01 mai 2011

Cherpines-Charrotons-Cherté

 

Nous recevons beaucoup de justificatifs chiffrés pour nous inciter à voter pour le déclassement de ces 58 hectares de la Plaine de l'Aire.


 

Tout est choisi pour conduire le citoyen vers un oui : même le terme « écoquartier » sonne joli à nos oreilles! En fait, est-ce un label contrôlé?

Heureusement que le terme déclasser sonne mal. Tout d'abord, à quoi ça sert de classer pour ensuite déclasser? Ce mot désigne qu'on enlève de la valeur à un terrain. Les promoteurs vous diront qu'ils vont en donner. Non, ce n'est pas au terrain même qu'ils vont en octroyer mais à l'espace au-dessus.

Cette parcelle, que vaut-elle en temps qu'humus, que terre au-dessous et que toute un fragment de planète qui respire par là. Cela n'a pas été chiffré.

Dans notre culture très financière, on oublie des facteurs fondamentaux comme le facteur sacré de la terre. Les Amérindiens ont toujours su l'enseigner, eux qui ont tant souffert d'avoir été castré de la terre de leurs ancêtres.

La terre en apparence est silencieuse, réceptive. Elle ne dit rien. Ou plutôt, elle ne sera entendue que par ceux qui vont l'écouter. Quand elle est bétonnée ou goudronnée comme dans toutes ces étendues industrielles où des parkings l'ont fait taire depuis des décennies, elle ne dit plus rien. Dès qu'un brin d'herbe arrive à passer, on se dépêche de refaire le revêtement de la chaussée.

Et pourtant, comme une femme très patiente, quand elle se fâche, elle le fait très puissamment, elle se secoue du fond de ses tripes, remue ses organes et ne se soucie plus des enfants qui sont en surface. Elle se moque alors des investissements « chers » selon les critères matériels car son besoin est son équilibre énergétique. Il a un prix qui n'est plus celui des économistes ou des investisseurs mais celui des lois cosmiques.

Tout cela pour dire : écoutons les hommes de la terre qui veulent préserver cette parcelle de 58 hectares. Ils ne savent peut-être pas s'exprimer en mots mais ils savent garder la communion avec la terre qui n'est pas que la leur mais celle de nous tous.

Recevez tous, vous qui me lisez, un bouquet de muguet symbolique, nourri par notre terre-mère!

 

Commentaires

Quelle belle ode à la TERRE ! Au nom de tous ceux qui reconnaissent à la terre sa valeur vitale, merci, Marie-France !

Écrit par : Anne-Do | 01 mai 2011

Les commentaires sont fermés.