23 juin 2010

Médicaments mal prescrits aux aînés

 Dans une note de Le Temps du 27.4.2010, l'ATS reporte une étude des Hôpitaux Universitaires Genevois concernant la prescription inappropriée ou l'omission fréquente de médicaments chez le patient très âgé souffrant de plusieurs maladies


 Ces patients de plus de 80 ans recevaient en moyenne 7 médicaments par jour. L'étude montre que dans 77 % des cas des médicaments inappropriés ont été prescrits et dans 65 % des cas le médicament approprié à l'état du patient était omis.

Conclusion des auteurs : « Ces résultats mettent en évidence la nécessité d'une formation spécifique pour la prise en charge de ces patients complexes. »

A souligner aussi : « ces résultats ne constituent pas une surprise, ils confirment les données d'études antérieures qui n'avaient jamais été parfaitement étayées. »

Si le problème est connu, pourquoi d'obstiner à le démontrer par de multiples études et observations? Vouloir « parfaitement étayer » un phénomène visible à répétition ne peut apporter que perte de temps, d'énergie et d'argent au corps médical et au corps des assurances!

En fait, le système de soins est à remettre en cause plus fondamentalement.

Nous savons bien que l'organisme de tout être humain est un ensemble de mécanismes très élaborés avec de multiples interconnexions. Que cet organisme est capable de s'adapter à bien des perturbations, toutefois jusqu'à un certain point. Ainsi, l'organisme d'une personne âgée est vite désarçonné par des médicaments qui ciblent l'un ou l'autre mécanisme cellulaire ou moléculaire.

Au lieu de vouloir résoudre les symptômes par des formules chimiques, il serait judicieux d'utiliser d'autres types de thérapies pour améliorer le confort du patient âgé. Beaucoup de thérapies alternativent obtiennent des résultats qui satisfont les malades âgés. Effectivement, il ne s'agit pas de vouloir à tout prix guérir des maladies mais bien d'améliorer l'état général des personnes. On voit trop souvent encore un médicament efficace pour un problème de santé apporter des troubles généraux bien plus désagréables.

Parmi les thérapies alternatives à notre portée, signalons la réflexologie, qu'elle soit plantaire, palmaire ou auriculaire. La médecine traditionnelle chinoise aussi, pratiquée avec ses subtilités s'adapte très bien aux nécessités des personnes âgées.

Il est donc indispensable actuellement d'allier les thérapies dans une médecine globale plutôt que de viser des mécanismes précis qui demandent chacun son médicament, ce qui conduit à une somme de comprimés qui, en plus du risque d'être incompatibles entre eux ou de générer des effets secondaires, deviennent très difficiles à gérer pratiquement dans une journée.

Commentaires

Chère Madame,
Bravo pour votre article.
Un autre problème est aussi la sur-médication des pensionnaires d'EMS et autres institutions, voir médication ayant pour but "d'assommer" la personne afin de faciliter le travail du personnel et justifier une "détention" arbitraire.

Dans le cas de pensionnaires de la Résidence du Nant d'Avril, par exemple, un pensionnaire est "séquestré" suite à une dépression consécutive à un deuil. Prétendument pour sa sécurité, il est maintenu contre son gré dans cette résidence avec administration de médicaments non justifiée par son état réel.

D'autres cas similaires existent dans cette résidence, pourtant bien notée.(administration de Risperdal, Zoloft etc... à des personnes ne souffrant d'aucun trouble psychiatrique par exemple)

Tant sur le plan humain, sanitaire que financier, ces cas sont inacceptables, d'autant que ce sont des personnes fragilisées ou isolées qui sont victimes de ces abus médicaux.

Le coût d'un séjour en résidence est entre 5000.- et 8000.-/mois.
À cela s'ajoute les coûts annexes.
Lorsque d'autres solutions moins onéreuses et moins néfastes à la qualité de vie et santé des pensionnaires pourraient/devraient être prises, il est inadmissible de constater cette gestion désastreuse de la situation.

J'espère qu'enfin un vrai audit aura lieu quant à toutes cliniques, institutions et résidences ayant un pouvoir "de vie et de mort" sur une partie de la population.(Ces personnes,patients ou pensionnaires, sans aides extérieures, n'ont aucune possibilité de reprendre le contrôle de leur vie, de leur avenir)

Par respect humain et par bon sens économique et social.

Bien à vous

Écrit par : Mireille Luiset | 23 juin 2010

Effectivement, quand les médicametns habituels ne font aucun effet, il faut passer à autre chose, mais j'ai l'impression que les médecins pensent guérir toutes les maladies.

Les mentalités doivent changer aussi.

J'aimerais souligner toutefois, que je ne suis pas vraiment satisfaite des thérapuete ici en Suisse, mon cas est isolé car je compare les soins prodigués ici avec ceux que j'ai eu dans les pays asiatiques, Inde, Thailande, Singapur...

Merci pour votre article et documentation

Écrit par : Fatima | 23 juin 2010

Bonjour à toutes et merci à Mme de Meuron pour cet article très intéressant. Je suis une dame de compagnie pour une personne âgée de 82 ans qui souffrent de douleurs abominables dues à l'arthrose. Elle a beau prendre un tas de médicaments chimiques, les douleurs ne partent pas. En plus, elle ne peut plus bouger. Elle est très démoralisée et souhaite la mort à chaque instant. Cette personne a fait le choix de rester à la maison car elle a gardé un très mauvais souvenir des EMS où elle a longtemps travaillé.

Beaucoup d'entre nous vieilliront et rencontreront probablement les mêmes problèmes. Je souhaite que la médecine naturelle puisse apporter un réelle soulagement là où la médecine traditionnelle a échoué.

Encore merci Madame et très bonne journée à toutes.

Écrit par : zakia | 23 juin 2010

Merci Zakia de venir nous faire part de vote expérience.
Il est regrettable que notre culture ne nous apprenne pas davantage à prendre soin de notre santé, à prendre conscience des rouages de notre corps. Mieux nous ressentons et connaissons ce qui se passe en nous, mieux nous trouvons les moyens de rectifier les déséquilibres. Plus la maladie est chronique, plus il y a accumulation d'erreurs de fonctionnement. Le problème aussi est que notre science pharmacologique s'appuie sur les découvertes des sciences dures pour concevoir des médicaments très ponctuels qui enlèvent les symptômes mais pas les réelles causes des pathologies.
L'avantage des thérapies qui conduisent à une meilleure connaissance de soi est, qu'en plus de nous permettre de nous sentir mieux, elles nous permettent de développer des capacités potentielles tant physiques que psychiques.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 juin 2010

Bonjour Fatima,
Merci pour votre commentaire qui appelle différentes réflexions.
Vous évoquez un traitement en deux phases ; essayer les médicaments et, s'ils ne font pas d'effet, passer à autre chose. Dans de tels cas, on passe trop vite sur la phase préliminaire qui constitue à bien définir le problème et les paramètres en jeu. Plus un problème est aigu, plus il est facile de déterminer les paramètres en jeu. Et c'est malheureusement dans de tels cas que l'on ne prend pas le temps d'apprendre à comprendre ce qui se passe et l'on se contente d'un moyen thérapeutique de médecine conventionnelle ou autre. Effectivement, l'habitude de "gommer" les symptômes est tellement ancrée dans notre culture qu'on peut aussi utiliser des techniques dites naturelles pour la même intention.
L'autre problème que vous soulevez est la qualité des soins des thérapeutes ici par rapport à l'Asie. Je crois qu'il vaut la peine que je fasse un billet sur ce sujet. Merci de m'en avoir donné l'idée!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 juin 2010

Madame Luiset, Je vous sens très concernée par le sujet et riche d'une grande expérience. Les situations que vous mentionnez sont presque la norme tant pour les aînés que pour les adultes valides : on ne les accompagne pas vraiment dans leurs processus affectifs, leurs épreuves de vie, et on se contente de calmer les émotions avec des produits chimiques.
Je connais un musicothérapeute qui s'est fait reprocher de déstabiliser les pensionnaires d'un EMS alors qu'il leur donnait la possibilité de s'exprimer.
Si on procurait au personnel des EMS les moyens d'écouter les personnes âgées en profondeur plutôt que de leur taper sur l'épaule en disant : "ça va passer" ou "c'est pas grave" ou "on va vous donner quelque chose pour vous calmer", non seulement ce serait plus salutaire pour nos aînés mais encore l'existence serait bien plus intéressante pour les professionnels du lieu. Leur travail serait alors pleinement créatif et valorisant.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 juin 2010

suis scandalisé par le fait relaté par Mme Luiset qui concerne l'EMS du Nant d'Avril. Quel est la forme juridique de cet EMS ? J'aimerais en savoir davantage.
p.l.

Écrit par : pierre losio | 27 juin 2010

Blog de très grande qualité, dont nous allons diffuser l'adresse autour de nous, merci encore, en espérant que vous allez continuer à nous surprendre avec vos articles enrichissants.

Cordialement

L'équipe de www.byp.fr
table de massage, matériel bien être

Écrit par : Byp messenger | 28 juin 2010

Merci à l'équipe de BYP pour vos encouragements et votre disposition à diffuser l'adresse de ce blog.
Votre site est bien fait et a l'intérêt de montrer les différentes possibilités de massage comme celui avec les pierres chaudes.
Bel été à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 29 juin 2010

@Pierre Losio,

Il s'agit d'une Sàrl.

http://www.swissguide.ch/fr/Systeme-de-Securite-Sociale/Satigny/1175256_rsidencedunantdavrilsrl.html

Mais ce qui est pratiqué au Nant d'Avril est semblable à ce qui se passe dans la majorité des EMS, cliniques pour personnes âgées, foyers et hôpitaux psychiatriques.
(Bel-Idée : administration d'injections normalement prescrites en cas de schisophrénie à un patient hospitalisé suite à un accident...)

Il faut relever que la majorité des EMS sont des fondations - donc, doivent être "rentables".


Le personnel suit les consignes des psy, tuteurs/tutrices, qui, par ailleurs dans la majorité des cas, ne visitent jamais leurs pupilles.(Alors que leur mandat les charge d'un suivi)

Bref; plus je vois des situations, plus je suis révoltée par le vol de la dignité, viol des droits de l'Homme, et atteinte à la qualité de vie, santé morale et psychique des "pensionnaires"!

Tout ce système permet de conserver des places de travail qui n'auraient plus raison d'être si ces "pensionnaires"! étaient simplement insérées dans la société ou maintenues à domicile avec une petite aide ménagère et médicale.

À votre disposition si vous souhaitez me contacter.

bonne soirée

Écrit par : Mireille Luiset | 30 juin 2010

vous posez un probleme très serieux méprisé par beaucoup de nos familles, car dans la plus part du temps c'est l'envie de se débarraser d'une personne agée devenue nuisible quelque soit le prix à payer, mais se que l'on ignore comme le disent souvent les fantomes de mon village < je te depasse parceque je suis deja à l'endroit ou tu te rendra tôt ou tard >.
Et le grand coût, ce sont les moyens que l'on utilise pour resoudre les problemes sanitaires de nos ainés comme vous le dites si bien, car tout tourne autour de la recherche du profit.
Je me rappelle il 20 ans dans mon village, qu'il y avait beaucoup de personnes agées, et aujourd'hui on les compte au bout des doigts, où est la cause ? ce sont ces produits qui nous tuent à petit feu et reduisent notre esperance de vie car le modernisme est venu plongé les gens à l'abandon de leur valeur culturelle, resultat c'est l'écatombe.
La meilleur façon de resoudre ce probleme serait de reaprendre à considerer la valeur de l'être et à minimiser le superflu car tout est vanité.

Écrit par : eteme patrick serge versace | 06 juillet 2010

Merci, Patrick Etème, de nous apporter votre profonde sagesse africaine.
Il est vrai que trop souvent aujourd'hui la sagesse d'un vieillard est si profondément ancrée en lui qu'on ne sait plus la percevoir.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 07 juillet 2010

Comme vous pouvez le constater nous venons régulièrement sur votre espace afin d'y cueillir de nouvelles astuces, et afin de partager nos expériences avec les professionnels du bien être.

L'équipe de www.byp.fr
table de massage, matériel bien être

Écrit par : Byp messenger | 15 juillet 2010

Mesdames, Messieurs,

Je trouve honteux de nos jours, avec l'accès généralisé à l'information et la transparence de gestion des établissements médico-sociaux d'adhérer aux propos diffamatoires de Mme Luiset. je vous engage à vérifier l'information avant de prendre position. La résidence du Nant d'Avril est une institution ouverte au public et attend votre visite.

Brigitte Mottet - Directrice de la Résidence du Nant d'Avril

Écrit par : Brigitte MOTTET | 28 octobre 2010

c'est une honte que de ne pas savoir soigner nos ainés!

http://www.leaderpharma.com/dhea.html

Écrit par : dhea75 | 05 novembre 2010

votre article décrit bien le manque de logique régnant acuellement au sein du monde médicale qui croyantt pouvoir tout simplifier grâce à l'imagerie en oublie de raisonner sainement .On est loin des infirmiers et infirmières se sacrifiant pour ce noble métier,les malades atteints de folie du temps des hopitaux psychiatriques ou j'ai travaillé 40 ans,se retrouvent confrontés à des maux du 21e siècle,les hopitaux sont vidés des maladies issues pour beaucoup des conflits de l'époque,ce qui devait évolué en est resté au statu quo,les bons médecins sont décédés,le personnel sur qui on pouvait s'appuyer a disparu lui aussi,c'est toute la médecine qui doit se remettre en cause avant de se lancer dans des recherches liées au cerveau,mais qui ne résoudront en rien les maladies psychosomatiques liées elles à l'environnement agressif dans lequel nous baignons tous actuellement,d'ou la phrase ayant cours tous ces jours,de la part de personnes âgées,on ne pourra plus jamais faire confiance aux médecins et ceci est super grave,la preuve un patient parti en ambulance se retrouve égaré et loin de sa femme qui mit plus d'uine journée à savoir dans quel hopital était soigné son mari!et nous sommes en Suisse,pays reconnu jusque dans les années 80 pour la qualité de ses soins!

Écrit par : lovsmeralda | 05 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.