12 août 2010

La médecine réduite et les médecins avec

Nous avons maints exemples du fait que la médecine actuelle est trop souvent réduite à la biologie, la génétique et la statistique. Un exemple flagrant nous en est donné par l'article tdg publié dans plusieurs médias.


Tout au long de l'article, il n'y a pas trace de maladie avec des signes pathognomoniques. On cite bien le fait qu'il y a des patients mais rien sur ce qu'ils vivent, de quoi ils souffrent, quels organes sont atteints, quelle en est la gravité et les répercussions à long terme.

En revanche, la biologie nous dit qu'il s'agit d'une'entérobactérie, productrice d'une enzyme, dont on nous dit savamment le nom : de type "New Delhi métallo-beta-lactamase" (NDM-1).

On apprend aussi qui l'a identifié la première fois et dans quel pays, comme si ce savoir nous apportait des indices pour approcher et percevoir en quoi consiste la maladie

L'art médical est ainsi complètement mis à l'écart , cette part d'humanisme et de connaissance de l'être humain dans son ensemble. Qui est-il ce patient qui n'arrive pas à résister à cette bactérie? Quels sont ses organes fragilisés? Quel type d'évènement récent a pu diminuer son immunité?

Toutes ces questions qui permettent de trouver le traitement adéquat ou plutôt l'ensemble de remèdes appropriés.

La médecine réduite croit qu'il n'y a que les antibiotiques de synthèse pour vaincre des bactéries.

Or les huiles essentielles par exemple peuvent être très puissantes, comme l'ont démontré des médecins qui ont dû soigner dans des zones étrangères, pendant une période de guerre.

Commentaires

Je serais intéressée par un article sur les (méridiens), j'entends souvent les thérapeutes en parler, mais je l'avoue, j'ai un peu de peine.

De plus, est-il vrai que chaque mois, un de nos organes travaille plus que les autres organes?

Écrit par : Fatima | 12 août 2010

Bravo, Fatima, de chercher à découvrir la Médecine Traditionnelle Chinoise!
Elle est complexe parce que notre organisme est complexe mais elle est en même temps très claire car tout a sa place et est bien défini. L'étude de la MTC est une excellente façon de découvrir notre dimension énergétique, bien peu mise en évidence dans notre médecine conventionnelle.
Je suis allée voir sur Google ce qui pourrait vous instruire. Je vous propose le site : http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/MedecineChinoise/physiologie_meridiens.aspx#2
Pour le rythme des organes, il faut savoir qu'il y a un rythme quotidien que vous trouverez dans l'article cité.
Il y a aussi un rythme saisonnier, sauf qu'il y a, sauf erreur, 5 saisons.
Par exemple, au printemps quand la sève monte (dès fin février) le foie est très sollicité: par conséquent, les gens qui ont le foie en baisse d'énergie se sentiront très fatigués et auront la vue affaiblie.
Je vous laisse découvrir et me poser des questions quand elles vous viennent!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 12 août 2010

Merci pour vote réponse et le lien. Je vais le consulter tranquillement. Pour vous dire la vérité, j'ai toujours été intéressée par les traitements naturelles car notre mère est contre la médecine traditionnelle. Elle ne recourt aux médicaments chimiques qu'au dernier moment.

De plus, ayant vécu assez longtemps dans les pays asiatiques, surtout l'Inde où j'ai découvert les massages ayurvédique. Par la suite, j'ai découvert la réflexologie à Singapour lors d'un séjour de trois jours. J'ai trouvé que c'était un traitement complet. Par chance, dans la ville où je vivais en Inde; Bangalore, j'ai fait la connaissance d'une charmante dame israélienne experte dans le domaine.

Tous ces traitements me manquent énormément et de peur de me redire, je n'ai pas trouvé des thérapeutes qualifiés ici en Suisse même s'ils prétendent être des spécialistes.

Récemment, j'ai testé le shiatsu et je peux dire que je suis assez satisfaite.

Je réitère mes remerciements et au plaisir de vous lire

Écrit par : Fatima | 12 août 2010

Merci beaucoup, Fatima, pour votre témoignage.
Chez nous aussi, il y a des thérapeutes remarquables.
Pour le patient, il s'agit de bien savoir ce qu'il désire au plus profond de lui et où il en est sur son chemin de vie, ce qui lui permettra de faire le bon choix.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13 août 2010

Ouverture d'esprit ! Merci

Écrit par : NDM1 | 15 août 2010

pardonnez mon insistance,mais faisant partie de ces nombreux enfants séparés par Projuventute hé oui même des Suisses en ont souffert,hé bien ces enfants là restent méfiants toutes leur vie,c'est ains,le mal qui leur a été fait,leur a ouvert les yeux sur le vrai monde, ceci étant comment voulez vous bien vivre dans un monde ou on enlève les arbres les uns après les autres,l'arbre lui aussi a son importance pour vivre en symbiose avec son environnement et pouvoir être protégé du soleil,fait aussi partie du bien être,y'a un non sens dans ce monde,oui on va planter des arbres en israel pays que j'adore,et ici on les abats sans distinction quelque chose cloche vraiment dans notre ou du moins ce qui fut si belle Suisse

Écrit par : lovsmeralda | 22 août 2010

Lovsmeralda,
Je suis très touchée par votre départ dans la vie qui vous a arraché de vos racines.
Je reprends votre question : "comment voulez-vous bien vivre dans un monde où...".
Notre mentalité actuelle veut que nous ayons ce concept du "bien-vivre". Si c'est l'objectif auquel notre âme aspire, cela ne veut pas dire que le chemin pour y arriver est dépourvu d'obstacles souvent douloureux, si l'on constate par où la majorité des habitants de notre planète passe.
Ce qui cloche, c'est que nous ne choisissons pas un chemin de vie en corrélation à notre aspiration ontologique. Nous sommes beaucoup trop formatés à être conformes à la société actuelle plutôt que d'être en accord avec notre élan de vie le plus intime, ce qui nous fait dévier d'un chemin harmonieux.
C'est alors qu'interviennent nos problèmes de santé qui se manifestent quand les tendances intérieures sont trop opposées et que notre comportement profond reste figé sur certains concepts. L'être intime exprime alors sa souffrance d'être écartelé.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 27 août 2010

enfin une réponse à une phrase souvent entendue et dite par des gens mal lunés sans doute dans les années 50,ceux de 46 vous n'êtes que des déchets,déjà sans doute recyclables,mais le plus rigolo,oui il faut bien en rire à passé 60 ans,et relativiser,voici ce que je viens de trouver sur un site parlant des toutes premières radiographies,dans les années 41,les radiologues novateurs et sans doute espérant voir progresser cette nouvelle science,considéraient les patients comme des objets et un tas d'organes d'entités négligeables,heureusement les temps ont changé,enfin je sais,comme dit la chanson de jean Gabin
bien à vous chèreMadame

Écrit par : lovsmeralda | 10 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.