25 mars 2010

CELIBAT DES PRÊTRES, PEDOPHILIE ET....KUNDALINI

Merci à TdG d'avoir ouvert le débat sur les mécanismes psychoaffectifs des prêtres qui pratiquent la pédophilie « le célibat et la pédophilie sont-ils liés?". Et le corps dans tout cela?


 Comme pour tout problème important de l'être humain, les causes sont multiples et s'enchevêtrent.

Il est évident que seul le célibat ne suffit pas à faire d'un prêtre un pédophile mais cherchons à voir toutefois comment il peut l'influencer.

Tout être humain normalement constitué ressent à la publerté la montée de l'énergie sexuelle qui vient alimenter son corps tout entier et qui est stimulé d'autant plus à la vue de certaines personnes.

Dans les séminaires qui préparent les adolescents à devenir prêtres, les enseignants les engagent à ne pas être attentifs à ces élans. Il est donc judicieux de se demander où va cette force qui est inhérente à l'humanité. Disons en passant que si le Créateur l'a mise dans tout être animé, c'est qu'elle a sa place. Quel rôle a-t-elle à jouer?

Dans notre culture judéo-chrétienne, la réponse est bien cachée alors que si nous allons dans la culture indienne, nous découvrons la kundalini, cette force vitale, sexuelle ou divine selon les milieux, lovée au bas de la colonne vertébrale. Cette force est destinée à se délover et à monter le long de la colonne vertébrale, d'alimenter les chakras et, en arrivant au sommet de la tête, de provoquer l'Eveil de la Conscience de soi ou Eveil spirituel.

On comprend alors que l'Eglise ait pensé qu'en empêchant les relations sexuelles, la kundalini monterait d'elle-même et permettrait cet éveil spirituel. Seulement, cela n'est pas si simple car le travail sur la kundalini est en relation avec une démarche personnelle qui passe par beaucoup d'étapes constructives qui mènent à une maturation de l'être et permet alors à l'énergie de la Kundalini de s'épanouir pleinement.

Il est étonnant que la religion chrétienne qui prêche l'incarnation de Dieu en Jésus ne se préoccupe pas davantage de l'incarnation de l'Energie divine dans le corps.

Commentaires

la chasteté est une notion qui a été à tel point étriqué par les humains de la terre qu'il n'est absolument rien resté de sa signification réele ; elle a été trainé sur une fausse voie, ce qui devait avoir pour conséquence naturelle que cette déformation exerça une oppression inutile sur de nombreux etres humains et meme tres souvent d'indicibles souffrances.
certaines personnes vont vers certains emploies, pour la facilité du metier et d'autres pour satisfaire leurs envies interieurs.
Malgré la souffrance que les prêtres endurent, ils doivent ça à Dieu qu'ils servent et ne profité d'aucune faiblesse de leurs fidèles.
Gardez-vous cependant de retomber dans les vielles erreurs humaines et d'accommoder à nouveau le sens des mots,d'en déformer une partie pour qu'elles servent vos propres dessein, vous tranquillisent lors de vos fausses manieres d'agir et vous aident à bercer vos semblables dans l'indolence, voire à les duper.
A peu d'exceptions près les êtres humains sont dans une erreur sans bornes et qui est pour eux extrêmement funeste !

Écrit par : eteme patrick serge versace | 29 mars 2010

Il y a bien sûr la loi, à laquelle sont soumis les prêtres et les moines et moniales en général, dans l'Eglise catholique, tous les religieux. Mais la spiritualisation du flux d'amour a longtemps été partie intégrante de la vie mystique chrétienne. On ne peut pas dire qu'au départ, l'Eglise ait attendu passivement l'éveil spirituel, en espérant le provoquer mécaniquement par une interdiction. Quand on connaît bien le mysticisme ancien, on voit bien que ce n'est pas exact. "L'Imitation de Jésus-Christ", au XIVe siècle, est entièrement fondée sur le thème de la spiritualisation des affections humaines. Or, au XVIIe siècle, la mystique catholique même francophone a développé encore cette thématique, avec François de Sales et puis Jeanne Guyon, qui prônait une fusion intime avec la divinité et qui disait qu'elle faisait passer tout désir charnel. Saint Paul même en parle dans ce sens, en conseillant aux autres de suivre son exemple, de rester célibataire et chaste; il évoque un mystère, à cet égard, et c'est évidemment celui de l'amour divin, tel que François de Sales en parle, tel qu'en il en a fait en quelque sorte le bilan.

Le problème est que l'Eglise catholique a peu à peu abandonné cette vie mystique médiévale pour se tourner vers la règle morale. Mais je le redis, on ne peut pas prétendre qu'elle a toujours agi ainsi, même si, à la rigueur, on peut dire qu'elle n'a pas toujours aussi clairement expliqué la chose que les mystiques orientaux, qu'elle est restée à cet égard dans le sentiment de la foi.

Écrit par : RM | 01 avril 2010

merci, RM, pour votre commentaire très lumineux.
Comme pour toute qualité, l'être humain a une fâcheuse tendance à laisser beaucoup de poussière s'installer dessus; parfois, il s'agit même de boue, plus épaisse et plus difficile à retirer. C'est pour libérer toutes ces gangues qu'il est nécessaire de faire un travail de connaissance de soi afin de distinguer l'ivraie du bon grain, autrement dit, notre être fondamental de toutes ses couches de crasse qui sont des facettes de nos diverses personnalités.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 avril 2010

Sans doute, Marie-France.

Il y a à cet égard la tendance toute romaine à se fier à des lois en soi vides, et puis aussi, peut-être, le rejet post-romain de l'Eglise, qui est devenu aussi une sorte d'habitude inconsciente.

Mais Jeanne Guyon, quoi qu'il en soit, disait elle-même que combattre le désir charnel directement l'attisait, au lieu de l'estomper, et qu'on ne le vainquait qu'en faisant fusionner son âme avec la divinité, en spiritualisant l'amour, et non en pensant supprimer le désir. Au reste, elle-même se disait et se voulait catholique et fidèle à l'Eglise, et c'est l'Eglise qui, sous la pression des évêques français, l'a rejetée. Or, la tendance française était celle de la règle, de l'ancienne Rome. Mais Jeanne Guyon était au départ disciple de François de Sales.

Écrit par : RM | 02 avril 2010

Puisque beaucoup de prêtres sont impliqués dans ces actes très répréhensibles, au regard de la loi, et qu'ils ont reconnus "leurs méfaits", alors pourquoi le prédicateur de la maison pontificale,cherche-t-il à jusfier,l'injustifiable ?
d'autant plus qu'il prend en exemple,d'après lui, suite à une lettre qu'il a reçu d'un juif et que ce dernier compare ce qui se passe contre l'Eglise,est comparable à l'anti-métisme !!
Donc, ils'agit de faire son méa-culpa et de ne pas chercher à défendre ce qui s'est passé, parce que c'est monstrueux, des prêtres,hommes d'Eglises,qui se livrent à des pratiques, justement interdites par l'Eglise-elle meme,et par toutes les religions !!
Alors,chercher à "embobiner" les gens avec cette comparaison,ne fera que se retourner contre lui et la maison Pontificale....la preuve, le Vatican dément,et informe l'opinion,que la déclaration, n'engage que sa personne(le prédicateur) et non le Papa ?!

Écrit par : robe longue | 03 avril 2010

Je comprends votre indignation d'autant plus des mots ajoutés aux mots n'apportent pas grand-chose à la souffrance qui perdure en ceux qui ont été abusés.
Une autre dimension est celle d'expliquer par le passé des événements, ou de s'appesantir sur des éléments passés au lieu de considérer l'ici et maintenant.
Le sujet de la pédophilie recouvre plusieurs plans que je ne vais pas développer mais il y en a un très aigu: Que faisons-nous devant un pareil bilan. C'est une vérité terrible à laquelle il est demandé au Vatican de se confronter avant de se positionner. Sincérement, je ne ressens pas que le Pape actuel soit en mesure d'affronter un problème d'une envergure pareille.
Ce sera un excellent sujet pour un nouveau pape, si nouveau pape il y aura...

Écrit par : Marie-France de Meuron | 03 avril 2010

La pédophilie se rencontre dans tous les milieux éducatifs puisqu’elle attire les personnes portées à cela et favorise le passage à l’acte par la promiscuité. Ce n’est pas un problème propre à l’Eglise catholique. Mais si un éducateur dans une association quelconque est traîné en justice cela ne fera pas les titres des journaux. La pédophilie intra-familiale est encore plus cachée et violente. Pour les victimes, elle relève de l’indicible. Il y a cependant plusieurs milliers de condamnations chaque année en France. Encore une fois, le problème existe dans l’Eglise catholique mais quelle est son importance réelle par rapport au reste de la société ? On ne le dit pas puisqu’elle en serait relativisée

Écrit par : deguisement curé | 13 août 2010

L'Homme ne peut aller contre sa nature humaine mais peut seulement la dompter selon sa propre morale. Voici ce que nous apprend Dieu dans son Saint Livre, de façon subtile, sur le comportement de certains prêtres :

"Nous avons envoyé Noé et Abraham et nous avons confié à leur descendance la prophétie et l'Ecriture. Et si certains d'entre eux ont suivi le droit chemin, beaucoup d'autre furent pervers.
Nous avons envoyé ensuite sur leurs traces Nos autres prophètes que Nous avons fait suivre de Jésus, fils de Marie, à qui Nous avons donné l'Evangile. Et Nous avons fait naître dans le coeur de ceux qui l'ont suivi la bonté et la compassion. Quant au monachisme qu'ils ont instauré eux-mêmes, Nous ne le leur avons point nullement imposé. Ils y étaient seulement poussés par leur propre désir d'être agréables à Dieu, sans pour autant l'observer comme ils auraient dû le faire. Nous avons donné leur récompense à ceux qui avaient cru parmi eux; mais beaucoup d'entre eux furent des pervers." Coran 57/ 26,27

Écrit par : zakia | 13 août 2010

Les commentaires sont fermés.