28 juillet 2010

« Roche table sur un médicament novateur contre le cancer du sein »

Bien que datant déjà du 16.4.10, cet article, publié sous la rubrique économie suisse dans Le Temps, est toujours d'actualité. Il montre bien à quel point l'économie guide la médecine. Je reste abasourdie en percevant tout le marketing nécessaire à rentabiliser un tel produit, tous les jeux d'influence sur les médecins pour qu'ils prescrivent ces molécules, toute la focalisation imposée sur ce type de médicaments.


 « Cette nouvelle molécule détruit les cellules malades en activant un anticorps et en secrétant une toxine. La nouvelle substance est actuellement testée sur 110 patientes souffrant d'un cancer du sein métastasé ». Evidemment, ce genre de molécule séduit les chercheurs et les médecins toujours avides de nouveauté. Toutefois, rien n'est dit sur les effets à court ou à long terme sur les malades dans leurs totalités.

Une sagesse ancienne ne dit-elle pas qu'il ne faut pas mettre tous les oeufs dans le même panier?

Autant d'efforts, de finances, de temps et de personnel immanquablement fournis pour un unique produit évacuent d'autres recherches, d'autres produits et d'autres initiatives envers les malades du cancer du sein. Viser un processus moléculaire ne permettra jamais de guérir l'organisme et le psychisme de la femme chez qui un cancer se développe. Le processus local sera peut-être maté mais l'organisme concerné peut alors soit recommencer quelques temps après, soit développer une autre pathologie. A l'heure où les scientifiques soulignent la valeur de la biodiversité, il est regrettable qu'en médecine nous maintenions un pareil déséquilibre entre les thérapies. Pire encore, nous les exportons tout azimuth, privant les autres cultures de développer leurs propres modes de soigner.

Commentaires

N'avez-vous pas la référence internet de l'article que vous citez? Si oui pensez à créer un lien hypertexte en suivant la marche suivre http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2008/07/16/creer-des-liens-hypertextes.html ou au pire en scannant l'article pour le joindre en pièce jointe.

Écrit par : jf mabut | 28 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.