07 mai 2011

Questions sur la culpabilité de Ben Laden dans l'attentat du 11 septembre

L'association "le 11 septembre en Question" a pour but de rechercher le plus scientifiquement possible les éléments qui concernent tout ce qui entoure le 11 septembre. Leur texte ci-dessous nous apporte le résultat de recherches concernant la non-inculpation de Ben Laden aux attentats de cette date fatidique. On peut constater que la vérité n'est pas aussi simple et simpliste que celle qu'on veut faire gober au public.


Association www.11septembre.ch
Le 11 Septembre en Question contacts@11septembre.ch


Points clés concernant Oussama Ben Laden

1. Ben Laden n'a jamais été inculpé par les autorités américaines pour les
attentats du 11 septembre 2001, faute de preu
ve.
Ben Laden n'est toujours pas inculpé par les autorités américaines pour les attentats du 11
Septembre. En effet, s'il figure bien dans la liste des dix criminels les plus recherchés sur le
site officiel du FBI, Ben Laden y est présenté comme un suspect dans les attentats contre
les ambassades américaines de Tanzanie et au Kenya (1998) mais pas pour les attentats
du 11 Septembre.
Le 5 juin 2006, l'écrivain et journaliste Ed Haas contacte le siège du Bureau d'Enquête
Fédéral, demandant pourquoi, alors que ben Laden était recherché pour les attentats des
ambassades US en Tanzanie et au Kenya, l'affiche n'indique pas qu'il est recherché à propos
des événements du 11/9.
Rex Tomb, Chef du bureau de recherche au FBI répond : « La raison pour laquelle le 11
septembre n'est pas mentionné dans l'avis de recherche sur Ousama ben Laden est qu'à
ce jour, le FBI n'a pas de preuves formelles de l'implication de ben Laden dans ces
attentats. » Invité à s'expliquer plus en détail, Tomb a répondu : « le FBI rassemble les
preuves qui sont ensuite communiquées au Département de la Justice. Ce dernier décide s'il y
a suffisamment de preuves à présenter à un jury d'accusation. Dans le cas des attentats de
1998, ben Laden a été formellement inculpé et son cas présenté devant des jurés. Dans le cas
du 11 Septembre, il n'a pas été formellement accusé, car le FBI n'a pas de preuves impliquant
ben Laden dans les attentats de 9/11. »
Les vidéos de la confession de Ben Laden ne sont donc pas des preuves suffisantes???
Pendant ce temps, les hauts dirigeants américains affirmaient que les États-Unis avaient « une
abondance de preuves » reliant Ben Laden à l'attaque terroriste (Le Monde 25/09/01 ; BBC,
26/09/01), mais jamais le gouvernement américain n'a présenté la moindre preuve tangible.
Quant à la Commission d'enquête, elle s'est appuyée sur les seules déclarations de Khaled
Sheikh Mohammed pour présenter les attentats comme ayant été commandités par Oussama
Ben Laden. Or, les aveux" de Khaled Sheikh Mohammed sont des informations de troisième
main dont la véracité est incertaine, ainsi que le reconnaissent les président et vice-président
de la Commission eux-mêmes.

2. Les "vidéos de Ben Laden" régulièrement présentées comme preuve
indiscutable de sa culpabilité, sont en réalité falsifiées ou fortement sujettes à
caution.

Aucune des vidéos de Ben Laden ne peut donc être considérée comme assurément
authentique. Alain Chouet, ex-directeur du Service de renseignement de sécurité à la
DGSE discours d'Alain Chouet au Sénat, le 29/01/10, discours sur le thème "Où en est
Al-Qaida").
Les 2 prétendues "vidéos-confession" ne font pas office de preuve!?!
La première « vidéo-confession » apparaît le 13 décembre 2001. Elle fut mystérieusement
retrouvée par la CIA dans une maison en Afghanistan, puis elle fut traduite par le Pentagone
pour être ensuite diffusée dans le monde entier et considérée par les médias comme la preuve
de la culpabilité de Ben Laden (BBC, 14/12/01 ; FOX News, 14/12/01). Il y affirme qu'il
avait personnellement planifié les attentats dans leurs moindres détails.
Or, il apparaît aujourd'hui que cette vidéo est un faux ou un montage douteux. Voici ce
qu'en dit le Grand Reporter Eric Laurent, auteur d'une enquête très approfondie sur le 11 Septembre,
dans une interview sur France 2 : « lorsque l'on regarde la cassette originale arabe et la traduction
qui en a été faite ensuite, on s'aperçoit qu'il y a des ajouts (...) qui tendent à confirmer en effet la
responsabilité de Ben Laden » (France 2, « Tout le Monde en Parle », 7/06/03, min 23:06).
Tous les experts qui ont pris la peine de vérifier la traduction de la bande arrivent à
cette même conclusion :
· Le Dr. Abdel El M. Husseini, linguiste et spécialiste du Moyen-Orient, a constaté dans
une expertise pour le magazine télé allemand Monitor que « les passages (...) qui sont
censés prouver la culpabilité de ben Laden, ne sont pas identiques aux paroles arabes »
(Monitor, 20/12/01).
· Gernot Rotter, professeur d'Etudes Islamiques et Arabes à l'Université de Hambourg,
affirme dans une interview : « Vous ne pouvez pas utiliser [cette video] comme preuve. Les
traducteurs américains (...) ont manifestement ajouté des choses qu'ils voulaient entendre à
beaucoup d'endroits » (Monitor, 20/12/01).
· Bruce Lawrence, directeur du Centre des Etudes islamiques à l'Université Duke aux
Etats-Unis et expert de Ben Laden, est formel : « C'est un bidonnage » (interview,
16/02/07). Il ajoute que nombreux sont ceux qui ne sont pas dupes au sein même des
sections « Ben Laden » de la communauté américaine du renseignement.
De plus, la ressemblance entre le Ben Laden que nous voyons sur cette vidéo et les
images assurément authentiques de Ben Laden ne saute pas yeux!
Selon une source proche des services secrets français, certaines expressions du Ben Laden des
vidéos de 2004 et 2007 ne colleraient pas avec les mimiques recensées « notamment lorsqu'il
lève ses sourcils de manière alternée, c'est une expression inconnue. Nous ne pouvons donc
exclure l'utilisation d'un sosie » (Figaro Magazine, 14/10/07).

Une deuxième et ultime « vidéo confession » apparaît le 29 octobre 2004, soit, étonnante
coïncidence, quatre jours avant les élections présidentielles américaines de 2004 qui virent Bush
se faire réélire
. Ben Laden y revendique une seconde fois les attentats du 11 Septembre et menace les
Etats-Unis de nouvelles attaques. Nombre d'analystes politiques s'accordent alors à dire que cette
vidéo est du pain béni pour Bush en cette période électorale (CNN, 29/10/04 ; Fox News,
29/10/04), ce que les sondages confirmeront les jours suivants (Telegraph, 31/10/04) ... à tel point que
John Kerry, le candidat Démocrate, attribuera son échec à l'intervention de Ben Laden : « Nous
montions dans les sondages jusqu'à ce que la cassette apparaisse [puis] nous sommes descendus »
(MSNBC, 30/01/05).
Compte tenu du flot d'opérations de désinformation menées depuis le 11 septembre 2001, la
publication de cette vidéo doit être appréhendée avec précaution. L'idée d'une fabrication
totale n'est une nouvelle fois pas à exclure. A cet égard, comme le note le site
whatreallyhappened.com, le Ben Laden de la « vidéo confession » de 2004 semble avoir un
nez plus large que l'original et des joues de forme différente. Certains journalistes
vedettes de grands médias américains suspectent tout bonnement le stratège politique de
Bush, Karl Rove, d'être à l'origine de cette cassette
Oussama Ben Laden apparaît dans une troisième vidéo le 8 septembre 2007. Cette fois-ci, il ne fait
aucune référence aux attentats du 11 Septembre mais annonce une intensification des actions d'al-
Qaida en Irak.
L'hypothèse d'une manipulation semble très probable sur cette vidéo qui comporte de
nombreuses bizarreries. Première bizarrerie : 1 minute et 56 secondes après le début, l'image
vidéo se fige tandis qu'on continue à entendre Ben Laden parler. Elle reprend à 12:29 et se fige
à nouveau et définitivement à 14:01. Au total, cette bande de 26 minutes compte à peine 4
minutes d'images animées.
Deuxièmement, comme le note le directeur adjoint de la rédaction du Figaro Pierre Rousselin,
« la précédente vidéo (...) était intervenue à la veille des élections présidentielles de 2004 et
avait bien aidé Bush face à Kerry. Cette fois-ci, l'image du chef d'al-Qaida [dans laquelle il
annonce une intensification des actions en Irak] apparaît juste avant le débat au Congrès sur
la stratégie américaine en Irak [6]. Curieuse coïncidence » (Figaro, 10/09/07).
Et les similarités entre les vidéos de 2004 et 2007 ne s'arrêtent pas là. Le Dr. Neal Krawetz,
expert en investigation numérique, note que les deux vidéos furent filmées dans le même
studio avec une mise en scène et un cadrage identiques, que Ben Laden porte la même
tenue vestimentaire et que son visage est resté parfaitement inchangé 3 ans après. Seule
la barbe est raccourcie et teinte en noir (Neal Krawetz, 9/09/07). Le journaliste Marc Durin-
Valois fait ce même constat dans un article publié dans le Figaro Magazine (Figaro Magazine,
14/10/07). Il note également que la posture du dos et la position des mains sont identiques sur
les deux vidéos. Le Dr. Neal Krawetz conclut son analyse ainsi : « Quelles sont les chances
que rien n'ait changé, excepté sa barbe en trois ans ? Pratiquement aucune. [La vidéo de
2007] semble avoir été enregistrée trois ans auparavant » (Neal Krawetz, 9/09/07).

3. Ben Laden a nié à plusieurs reprises toute implication dans le 11 Septembre
La revendication des attentats du 11 Septembre par Oussama Ben Laden est communément
présentée comme un fait incontestable. Or, dans les semaines qui suivirent les attentats, Ben
Laden avait à plusieurs reprises nié toute implication. Exemples :
· Le 16 septembre 2001, dans un communiqué diffusé sur la chaîne d'information
internationale Al Jazeera (la « CNN » arabe) et relayé par plusieurs médias
occidentaux (Associated Press, 16/09/01 ; CNN, 17/09/01 ; Washington Post,
17/09/01),
· il déclare : « Je voudrais dire au monde que je n'ai pas orchestré les récents
attentats [...]» .
· Ce même jour, l'agence Afghan-Islamic Press reçoit également un démenti dans lequel
Ben Laden affirme : « Les Etats-Unis pointent le doigt sur nous, mais je déclare
catégoriquement que je ne l'ai pas fait » (Reuters, 16/09/01 ; Daily Telegraph,
16/09/01 ; The Independent, 16/09/01 ; BBC News, 16/09/01 ; CBS, 16/09/01 ;
Guardian, 17/09/01 Le Monde, 18/09/01).
· Le 28 septembre 2001, dans une interview donnée au quotidien pakistanais Ummat,
Ben Laden explique une nouvelle fois qu'il n'est « pas impliqué dans les attentats du

11 Septembre ». Il précise : « Les Etats-Unis devraient rechercher les auteurs de                                                                                       ces attentats en son sein » (Ummat, 28/09/01).


4. Le gouvernement américain voulait-il réellement capturer Ben Laden?

Du 4 au 14 juillet 2001, Ben Laden est hospitalité à l'Hôpital américain de Dubaï. Il
souffre d'une infection rénale, nécessitant des dialyses, et de complications au foie. Alors que
sa tête est mise à prix depuis trois ans par les Américains (qui auraient d'ailleurs eu de
nombreuses occasions de s'en emparer, mais ne l'ont jamais fait...), le chef d'antenne de la
CIA à Dubaï, Larry Mitchell, vient lui rendre visite, de même que des personnalités
saoudiennes et émiriennes. (Mitchell, ayant un peu trop parlé de cette visite, sera rappelé à
Washington.)
Et c'est cet homme malade qui aurait déclenché, du fond d'une grotte perdue dans les
montagnes afghanes, le plus grand attentat jamais commis contre les USA ?
« Seuls les services secrets et leurs chefs en exercice - ou ceux qui, retraités, ont toujours
une influence dans les organisations de l'Etat - ont la capacité de planifier, organiser et
conduire une opération d'une telle ampleur. (...) Oussama Ben Laden et Al-Qaïda ne
peuvent pas être les organisateurs ni les acteurs des attentats du 11 Septembre. » (Général
Loenid Ivashov, ancien chef des Forces Armées russes) Comme beaucoup de leurs anciens
confrères, Robert Baer et William Christison, membres de la CIA durant plus de vingt ans,
partagent pleinement ce point de vue.
Il convient également de rappeler ici les liens importants qui lient depuis longtemps le clan
Bush (le père - qui fut directeur de la CIA en 1976 et 1977 - et les fils George W., John,
gouverneur de Floride, Neil et Marvin) au clan Ben Laden, ainsi qu'à d'autres familles
saoudiennes, par le truchement non seulement du pétrole, mais aussi du fond d'investissement
Carlyle, lié à l'Armement et à la Défense. Carlyle est l'un des plus importants fournisseurs du
Pentagone. Au moment de l'attaque du WTC, plusieurs membres de la famille Ben Laden
(discrètement sortis des USA deux jours plus tard) participaient justement à un Conseil
d'Administration du fond d'investissement. Les liens étroits et multiples que la famille Bush
entretient avec plusieurs magnats saoudiens (dont Salem Ben Laden, frère d'Oussama) sont
révélateurs de l'interpénétration du monde des affaires et de la politique du gouvernement.
« Oussama Ben Laden a été le deus ex machina qui a permis de détourner l'attention de la
planète, de la distraire du désastre (...) Il fallait créer un grand ennemi et cet ennemi
intermédiaire s'est appelé Islam. » (Giulietto Chiesa, journaliste et parlementaire italien)


Textes tirés de Reopen 911.info et de notre dossier de presse paru en 2008:
"11 septembre 2001, 7 ans plus tard où en est-on?"

Commentaires

A tous les lecteurs : Nous voici entrés dans une deuxième génération de pseudo : usurper le nom de quelqu'un d'autre pour affirmer une divagation.
L'assassinat de Ben Laden est un événement très grave et seuls les anencéphales n'en prennent pas conscience. Il est dommage que la culture scolaire et informatique mène des personnes à un tel degré d'inepsie.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 07 mai 2011

Il est intéressant de constater que le jeu d'usurpation continue avec d'autres noms. L'écart est énorme entre le sujet de ma note et les divagations. Cela démontre bien combien certains ne tolèrent pas la vérité puissante et se débattent avec des bassesses.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08 mai 2011

Alors comment l'Islam s'est-il répandu sur la moitié de la planète, avec des bonbons ?

Écrit par : skate | 08 mai 2011

Skate, Vous êtes un de plus à vous laisser prendre aux concepts faciles pour ne pas réfléchir sur les nombreuses dimensions de l'assassinat de Ben Laden et de ce qu'une certaine politique veut lui faire porter.
L'Islam n'est qu'un concept dans la tête de ceux qui veulent employer un principe unifié facile à évoquer. Or, il y a énormément de courants dans l'îslam, comme dans le christianisme ou le bouddhisme.
Quant à l'expansion de l'Islam dans le monde, c'est à une période où chacun guerroyait à sa façon; les Croisés n'étaient pas non plus des anges. Actuellement, on fait des guerres encore pires soutenues par une technologie de pointe, ce qui aggrave encore les dégâts. Ce n'est plus les religions qu'on cherche à répandre mais des idéologies, avec autant de dogmes et d'arrogance.
L'établissement de certains articles de loi n'y a rien changé car on les contourne avec des principes et en se donnant bonne conscience, tout comme les gens d'autrefois s'appuyaient sur des soi-disantes déclarations divines.
Bon dimanche!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08 mai 2011

Celui qui se fait passer pour Jean-François Mabut montre un exemple typique des manipulations dont sont capables certains états bien en vue sur notre planète.
C'est à un de ces cerveaux-là que nous devons l'attentat du 11 septembre, humainement monstrueux comme, du reste, d'autres actions très destructrices.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08 mai 2011

Que les arabo-musulmans se le tiennent pour dit ... aucune impunité !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08 mai 2011

Dans les révolutions y'a deux sortes de jeux,ceux qui la font et ceux qui en profitent!*parole de Napoléon*

Écrit par : lovsmeralda | 08 mai 2011

Marie-France, alors je n'ai rien compris et vous semblez mieux informée que ma petite personne. Je ne pointe pas plus l'islam du doigt que le christianisme par exemple, les deux se sont imposée par la terreur et le sang, dans ce cas n'est-il pas normal que le phénomène se perpétue?

Non nobis domine non nobis sed nomini tuo da gloriam, me laisse penser que nous ne sommes pas sorti de l'antiquité.

Écrit par : skate | 08 mai 2011

Les commentaires sont fermés.