16 octobre 2010

La médecine, les juges et le respect

Dans cet article publié dans le courrier de la tdg du 15.10.2010 et repris par le site de l'AMG, les médecins, par le président de la FMH, , défendent la relation d'un médecin avec un patient. Il n'est donc pas question de le nourrir de force. La justice est même accusée de dénaturer la médecine.


Ce qui est curieux, c'est qu'il n'y a aucune explication de la position du Tribunal Fédéral, comme si ses représentants étaient de purs débiles qui n'avaient rien compris et que seule l'éthique médicale selon la grande partie des médecins prévaut. Je dis la grande partie des médecins parce que les psychiatres vont plus loin dans la perception du patient et peuvent détecter les différentes tendances qui animent un individu. En effet, la volonté peut être divisée, les désirs multiples et les besoins variés. Un être humain peut être ainsi très divisé en lui-même.

Si les médecins défendent avec vigueur certains paramètres, ils doivent aussi s'ouvrir aux paramètres de la société qui n'a pas envie de voir quelqu'un mourir de faim sous ses yeux, surtout si ce quelqu'un se joue des autres et montrent différentes facettes très distinctes voire opposées de sa personnalité.

 

 

Les commentaires sont fermés.