23 février 2011

La TdG et la Rougeole

Chaque année, TdG nous livre un article à peu près semblable sur l'épidémie de rougeole, à croire que notre quotidien est le porte-parole de l'Etat de Genève, de la médecine conventionnelle et de l'oligarchie dirigeant notre santé.


Nous avons droit à des chiffres où on nous souligne le décès en 2010 d'une jeune fille de 12 ans sans bien sûr préciser qu'elle avait une carence immunitaire et que son frère avait fait une grave réaction au vaccin. La professeure de vaccinologie avance aussi « une jeune mère en bonne santé serait décédée à Grenoble la semaine dernière ». Que voici une phrase peu scientifique, avec du conditionnel et pour faire croire qu'une personne en bonne santé peut mourir de la rougeole! La professeure ne nous dit bien sûr rien de l'état immunologique de la jeune mère.

Nous avons droit aux détails de la contagion vue par la faculté et, bien sûr, l'apologie de la vaccination qui est la seule solution que nous propose notre médecine gouvernante. Le médecin cantonal délégué aux maladies transmissibles avance: « pour l'instant, nous maîtrisons la situation ». Une telle déclaration veut faire croire que c'est la médecine qui maîtrise la santé et pas les organismes qui gèrent la maladie. On est loin de la fameuse phrase d'un sage médecin qui disait « je panse, Dieu guérit ».

Nous pourrions nous attendre que la TdG soit le reflet de la société actuelle qui, il y a deux ans, a voté à une large majorité (tous les cantons et les 2/3 des votants) un article constitutionnel en faveur des médecines complémentaires. Il serait alors juste de donner la parole aux autres médecines et leurs façons de concevoir et de traiter la rougeole.

Prenons quelques exemples : la médecine chinoise pourrait expliquer pourquoi la rougeole survient à une certaine saison ou dans certaines situations et, par là, les organes à soutenir. La naturopathie pourrait nous indiquer comment aider le malade par une certaine alimentation, la phytothérapie nous indiquerait comment soutenir le corps et les médecines énergétiques comment parer aux déficiences immunitaires.

Rien de tout cela ne transparaît dans l'article et nous avons droit encore et toujours aux mêmes personnes interrogées, avec quelques variantes dans leurs arguments que nous allons voir ci-dessous.

Pour revenir à la manière dont TdG gère l'info, il est intéressant de voir une nette différence entre l'article online et l'article sur papier, repris sur le site de l'Association des Médecins de Genève 

Pour le même titre, je me serais attendue au même article et à la même photo.

Dans la version papier, Mme Pr. CA Siegrist nous informe que le vaccin est « le plus bio des vaccins ». Une telle déclaration est-elle vraiment digne de la Faculté? Elle sonne étrangement démagogique à mes oreilles. Et puis, elle fait fi de beaucoup d'éléments caractéristiques du bio

La diversité : Un traitement est adéquat à une personne. Or, les vaccinations sont un processus de masse qui ne tient pas compte de l'état immun des personnes. Ainsi donc, de graves réactions peuvent se produire. Mais comme la médecine actuelle dépend de la statistique et non pas des individus, on vous prouvera qu'il y a un avantage à vacciner tout le monde.

Dans le Sunday Daily Mail du 2 février 2011, la journaliste Sally Beck nous informe que de nouvelles recherches américaines montrent qu'il pourrait y avoir un lien entre le vaccin ROR et l'autisme, ainsi que des problèmes intestinaux chez les enfants. L'étude semble confirmer les découvertes du Dr Andrew Wakefield qui ont provoqué en 1998 une véritable tempête en suggérant qu'il pouvait exister un lien entre le vaccin et l'autisme régressif.

Le respect des moyens du corps à trier ce qu'il reçoit. L'injection ne respecte nullement les moyens qu'a le corps de trier ce qui lui arrive dessus ou dedans, que ce soit par le système respiratoire, digestif ou dermatologique.

La vitalité : « bio » par définition, veut dire la vie. Or il n'y a rien de vivant dans un produit ultra purifié issu d'un laboratoire. Il y a une nuance de taille entre vivant et actif.

La conjonction d'éléments : tout élément vivant fait partie d'un tout. Du fait d'être isolé, il perd cette communion avec d'autres éléments. Il devient ainsi un « électron libre » capable d'induire des réactions non maîtrisées par le corps.

D'autres éléments sont encore en jeu comme celui de déterminer arbitrairement le programme vaccinal d'un enfant, de surcroît toujours plus lourd.

J'attendrais aussi plus de rigueur de la part d'une professeur scientifique quand elle déclare que l'Ecole Rudolf Steiner est connue pour sa philosophie anti-vaccin. En fait, l'ERS est une démarche pédagogique qui ne stipule en rien ce que les parents d'élèves doivent faire en matière de vaccinations. Cette façon de stigmatiser un mouvement pédagogique est diffamatoire. Effectivement, il y a peut-être plus de cas de rougeole à l'ERS où des parents réfléchissent davantage aux conséquences des vaccinations. Ils ne sont pas les seuls puisqu'en Suisse Romande, un groupe de médecins étudient depuis plusieurs années, avec rigueur, tout ce qui se cache derrière l'apparente simplicité des vaccins. A signaler que TdG ne les mentionne même pas. Des études montrent aussi que les enfants non vaccinés sont en meilleure santé que ceux qui reçoivent dès l'âge de 2 mois une quantité effarante d'injections qui entrent en concurrence avec la maturation naturelle du système immunitaire des bébés. (lire de la Dresse Françoise Berthoud, membre du forum européen de vaccino-vigilance: "La santé des enfants non-vaccinés. Au-delà de la polémique" Editions Jouvence)

La TdG a donc une année pour préparer l'article 2012 sur la prochaine épidémie de rougeole avec des éléments bien plus instructifs que ceux de ces dernières années!!!

 

Commentaires

@Marie -France de Meuron,alors là vous avez entièrement raison,on dirait que de petits vicieux a'amusent é vouloir faire peur à tous les parents rentrant de vacances,a trop stigmatiser de toutes manières les gens commenceront à douter de tout et même du bon raisonnement du système de santé lui -même,nous ne sommes tout de même plus au temps ou les gens ne savaient ni lire ni écrire du moins dans nos contrées,aussi leur faire croire à une épidémie sous.jacente comme celle du fameux H1N1 ceux ci ont compris qu'ils se faisaient abuser par leur propres autorités,ensuite cherchez le ou les coupables,le peuple sait ouvrir les yeux maintenant sur la bassesse de certains partis à se plier ou ramper face à un dogme dont on prèfère ne pas connaitre les têtes dirigeantes,heureusement il existe encore des grands parents ayant connu pire pour avertir tous ces jeunes couples de ne pas courir pour rien et surtout pour ne pas s'affoler au premier article de presse annonçant une épidémie ou je ne sais quelle invention tirée des bandes dessinées d'Hergé ou Zep
toute bonne journée à vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 23 février 2011

Oui, Mme Claire Anne Siegrist a une claire propension personnelle et professionnelle à noircir le tableau de la rougeole et à présenter le vaccin comme sans danger.
Je rappellerai simplemenet que deux médecins genevois ont exprimé leur réticence à l'égard de ce vaccin dans la TdG, ce qui leur a valu une amende du médecin cantonal qui leur reprochait leurs déclarations "dangereuses pour la santé publique". Ces deux médecins ont fait appel et gagné leur procès au tribunal administratif, au nom de la liberté d'expression et grâce à un solide dossier sur les dangers du vaccin.
Oui, la bataille fait rage autour d'Andrew Wakefield, chercheur anglais qui a étudié le lien entre le virus vacccinal de la rougeole, de graves problèmes intestionaux et l'épidémie actuelle d'autisme régressif. Il a perdu son procès et son droit de pratique en Granbde Bretagne, mais continue ses travaux aux Etats Unis et ne lâchera pas le morceau!

Écrit par : Françoise Berthoud | 24 février 2011

C'est une maladie de la petite enfance, qui ne l'a pas eue? Nous sommes encore vivants. Et alors, il n'y a pas de quoi en faire un doctorat. Encore une fois, le travail de nos journalistes à la tdg, n'a rien à se mettre sous la dent! Edipress devrait réagir, car si vous lisez la "Julie, jamais nous n'avons un article de fond. Preuve en est pour alerter de cette manière la population. Cela devient intolérable

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

Les commentaires sont fermés.