11 mai 2011

Vaccination et homéopathie

Il est connu que les homéopathes sont précautionneux voire réticients au sujet des vaccins.

Sur quoi se basent leurs réflexions?


 

 

 

Précisons tout d'abord qu'il y a différents courants d'homéopathie, aussi divers qu'il y a de courants dans la religion chrétienne.

Je me réfère ici au courant uniciste, lequel cherche le remède qui corrige la faille énergétique la plus profonde du malade, faille qui présente différents signes de déséquilibre accompagnés de particularités bien personnelles.

L'homéopathie est pratiquée depuis deux siècles. Les praticiens ont donc eu le temps de collecter une masse d'observations et ont pu reproduire énormément d'expériences d'un bout à l'autre de la planète. Les vaccins sont effectivement venus plus tardivement mais le recul est tout de même de plusieurs décennies.

L'art d'interroger est très poussé en homéopathie et les réponses seront hiérarchisées selon leurs degrés d'importance. Au premier degré se trouvent les réponses qui concernent la question : à la suite de quoi avez-vous commencé à ressentir votre malaise? Les réponses sont relativement faciles à donner lorsqu'il s'agit de cas aigus. Et là interviennent les vaccins car il n'y a rien de plus aigus, du même ordre que les accidents ou les piqûres d'insectes.

Déjà dans le grand public nous entendons des mères dire : « tout allait bien puis commencèrent les vaccins. »

En homéopathie, la collecte des observations a permis de rassembler une liste non exhaustive de remèdes qui soignent de manière appropriée les suites de vaccinations. La difficulté de la prescription d'un remède vient du fait qu'il faut choisir, entre divers remèdes, celui qui correspond le mieux au patient. Quand le remède indiqué est adéquat, les résultats très rapides montrent bien la relation entre le vaccin et les symptômes qui en découlent. Plus le cas est aigu, plus la réponse le sera aussi (cela fait aussi partie de la loi de la similitude, base de l'homéopahtie)

Face aux nombres de cas qu'il faut soigner suite à des vaccinations, il est normal que les homéopathes soient précautionneux.

En revanche, le vaccin peut être indiqué dans certaines situations mais il dépend alors d'un geste médical et non d'une démarche collectiviste. De plus, parents et médecins observeront soigneusement l'enfant dans le mois à venir afin de parer à toute réaction suspicieuse.

 

Commentaires

@Marie-France de Meuron ,il est heureux de constater les résultats obtenus par des médecins scientifiques d'ici quelques années cette question ne se posera plus,à chacun son médicament et vaccin,tout sera personnalisé une question demeure pourtant est-ce un bien ou un mal j'y vois comme un abandon de la réalité de chercheurs se projetant dans le futur pratiquant l'obscurantisme si propre à leurs professions et laissant de coté les problémes majeurs concernant le moment présent,on serait presque tenté de dire à haute voix ce que beaucoup pensent tout bas,en attendant débrouillez vous avec les moyens du bord!seule consolation les primes maladie prennent l'ascenseur,alors autre question est-ce pour favoriser ses recherches couteuses soit,mais de grâce qu'elles ne se fassent pas au détriment des humains que nous sommes tous turbinant 24 heures sur 24 et ce à l'année!
bonne journée à vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 11 mai 2011

Franchement lire des conneries pareille en pleine flambée de rougeole, c'est à se tapper la tête contre les murs.

Vous faites vraiment partie d'une secte, qui porte atteinte à la santé publique.

Écrit par : djinius | 11 mai 2011

@djinius,relativisons tout de même au sujet de la rougeole nous enfant on l'a attrapée,les vaccins n'existaient pas la saleté régnait en maitre et peut-être est-ce la raison qui fit qu'aucun enfant ne mourut,sans doute on ne peut comparer les époques,malgré tout les adultes d'antan avaient un bon raisonnement,placer l'enfant en milieu contagieux afin qu'il attrape toutes les maladies dites enfantines ,la nature permettait à l'enfant de développer ses anticorps et le rendait d'autant plus résistant,mais encore une fois le salpêtre régnait en maitre ,les logis sans eau chaude ,des céréales contaminées Nestlé arriva enfin pour nous donner de quoi manger normalement car souvent le ventre creux,n'ayez donc pas peur de la maladie,sinon ce sont vos propres angoisses qui vont vous rendre malade,désolée pour la longueur du texte!

Écrit par : lovsmeralda | 11 mai 2011

Djinius, En tant qu'anonyme, vous ne faites pas beaucoup d'effort pour exprimer une pensée. C'est tellement plus simple de lancer une insulte et une accusation,
tout en parlant de flambée, reprenant par là un mot très démagogique.
C'est vrai qu'à force de vous taper la tête, il ne doit plus y avoir beaucoup de cervelle pour étudier ce que vous ne connaissez pas, pour aller à la rencontre de ceux qui expérimentent avec succès d'autres chemins.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 mai 2011

Oui vous avez raison, je vais reprendre une gellule de sucre - pardon d'HOMEOPATHIE - cela va m'aider.

Écrit par : djinius | 11 mai 2011

Djinius, je préfère cet humour.
Sachez qu'il s'agit de globules ou de granules pleins alors que les gélules en soi ne sont que le contenant d'un produit actif.
D'autre part, les globules sont imbibés de principe actif que l'on peut mesurer par des mesures physiques car, à partir d'une certaine dilution, il ne s'agit plus que d'énergie. On peut prendre pour exemple les fils de cuivre qui conduisent l'électricité. C'est eux que l'on voit alors que c'est l'électricité qui agit.
Bonnes études!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 mai 2011

Lovsmeralda,
merci pour la longueur de votre texte!
Vous mentionnez bien que les maladies infantiles ont eu leurs places pendant des générations. Pourquoi ne les auraient-elles pas aujourd'hui? Certes, on peut les influencer mais il faut avoir alors la rigueur scientifique pour aller voir toutes les répercussions que cela implique, pas seulement des statistiques faites en cochant des cases.
De plus, les conditions d'hygiène n'étaient pas des meilleures.
Et pourtant, nous sommes tous là des décennies après.
La santé est d'une grande complexité et vouloir modifier un élément sans tenir compte des autres n'est plus de notre siècle ou la physique quantique nous amène de nouveaux observations avec de nouvelles déductions.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 mai 2011

Les commentaires sont fermés.