05 octobre 2010

La multirésistance dans les maladies et dans la recherche médicale.

Une information dans Le TEMPS parue le 19.3.2010 (désolée, je ne parviens pas à en trouver le lien) nous relate l'avertissement de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) que la tuberculose multirésistante progresse dans plusieurs régions du monde. Sur 440 000 personnes atteintes, le tiers en est décédé.


Le problème progresse: En 2007 à Bakou, 22 % des malades étaient résistants.

Dans le nord-ouest de la Russie, un record a été enregistré : 28 %.des tuberculeux ne réagissent plus aux médicaments selon une étude de 2008.

Le problème sévit aussi en Chine, en Inde et en Afrique.

En fait, cette multirésistance est à l'image de la résistance des chercheurs à investiguer franchement d'autres pistes médicamenteuses. Ils continuent de rechercher, dans le système moléculaire isolé, des traitements alors qu'il est vraiment temps de revenir à des produits beaucoup plus diversifiés et qui contiennent en eux-mêmes plusieurs principes actifs qui additionnent leurs qualités.

Le public connaît beaucoup trop peu les nombreuses études très scientifiques qui ont été effectuées dans des facultés de microbiologie ou de pharmacie en ce qui concerne, par exemple, l'effet des huiles essentielles sur les maladies infectieuses.

En voici une avec plusieurs références, en anglais, où l'HE de myrtus communis L a été testée avec succès contre mycobacterium spp


Du reste, Google nous propose plusieurs articles au sujet des HE dans la tuberculose.

Il serait vraiment temps d'en faire une synthèse afin d'intégrer sérieusement les HE contre la tuberculose et bien d'autres maladies infectieuses, comme le sida dont la médecine a fait des malades des patients chroniques mais pas des individus guéris.

 

Les commentaires sont fermés.