expériences similaires avec d'autres patients. Les médecins mentent à longueur de journée. Il faut les consulter uniquement pour tout ce qui touche à la chirurgie et se cultiver beaucoup sur les maladies pour pouvoir obtenir le meilleur d'eux quant au reste. Mais cela ne vous empêchera pas de mourir...
La vaccination contre la grippe est obligatoire pour le petit personnel dans les grandes entreprises, banques, hopitaux, chimie, etc...
Si ce n'est pas 1984, cela lui ressemble beaucoup.
PS. Après le tabac, l'alcool. Et après l'alcool, l'interdiction de la baise et du sport ?

Écrit par : Géo | 21 mai 2011

Je vous remercie beaucoup, Géo, pour votre témoignage très poignant et qui en dit long sur toutes les souffrances endurées en famille.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 mai 2011

Il y a quelque jours, j'ai croisé une amie avec son bébé de tout juste 12 mois. Après quelques minutes de discussion nous sommes arrivé au sujet sensible des vaccins. Pourquoi j'ai l'impression que quant on aborde ce sujet avec une approche différente de la majorité des gens, on a le sentiment d'être un marginale?
Elle me raconte fièrement que son bambin avait reçu tous les vaccins. Je lui ai alors dit que le mien ne recevrait plus aucun vaccin et que j'en avait lu et entendu bien trop pour imposer ça à mon enfant. Elle me répond que plus on en lit et moins on veut savoir !!! Bonjour l'autruche !!!
Comble de l'ignorance, elle me dit que son fils avait également reçu le vaccin de l'hépatite B au cas où la famille devait voyager...
A en pleurer !

Écrit par : Bruno | 24 mai 2011

Les commentaires sont fermés.