04 mars 2011

Réécrire l'histoire africaine

Suite à ma note *renaissance africaine" qui reproduisait un article de "Médecine Verte", son auteur, Charles Katy répond à certains commentaires, en direct de Dakar, Sénégal!


 

"L'article portant sur la Renaissance Africaine, participe de la réflexion pour trouver des solutions locales aux problèmes locaux des populations soumises à un système politique, économique, culturel qui fait encore de l'Afrique, "le champ d'expansion économique des pays développés" dont l'Europe. Loin de nous, de nous en prendre aux européens qui constituent un peuple lui-même victime des effets néfastes de l'économie marchande. Il s'agit de remettre en cause UN SYSTEME à l'origine d'un modèle de développement déshumanisant de plus en plus décrié à juste titre. A propos des chiffres sur la population africaine au 16e siècle, tout dépend des références. Aujourd'hui, des Africains eux-mêmes procèdent à la réécriture de leur propre histoire qui a été falsifiée. L'historiographie africaine se construit, et, il existe même des chercheurs du Nord qui participent objectivement, à cette réécriture. Par exemple, on n'enseigne pas encore dans les écoles européennes, que ce sont les africains qui ont peuplé l'Europe, 1 million d'années après l'entrée de notre planète dans l'ère du quaternaire actuelle. Ceci en dit long, au plan de l'anthropologie humaine. Pour ce qui est de la pratique de «  la traite arabo musulmane », elle a existé et a eu ses conséquences, nous le savons. Mais, elle n'est pas la cause du craquement de l'Afrique en micro états qui ne reflètent pas les aires pluriséculaires homogènes des communautés ethnoculturelles. Pour une autre approche des données sur l'Histoire Africaine, l'Anthropologie Humaine, les Sciences Traditionnelles, il est utile de consulter les œuvres de Cheick Anta Diop, Théophile Obenga, Charles Finch, Yves Copens, Claudine Brelet, etc.

Charles KATY

 

 

 

 

Commentaires

on ne peut que souhaiter bon courage à tous les Africains car une fois sorti de l'engrenage des soins en tous genres,on se dit,et dire qu'il a fallu mettre autant de temps alors que nos enfants ont compris eux en 5 minutes ce qui encore maintenant échappe à plus d'uns ,mais chaque génération se doit d'apporter sa pierre à l'édifice!et c'est très bien ainsi!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 05 mars 2011

je suis trés content de cette initiative, nous sommes entrain d'ecrire l'histoire de notre chere patrie et nous approprier ainsi de notre developpement avec nos propres moyens, selon nos propres cultures en faisant la promotion de nos langues, de notre ecriture( le MANDOMBE ) et de notre calendrier( le KIMBANGUMUNA).Il est temps que le plus grand mensonge de l'histoire soit dénoncé et que la verité triomphe.Le mouvement kimbanguiste africain qui poursuit le meme objectif, vous gratifie de son soutien, VIVE L'AFRIQUE de KIMBANGU

Écrit par : mfumu mukoko | 06 mars 2011

Un très chaud merci, Mfumu Mukoko, de venir témoigner de tout ce courant de Kimbangu.
Google en dira plus à ceux qui s'intéressent à l'Afrique et à vos informations.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06 mars 2011

@Marie-France de Meuron,un très bon reportage peut-être aussi en souvenir de Dieuleveut ce super reporter qui fit découvrir les continents grâce à son jeu télévisé mais qui disparu subitement dans la région du Zambèzè,a révélé les horreurs alimentaires que le peuple du Zambèze doit supporter,après la construction des barrages du Kariba et Cahora Basisa,pendant trente ans presque plus de pluie et subitement des inondations régulées comme il se doit par les maitres de la destinée Africaine ,ou comment réguler la vie des habitants simplement en construisant des barrages,mais quand à aider vraiment les populations terrorisées à chaque inondation ces dernière se répétant années après année maintenant inondant une fois la rive sud,et l'année d'après l'autre versant du fleuve,bien entendu il n'y a personne,des enfants terrorisés par le regards d'adultes qui eux mêmes dépassés par les inondations ne savent plus comment gérer leur propre patrimoine et condamnés années après années à changer de lieux,ensuite on s'étonne qu'il y ait autant de terroristes chez des gens terrorisés dés leur naissance , y'a pas meilleur moyen pour les transformer radicalement en bête à tuer,ce qui s'est produit chez nous il y a fort longtemps,a trop faire peur aux tout petits leur avenir est brisé à tous jamais! les barrages seraient ils instruments `de soumission totale à l'encontre de populations à la limite de la folie ? ,en voyant ces personnes de plus de 80 ans hésiter à quitter leur lieu de vie,ces images m'ont rappelé les trop célèbres scènes de l'époque de Drancy mais en Afrique cette fois,pauvre humanité
ce qui m'a permi de découvrir un autre excellent reportage montrant le Sahel entrain de reverdir,on nous dit tout mais on nous cache tout en réalité,moyen très subtile de pouvoir transmettre des infos truquées afin de camoufler la vérité,pourtant nous ne sommes plus en 39 mais à voir les images de ces Africains qui eux-mêmes disent,ils nous avaient promis mais une fois partis,leur aide ne nous est jamais parvenue ces paroles confortent ceux qui avaient compris qu'en donnant de l'argent celui-ci était aussi perdu à tout jamais,en 2002 beaucoup d'Africains n'hésitèrent pas à dire tout haut ce que d'autres pensaient tout bas,mais peu entendirent le son de leur voix criant ,ne nous aidez plus votre argent sert à d'autres qui en feront un usage auquel personne ne s'attend ces gens étaient de vrais visionnaires mettant en garde l'occident!
bien à vous Madame et bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 10 juillet 2011

Un chaud merci, Lovsmeralda, de nous apporter les réflexions de votre riche expérience de vie.
Une petite histoire pour illustrer votre propos
A Dakar, j'ai rencontré en 2010 un tradipraticien de 7O ans, ethnobotaniste universitaire de formation, président de la fédération des tradipraticiens sénégalais. Il reçoit des malades 7 jours su 7 dans un local dépolorable. Quand je lui ai demandé ce qu'il désirait, il m'a répondu qu'il ne demandait plus rien tant il avait demandé à des gens qui offraient leurs aides mais ne les ont jamais finalisées. Il a proposé à un de ses disciples de tenter le coup. En fait, ils avaient besoin d'un broyeur de plantes et notre association Le GRAMI a pu leur envoyer de l'argent pour s'acheter l'appareil sur place. Le disciple a même fait un cours pour l'employer le plus judicieusement possible. Le problème actuel sont les manifestations à Dakar qui privent encore plus que d'habitude les habitants d'électricité car des manifestants détruisent même les relais de la compagnie d'électricité.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 juillet 2011

Intéressant mais j'aurais aussi mis en lumière l'action des chinois qui s'approprient l'Afrique et les conséquences majeures et catastrophiques qui en découleront pour ce continent...

Écrit par : gerardh | 11 juillet 2011

@Marie-France de Meuron ,on ne peut rester insensible à leur désarroi,surtout si l'on pense aux sommes parties pour les aider et quand on voit l'ampleur du régne des néo Maoistes prenant de plus en plus de pouvoir et ce aussi en Europe,les mots Péril Jaune résonnent aux oreilles de ceux ayant entendu leurs ancêtres qui savaient prédire sur le long terme,les guerres leur avait ouvert les yeux sur la vraie réalité humaine!votre association a le mérite d'être clair aller sur le terrain est la meilleures solution,2 neuchatelois avaient innové une marmite cuisson spécial Sahel et leur but fut identique au GRAM,ne jamais confier aux autres ce qu'on peut faire soi-même pourrait être le mot de la fin concernant ces dons d'argent,mais j'y vois une honte encore plus grande si je pense à toutes ces sommes disparues pour de pseudo sauvetages humains et qui auront été empochées soit par la guérilla ou par des utopistes travaillant pour des maitres Africains Blancs afin de créer des camps pour animaux,dont un a comme appellation si mes oreilles ont bien enregistré:Auschwitz de quoi rester coit sur mon divan,mais dieu du ciel ai-je pensé,seuls les animaux ne furent jamais pris en otage par la police Allemande!
Bien à vous Madame et toute bonne fin de journée

Écrit par : lovsmeralda | 11 juillet 2011

@Gerardh,vous avez raison les Chinois sont partout!peut-être est-ce une des raison qui a poussé Obama a retirer ses troupes d'Afghanistan!

Écrit par : lovsmeralda | 11 juillet 2011

Le titre me dérange. Il ne s'agit pas de réécrire l'histoire, mais précisément d'écrire l'histoire. En outre, il faudrait déjà commencer à écrire l'histoire locale / régionale de certains pays africains avant de chercher à y déduire une "histoire" commune à toutes ces régions. Vouloir écrire l'histoire "africaine", c'est d'ores et déjà véhiculer encore une fois ce cliché que l'Afrique est un tout, alors qu'au contraire, l'Afrique est multiple. En outre, je ne vois pas pourquoi l'on ne s'arrête que sur les côtés négatifs de "l'Afrique". Son histoire et son présent n'est pas qu'une suite de catastrophes, de guerres, de famines ou que sais-je. Personne ne nie que les problèmes sont abominablement monstrueux, m'enfin, fichtre, comme il est regrettable de ne pas faire l'effort d'apporter quelques nuances à cette vision négative. Diantre, qu'il est malheureux également d'avoir sans cesse cette tendance à juger l'existence et les problèmes des autres sous le seul prisme de nos valeurs et de notre quotidien. Car en effet, pendant que nous élaborons des théories et des solutions, que nous nous battons sur les chiffres et le raisonnement, nous démontrons surtout notre naïveté de chercher à résumer ce qui ne peut se résumer. Nous démontrons également notre arrogance à penser de bonne foi pouvoir expliquer en quelques lignes ce qui me semble aussi complexe et pertinent que le fondement du sentiment divin ou le pourquoi transcendal de l'érection masculine et ses conséquences sur la flore locale. L'étape suivante, c'est quoi? Ecrire l'histoire des "blancs"?

Et puis bon, puisque la majorité des gens qui ont un avis sur cette question appuie leur "autorité" en la matière sur la seule lecture mais néanmoins assidue du guide du routard et se fonde au surplus sur leur grande mais néanmoins impressionnante expérience du "problème africain" qu'ils ont bien entendu su saisir entre deux buffets et trois visites guidées grâce à leur séjour en Egypte, leur semaine en Tunisie ou leur périple au Kenya. "les gens sont hyper sympas, mais j'ai pas mangé de salades" devient la seule partie de l'analyse qui garde ainsi encore un peu de pertinence - et encore.

Écrit par : Ngabo | 11 juillet 2011

Ngabo,
Un très vif merci d'être venu apporter votre contribution sur ce blog.
J'apprécie énormément vos propos. Vous soulevez plusieurs thèmes avec beaucoup de pertience et d'acuité.
J'abonde dans votre sens. Pour ma part, je suis dans le domaine des médecines traditionnelles et je peux constater qu'elles sont très puissantes quand les Africains comme les Européens respectent les lois de base nécessaires à leurs applications.
Cette vastitude que vous décrivez pour le continent se reporte aussi sur les médecines africaines et sur leurs pratiquants. Ils peuvent faire preuve d'une rigueur bien plus que scientifique et avoir des résultats supérieurs aux résultats de la médecine occidentale.
Certains groupes ont su coordonner les valeurs tant traditionnelles que scientifiques, ce qui conduit à des résultats surprenants comme contre la lèpre ou le sida, avec de franches guérisons.
Ces groupes ont su avoir l'humilité de reconnaître ce qui leur manquait et de compléter leurs thérapies, ce qui n'est pas encore le cas de notre médecine académique qui veut tout gérer toute seule ou en prenant des autres juste ce qui lui convient.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 15 juillet 2011

Gerardh,
En théorie, vous avez raison en avançant que les Chinois apportent de nouveaux paramètres en Afrique. Toutefois, comme l'écrit Ngabo, ne généralisons pas et voyons que chaque pays est plus ou moins impliqué dans l'arrivée des Chinois.
En pratique, l'article cité vient d'un Sénégalais qui vit et travaille à Dakar et qui nous apporte son point de vue "du dedans". Dans son contexte, il n'est pas dérangé par les Chinois et s'occupe de ce qui le concerne personnellement et dans son cadre de vie.
Vous-même, gerardh, êtes-vous concerné personnellement par les Chinois en Afrique?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 15 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.