26 février 2011

Parlons de médecine plutôt que des coûts de la maladie

J'ai été très heureusement surprise par l'article de Gérard Meyer. Enfin quelqu'un qui parle de la médecine conventionnelle avec beaucoup de justesse et de nuances. Il va au fond des mécanismes et de leurs complexités que la biologie met en évidence.



 

Déjà le soin qu'il a mis à écrire son texte dénote tant son envergure de pertinence et de perspicacité que l'intensité de son engagement.

Cela me touche d'autant plus qu'actuellement, on cherche à tout simplifier. La preuve en est les forfaits par diagnostic que notre gouvernement veut mettre en pratique. Depuis plusieurs années, on assiste à la pratique des lignes directives auxquelles les médecins sont soumis : tel médicament ou tel traitement pour telle maladie. Si le médecin ose pratiquer autrement, il aura tout de suite un blâme ou une condamnation pour n'avoir pas obtempérer aux ordres des experts académiques si jamais le malade n'est pas satisfait. Et quand les médecins ne trouvent pas de diagnostic, le temps passe et le patient est juste calmé dans ses symptômes.

Le pire, c'est la restriction de la pensée, de l'obligation de concevoir la maladie et le malade comme l'académie les prescrit. Le drame, c'est que les concepts changent avec les dernières découvertes et ce qui était juste un jour peut ne plus l'être ensuite. Et pourtant, c'est ces concepts qu'on impose à la pensée médicale et, par là, aux malades.

Dans ce sens, je ne parlerais pas de médecine traditionnelle pour la médecine moderne occidentale que je nommerais plutôt médecine conventionnelle en ce sens qu'elle obéit aux conventions du moment. Elle n'obéit justement pas à une tradition comme le font les médecines centenaires.

Je reviens aussi sur le sens de médecine allopathique qui est beaucoup utilisé en homéopathie.

Cette dernière s'appuie sur le principe de traiter par le semblable (et non le mal par le mal) alors que l'allopathie propose des traitements qui contrecarrent un processus naturel. Toutefois, comme elle ne le fait pas systématiquement, je ne la réduirais pas à ce terme.

Si j'insiste sur les mots, ce n'est pas par souci littéraire mais parce qu'ils véhiculent des énergies utiles à percevoir.

A l'heure où j'écris ce commentaire, je n'ai vu encore aucun commentaire sur le site de G. Meyer.

Il est vraiment regrettable que personne n'entre dans le débat pour un sujet aussi fondamental que notre santé. Cela dénote aussi que trop de personnes encore se satisfont d'une santé qui leur permette de fonctionner, quitte à tomber dans les maladies chroniques que l'on soulage mais dont on ne guérit plus. Le manque d'intérêt de bien des personnes pour leur corps et son fonctionnement est stupéfiant quand on constate leur intérêt pour des sujets bien plus passagers, qui ne les concernent pas constammant..

La réflexion que propose G. Meyer montre justement un chemin pour éviter de s'encrasser toujours plus au point d'être limité par les maladies chroniques. Son précédent article est très éloquent à ce sujet.

Je ne peux que souhaiter que chacun entre dans ce débat pour transformer sa santé et développer des qualités enfouies en lui.


 

Commentaires

@Marie-France de Meuron,cet article est excellent,prouvant qu'en médecine tout comme pour d'autres professions continuer à chercher reste une solution pour laquelle tout esprit se doit d'adhérer que ce soit pour ou contre ,l'un n'allant jamais sans l'autre,seule possibilité de livrer le message final,afin de stoper des dépenses inutiles,mais si je prends la plume ce matin peut-être hors contexte direz vous,malgré tout je prends le risque /humour/un commentaire issu du journal La matin,pour éliminer les bactéries dans les hopitaux ,prenons du jus de pmaplemousse agrémenté de quelques pépins,alors après la javel qui était un excellent désinfectant,suivit du Lysoforme et ce durant bien des décennies tout de même,et maintenant passer au jus de pamplemousse ce qui revient à ce que mon vieux jardinier m'a dit,ils ne savent plus faire la différence dans les traitements ayant inversé les produits à adopter pour des plantes vertes,qu'elles ont belles disait Fr.Silvant,et les soins à donner aux gens malades phrase à laquelle j'ajouterai sans doute n'arrivent -ils plus à différencier l'un de l'autre la mode du jour des belles plantes de printemps à deux jambes et celles ornant votre salon ou le mien,et on s'étonne ensuite des épdémies dans les hopitaux devenus tenaces,car erradiquer des staphyllo dorés avec des pamplemousses,on veut bien que les hopitaux coutent chers mais on comprend mieux le pourquoi du comment si, cette réponse donnée correspond à des donnée réelles ou simplement un canulard,mais comme en justice le doute doit profiter à l'accusé et si on savait mieux ce qui se trame par soucis d'économie dans certains milieux peut-être en serions nous effarés
très bonne journée à vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 27 février 2011

Merci, Lovsmeralda, pour votre visite et votre réflexion.
En fait, il s'agit de l'huile extraite de pépins de pamplemousse biologique.
Vous en saurez plus en cliquant sur :
http://naturelle.blogspirit.com/archive/2006/05/22/l-huile-de-pepins-de-pamplemousse-un-puissant-antibiotique-n.html
Beau dimanche à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27 février 2011

très bon article mais on pourrait parler des effets secondaires existant au sujet de la compatiblité du produit miracle et des médicaments pris par le patient,en effet y'a risque d'incompatibilité,le pamplemousse adore détruire l'assimilation des molécules,nos grands mères faisaient de l'allopathie sans le savoir !quel dommage que le stress et le modernisme ait tué la poule dans l'oeuf,bien entendu pour les laboratoires pharmaceutiques ,il n'y avait aucun intéret à ce que le soignant se porte bien mais notre pays n'est-il pas celui des longs plaignants,longs vivants! et surtout pas de pamplemousse en cas d'hernie iathale,sinon les gémissements de votre estomac eux seront bien réels
au plaisir de vous lire à nouveau

Écrit par : lovsmeralda | 27 février 2011

Très bon article, Merci beaucoup Marie-France de Meuron.

Écrit par : Hibapress | 01 mars 2011

Les commentaires sont fermés.