13 février 2011

A quoi sert la science?

 

Apparemment, à tout et à n'importe quoi. A l'heure où la planète éclate de tous côtés et où tant de maladies n'ont pas de traitements, des médecins font des recherches sur les larmes des femmes et leurs effets sur les hommes.


Tribune Médicale du 11.22011 nous relate l'expérience avec divers détails (pas de lien) alors que des journaux en ont donné une simple info

Pour effectuer une recherche sur les larmes émotionnelles des femmes, il faut d'abord de l'intérêt : les chercheurs l'ont trouvé quand ils ont mis en évidence que les hommes ressentaient une diminution prononcée de leur excitation sexuelle au contact des larmes d'une femme qui a visionné un film triste. Ainsi, les recherches se poursuivent avec

  • mesure de la fréquence respiratoire et cardiaque

  • mesure de la température cutanée

  • taux de testostérone

  • degré d'activité cérébrale des régions cérébrales associées à l'excitation sexuelle.

 

Toutes ces mesures et analyses prennent du temps et coûtent un prix certain.

Le médecin responsable est donc subventionné.

A quand demandera-t-on au peuple quelles expériences scientifiques il veut subventionner?

Son bon sens prendra certainement le dessus.

 

C'est vrai que cette expérience s'est effectuée dans un état où la démocratie est à deux vitesses....

Israël.

C'est aussi bizarre de dire qu'à Genève, on organise un gala pour soutenir Israël et qu'on découvre que dans leurs recherches scientifiques, il y a aussi peu de préoccupations des nécessités actuelles.

 

Commentaires

Votre interrogation est pertinente. Moi qui suis plutôt passionné d'astronomie, il n'est pas inutile, par exemple, de se demander - comme ne manquent pas de le faire certaines personnes - si le CERN et son LHC (Large Hadron Collider) - est vraiment "utile" et à quoi il sert !

Toutes les recherches ne sont donc pas "utiles", à savoir qu'elles n'apportent pas de bienfaits immédiats et constatables à l'humanité. Faut-ils pour autant empêcher les "chercheurs" de chercher ? Parfois de trouver.

L'être humain est curieux de toute éternité. Erathostène s'est attaché à mesurer la longueur de la circonférence de la Terre. Etait-ce utile ? Gallilée a eu les pires ennuis avec l'Inquisition pour avoir affirmé que la Terre tournait autour du Soleil et non l'inverse. Etait-ce utile à l'humanité ?

Je ne souhaite pas par ces deux exemples vous donner tort. Il est certain que l'on doit, que l'on devrait - si possible - dégager des priorités dans les recherches. Mais où sont les priorités ? Et là franchement je n'ai pas de bonnes réponse à vous proposer.

Parce que le cancer est un fléau et qu'il a besoin de beaucoup d'argent, faut-il pour autant priver les physiciens qui cherchent le boson de Higgs ?

Votre note mérite beaucoup plus que quelques lignes. Je crains qu'elle lance un débat dont on n'est pas prêt de voir la fin.

Avec mes meilleurs sentiments.

Écrit par : MIchel Sommer | 13 février 2011

la Science ,celle de demain servira a démystifier les mensonges de celle d'hier et d'aujourd'hui il suffit juste de s'en convaincre après avoir entendu qu'il était conseillé à nouveau de manger du fromage au lait crû,les petits producteurs et agriculteurs apprécieront d'avoir été les dindons de la farce alors qu'on sait la suisse pays ou l'hygiène était une matière enseignée dès les premiers pas de l'enfant!aussi demandons aux vrais scientifiques une méthode permettant de débusquer toutes les publicités mensongère en ce sens la science retrouvera ses lettres de noblesse!

Écrit par : lovsmeralda | 13 février 2011

Merci, Lovsmeralda, pour votre réflexion humoristique et riche de bon sens!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14 février 2011

Très chère Lovsmeralda,

Ne confondons pas science et publicité ! La science est une suite d'expériences, de doutes, de remises en question. Votre exemple de lait cru ou thermisé ou encore pasteurisé n'est peut-être pas le meilleur. La science avance, cherche, hésite, revient en arrière, change de direction et propose des solutions. La science n'a jamais perdu ces lettres de noblesse.

En revanche, ceux qui utilisent les avancées de la science pour gagner de l'argent en nous faisant parfois prendre des vessies pour des lanternes ne sont pas des scientifiques. Juste des commerçants, parfois des arnaqueurs !

Quant à dire que la science d'hier a menti, cela me semble abusif. Tout comme le fait de dire que la science actuelle ment. Les scientifiques et les chercheurs seraient donc une corporation de menteurs ?

Je vous concède volontiers que des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent on en cherche...

Bien cordialement

Écrit par : MIchel Sommer | 14 février 2011

Michel Sommer,
Un grand merci pour votre contribution très pertinente et nuancée.
Les recherches scientifiques ont leur place car elles bouleversent des évidences qui n'en sont pas et font évoluer les mentalités.
Ce que je soulevais ici, c'est que la démocratie peut se mettre aussi en route dans le choix des études pour toutes celles qui dépendent du financement des états. Ce serait intéressant de voir où ces choix nous mèneraient, entendu que les scientifiques peuvent avoir des dadas qu'il n'est pas juste que le citoyen finance. Donc la révolution peut être non seulement politique mais aussi scientifique!
Quant au débat sans fin, pourquoi devrait-il en avoir une puisque le monde est en démarche perpétuelle?
Belle journée à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 15 février 2011

en science d'énormes progrès ont été faits mais souvent invisibles,car très souvent non conformes à la mode du jour,une chose est certaine en psychologie de graves erreurs ont été commises et ce au nom de la science,car comment avoir pu conserver des cerveaux dans le formol montré a tous,et ce dans une école de soin ,sans qu'aucun chapitre excepté des dénominnateurs communs du terme crétin gros imbécile ne soient argumentés par les cours de l'époque,de fait tous ces cerveaux et nous avions à peine 20 ans étaient ceux de gens qui furent rafflés par l'on sait qui dans notre pays,et traité de gros ignares,que je sache un conflit empèche l'instruction et ceux de 14 -18 eurent un destin tragique par faute de guerre uniquement,vivre avec ce tableau en permance devant soi depuis 1960 demande beaucoup de courage alors qu'ils soient scientifiques ou pas ceux prédisant l'avenir ferait mieux de dire ce qui s'est réellement passé pour construire un avenir plus serain car il est dit celui qui refuse la vérité devra la revivre d'une autre manière mais toujours pour le rendre attentif à ce qui doit être évité,sa propre survie en dépend!une chose est sûre j'admire ces médecins qui n'étaient qu'élèves et qui conservèrent ces reliques afin de nous enseigner la vraie vérité des soins qui avaient débuté dès les années 1900,oui en leur nom je ne peux que les remercier de m'avoir ouvert les yeux sur l'infamie de ceux qui nous enseignèrent dès l'enfance à aimer son prochain,aimer en Suisse avait aussi un drôle de gout!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 16 février 2011

De nos jours, on donne de moins en moins d'argent à la recherche. Heureux que les chercheurs puissent encore choisir ce qui les passionnent. Ces propos me dérangent et je les trouvent dangereux. Il ne faut pas exagérer, quant à demander aux citoyens de décider du choix prioritaire de la recherche! Et qui doit être subventionné? Les personnes qui ne sont pas dans ce domaine n'ont aucune idée des valeurs de la recherche qu'elle qquel soit et c'est bien normal. Qu'elle image avez-vous de vos collègues qui se vouent à la recherche? Nous avons énormément avancé ces dernières années. Cette évolution demeure remarquable et vous le savez très bien. Cependant, c'est toujours dangereux de donner des exemples atypiques et d'en faire une généralité. Vous me surprenez.....Il y a des maladies courantes dont on ne trouve pas encore la manière de les traiter, cela prend énormément de temps. Laissez les chercheurs travailler comme bon leur semble et faites leur confiance de grâce.
Quant à celui qui s'est penché sur les larmes et alors? Et pourquoi en rajouter de surcroît sur le fait qu'il soit de religion juive?

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

Rose des sables, Vous avez une façon de contourner les mots qui n'est vraiment pas rigoureuse. J'ai parlé d'Israël et vous traduisez « de religion juive ». Il n'y a pas que des Juifs en Israël...
Vous défendez les chercheurs et prétendez que leurs choix est bon et, d'un autre côté, qu'il faut qu'ils puissent choisir selon leur passion. La passion n'est pas toujours bonne conseillère!
Même si la recherche a fait de belles percées dans certains domaines, tout homme sage sait qu'il y a encore bien plus à découvrir. Alors pas besoin de se dresser des lauriers.
« Il y a des maladies courantes dont on ne trouve pas encore la manière de les traiter ». Effectivement, la médecine conventionnelle a encore beaucoup de lacunes. C'est là qu'elle devrait avoir l'humilité de se tourner vers les médecines alternatives et constater que d'autres façons de procéder peuvent être très efficaces.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27 février 2011

Vous prêchez pour votre paroisse étant donné que vous travaillez dans la médecine alternative. Ce qui est tout à fait normal et justifié. Jamais, oh grand jamais je me permettrais d'apporter un jugement, mais un constat. Combien de plantes ne sont pas encore répertoriées sur notre planète. Les grand lobbies pharmaceutiques envoient depuis des décennies des collaborateurs scientifiques sur le terrain pour s'approprier les vertus des plantes auprès des indiens ou d'autres communautés minoritaires qui utilisent les plantes pour se soigner. Dans beaucoup de médicaments de la médecine "traditionnelle" qui est la nôtre, à savoir Novartis & co, ils se sont basés sur l'effet positif de ces plantes, puis transformée en produits de synthèse.
Quant aux chercheurs, mon ami est botaniste, (plus de 30 années de recherches) pour sa passion. Ce n'est pas du luxe. Il s'est battu toute sa vie pour étudier sa plante et sa famille. Il n'est pas le seul. C'est la raison pour laquelle, je vous disais qu'il ne faut pas polémiquer sur les scientifiques qui donnent tout d'eux-mêmes pour suivre leurs recherches. Nous savons tous que cela prend du temps et nous avançons d'autant plus vite grâce aux autres doctorats qui se sont intéressés sur l'ADN. Alors, de grâce, laissons la liberté à ces derniers de choisir leur thèse. Soyons d'autant plus positifs. Moi-même, j'ai recours à la médecine naturelle. Je ne développerai pas le sujet tant il est vaste et riche.

Écrit par : rose des sables | 27 février 2011

rose des sables,
Je n'ai pas de paroisse. Je cherche à m'approcher au mieux de l'art médical le plus intègre possible et de la réalité concrète la plus globale possible.
Reprenons votre affirmation que beaucoup de médicaments de la médecine Novartis & Cie sont basés sur l'effet positif de ces plantes dont le principe actif est repris en produit de synthèse. Ce processus est relativement facile à concevoir, plus dur techniquement à mettre en pratique.
Toutefois, cette médaille a ses revers que l'on cache un maximum sous peine de mettre à mal ce processus. C'est l'ensemble de la plante qui a une intelligence curative. En l'isolant de ses « compagnes » à savoir d'autres molécules, on limite ou on la dévie de son action. De même, on ne tiendra pas compte que dans l'organisme humain tout est relié et un effet précis aura des répercussions partout - ce que justement peuvent atténuer les autres principes de la plante - ce qui est impossible aux chercheurs de débusquer.
D'autre part, en injectant un principe actif, le corps s'adapte, de même les bactéries et on obtient les résistances terribles qui se développent de plus en plus à en arriver à fermer des unités d'hôpitaux.
De plus, ces molécules isolées doivent être testées et des laboratoires pharmaceutiques ont commis des fautes d'éthiques graves en utilisant des cobayes humains ou encore en testant de manière partielle ou encore en trop peu de temps.
Et pour clore ici, parlons aussi des brevets pris sur des plantes indigènes et qui ont empêché ces mêmes indigènes de les utiliser par la suite.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 28 février 2011

Bonjour ; devant la situation lamentable qui traversent les malades atteint par ZONA, - PSORIASIS et le CANCER, je me retrouve dans l obligation du a mon sens humanitaire, afin d aider et d assister ses patients pour leur rendre la vie aisée et meilleure, a cet effet je sollicite le concours actifs de toutes les laboratoires, car je détiens un remède naturel a base d herbes très efficace - qui a donner des résultats positifs.

Écrit par : TAYBI | 06 août 2011

Les commentaires sont fermés.