05 février 2011

Démocratie ou oligarchie?

L'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne a effectué une « méta analyse » pour décréter que la chondroitine n'était pas efficace dans l'arthrose. Cette étude nous est relatée dans le Temps de ce jour.

 

 


Est-ce vraiment le rôle d'un tel institut de faire une méta analyse de cet ordre-là?

Quel objectif l'institut avait-il en commençant cette étude?

Qui a financé cette méta analyse?

De nouveau, on met le doigt sur un principe actif, comme si le patient arrêtait de vivre autrement que par son médicament, comme si beaucoup d'autres facteurs n'intervenaient pas dans l'état des articulations pendant les mois où dure l'analyse. Il est par conséquent très difficile de détecter ce qui est actif, ce qui ne l'est pas, ce qui freine un processus ou ce qui est freiné par un autre facteur encore.

Se permettre des conclusions qui anéantissent toutes les précédentes études n'est vraiment pas approprié pour un institut universitaire. Cela porte le discrédit sur les médecins qui étaient vraiment en relation avec les malades plutôt que des chercheurs qui ne sont pas dans le contexte des patients. Les métaanalyses n'ont pas la possibilité de se pencher sur toutes les nuances d'un problème. Cocher des cases et faire des statistiques ne correspond plus à la pratique de l'art médical.

Cet événement montre une fois de plus que des grands pontes universitaires sont mandatés pour faire la loi, se prévaloir du rôle d'experts et décider des remboursements par les caisses maladie . Ainsi une poignée d'hommes et de femmes vont décider d'un traitement. Nous tombons là dans une oligarchie qui n'a rien à envier à certains gouvernements!

Il serait temps que des instituts universitaires se penchent sur la volonté du peuple, qui a voté par tous les cantons et deux tiers des votants, que la médecine complémentaire devait être prise en compte. Il serait donc bien plus judicieux de faire une étude sur toutes les thérapies qui soignent l'arthrose afin de trouver un traitement ou un ensemble de traitements qui couvrent les différents besoins du corps plutôt que de décider si un produit qui a fait ses preuves est approprié ou non.

 

Commentaires

preuves à l'appui dés 1970 j'ai décidé de ne plus manger de viande car atteinte de crises d'arthrose dès l'adolescence , ,je n'ai plus jamais eu mal,parcontre je mange énormément de chocolat noir,et du Soja,j'ai stoppé net mon traitement hormonal c'est comme si tout soudain je ressuscitais , ceci étant on est tous différents et dire ceci ou cela pour traiter une maladie,qui très souvent reflète * le mal qui a dit*,en médecine rien n'est fixé d'avance ,on est pas tous clonés à la même enseigne,même si les cours ou planches anatomiques révélent le corps humain,et de loin pas son âme ,de là peut-être viennent beaucoup de problèmes liés à la médecine de pointe actuelle.qui sait?
bien à vous et bon dimanche

Écrit par : lovsmeralda | 06 février 2011

merci, Lovsmeralda, pour votre témoignage.
C'est évident que la santé est la résultante d'un ensemble de facteurs.
La médecine de pointe coûte cher car elle ne s'occupe que trop de l'un ou l'autre élément ou même plusieurs séparément, plutôt que de percevoir comment fonctionne l'être humain qui manifeste tel ou tel trouble.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06 février 2011

@Marie -France de Meuron,trop heureuse de pouvoir encore malgré mon âge poser une pierre à l'édifice de la pyramide universelle!
bonne journée à vous

Écrit par : losmeralda | 07 février 2011

Il est vrai qu'en médecine nous n'apprenons pas les médecines alternatives. Certains toubibs commencent à s'y intéresser, malgré les lobbies pharmaceutiques. Il me semble qu'une complémentaire existe pour les produits naturels.

Quant à la chondroitine, cette substance à base d'extraits de cartilage serait très adéquate pour le traitement de l'arthrose. Sur les 900'000 cas en CH répertoriés, il y aura bien des gens qui essaieront de ce traiter ainsi. Soyons optimistes et nous verrons les résultats.

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

Rose des sables, Ce n'est pas d'aujourd'hui que des médecins s'intéressent aux médecines alternatives. Voilà déjà deux siècles que l'homéopathie existe sous la pratique qu'on lui connaît aujourd'hui et qu'elle a séduit des médecins par ses succès quand elle est bien prescrite.
Vous parlez d'une "complémentaire". Vous voulez parlez d'une assurance complémentaire? Elle n'est pas à comparer avec l'assurance de base puisque bien des personnes ne sont pas acceptées, que c'est un produit lucratif pour les assureurs et, surtout, que ceux qui choisissent ce mode de se soigner doivent payer un complément. Une preuve de plus que c'est bien une oligarchie qui impose le mode de soin.

Quant à la chondroïtine, il n'est pas nécessaire de parler au futur car cela fait des décennies qu'elle existe et plusieurs études ont montré ses bienfaits.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 24 février 2011

Les commentaires sont fermés.