01 mars 2010

STRATEGIE ET GUERRE

Je reviens sur un commentaire de ma note « Naïveté »  où Madame Corélande s'exprime sur la place des émotions et des sentiments dans les conflits.


Pour Corélande, l'émotion et les sentiments sont une erreur majeure dans les conflits.

Je soulignerais tout d'abord que l'être humain est doté de raison et de sensiblité.

Qu'il les utilise ou non, ces deux constitutants essentiels existent.

Pour un équilibre dans l'existence, il est indispensable que les deux fonctionnent de pair, comme le jour et la nuit ou la main droite et la main gauche.

Emotion et sentiment sont des manifestations de ces constitutants, selon le vécu intérieur de l'individu. La sensiblité nous sert à percevoir la réalité. Elle est si importante qu'elle est soutenue par plusieurs sens qui ont chacun leurs spécificités et que nous pouvons affiner avec les exercices développés par nos expériences.

La stratégie est une dynamique, résultante de raisonnements et de perceptions.

L'individu peut n'utiliser que son mental, faisant fi de ce qu'il perçoit par sa sensiblité ou, au contraire, en les alliant.

La statégie peut utiliser différents paramètres sur lesquels elle s'appuie. Elle a, en général, un fil conducteur. Dans un conflit armé, il est évident que le fil sera la logique militaire, plus ou moins calculée, plus ou moins intuitive. Ainsi, l'avons-nous vécu avec « Plomb durci »

La statégie peut s'appuyer aussi sur des connaissances psychologiques. Ainsi Corélande mentionne l'usage des « victimes » - qu'elle met entre guillements comme s'ils n'étaient pas une réalité – pour une propagande de sentiment d'injustice, ce qu'elle trouve navrant. Toutefois, elle semble oublier qu'il n'y a pas de fumée sans feu et qu'il y a toujours des victimes pour qu'il y ait un processus de victimisation en action.

Ce qui est frappant, c'est qu'elle déplore l'usage de cette statégie alors que la création de l'Etat d'Israël a été en grande partie basée sur la victimisation des victimes de la shoah...

Autre stratégie: une façon très partielle de présenter les éléments ou de les prendre pour acquis lorsque cela vous arrange. Ainsi donc, Corélande estime que « depuis 1948, Israël essaie de prendre sa place, a cultivé et développé sa terre. Les autres n'ont fait que vouloir la reprendre, avec attentats et missiles... ». Cette façon de présenter les colons dans leurs pleins droits de débarquer sur une terre habitée et de louer la façon de la cultiver est très partielle. Nous devons tenir compte qu'ils ont aussi développer une armée dans des terres où on ne se préoccupait pas de créer une armée tant on ne concevait pas que l'ONU puisse offrir ainsi une vaste région où vivaient des autochtones. Ils ont donc imposer leurs conceptions de la région autres que celles de la culture maraîchère.

Autre élément de stratégie très puissant: la religion. On aime à souligner actuellement le côté islamique des opposants, leur façon de brandir le Coran pour se défendre selon leur tempérament, c'est-à-dire assez entier. Pourquoi ne pas souligner que les dirigeants d'Israël veulent un état juif, mettant bien en avant plusieurs paramètres historiques et religieux pour s'imposer dans la région et même parmi des Israëliens chrétiens ou musulmans?

Corélande préconise aussi la statégie de prendre du recul devant les images que les médias nous livrent de la Palestine. Or, on ne peut plus reculer quand on tombe dedans ou que les images se répètent.

Un film illustre atrocement bien les conséquences d'une stratégie glaciale: « Le garçon au pyjama rayé » de Mark Herman, film anglo-américain, 2008, DVD

Commentaires

Avant de se laisser corrompre l'esprit par les médias et les images véhiculées, la meilleure façon de se rendre compte de se qui se passe au Proche-Orient c'est encore de s'y rendre et de voir, de vivre la réalité des deux camps et de parler avec les différents interlocuteurs, si possible apolitique ! Sans oublier la réalité historique de la région !

Écrit par : LIv | 01 mars 2010

Suggérer d'aller voir ce qui s'y passe, de voir, de vivre et de parler avec chacun est encore une stratégie pour reporter à plus tard les actions indispensables à cesser une situation qui s'enfonce de plus en plus et pour permettre aux dirigeants d'Israël de poursuivre leur blocus, leur mur et l'envahissement de Jérusalem Est.
De plus, des personnes très qualifiées l'ont fait et ne sont pas écoutées pour autant. Donc la question est plutôt de savoir comment discerner le bon chemin et la juste attitude en son for intérieur.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 mars 2010

Bizarre votre lien qui est ----brisé----! et cette mise en avant nominative de ma position sur laquelle vous répondez, unilatéralement en tout cas pour ceux qui n'ont pas lu mes commentaires.

Mes arguments se fondent sur des souvenirs qui remontent à 1973 notamment. Un certain Yasser Arafat chef des commandos terroristes palestiniens a fait explosé des avions sur des tarmacs, en vol, et plombé par la peur les voyageurs de l'époque! (Israël étant depuis 1967 attaqué régulièrement par les pays arabes environnants).
Ceci ne se passait pas en palestine, les victimes n'étaient pas des palestiniens et pourtant, dans un esprit magnagnime une vingtaine d'années plus tard, on (les dirigeants du monde onusien) a porté à la présidence de la palestine ce même homme!
Là sont intervenus les sentiments......! Où en est-on aujourd'hui?

Israël joue sa survie tous les jours. Les "bons sentiments" ont réussi à faire croire que l'agresseur c'est Israël et PAS le monde arabe par sa branche palestinienne.
Conclusion, les pays arabes n'ont jamais voulu la paix au proche-orient. Cette guerre larvée était voulue et maintenue, car maintenant elle s'est étendue à la planète entière. Je ne vous refais pas le film des évènements récents!!!

Aujourd'hui Arafat n'est plus, mais khadafi lui oui! Mêmes méthodes, mêmes modèles, même monde arabe et même monde Onusien qui a intronisé à sa présidence un terroriste dirigeant à l'échelle du monde et plus seulement au proche-orient.

Écrit par : Corélande | 11 mars 2010

Corélande, Ce lien brisé montre que je ne suis pas experte en informatique et que je n'arrive pas à le corriger. De toute façon c'est le titre d'une de mes notes donc votre commentaire est facile à retrouver.
Désolée, mais pour moi il n'y a pas de nominatif quand il ne s'agit que d'un pseudo.
Israël joue sa survie et le titre de ma note est que la statégie utilisée est à revoir. L'histoire ne justifie pas les actes de ce jour et, malheureusement, les dirigeants s'y entêtent.
Vous cherchez à entretenir l'idée que vous êtes les bons et les arabes les méchants. Par là, vous niez aussi que bien des Israëliens refusent la présence arabes et veulent imposer un état juif plutôt qu'un état laïc.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14 mars 2010

Bons contre méchants ce n'est pas le sens que j'ai voulu donner à mes interventions.
Je dis plutôt que cette guerre larvée est voulue par Tous, car cela arrange beaucoup de pays cette focalisation sur Isarël et ses voisins.

Maintenant tout cela est maintenant dépassé, puisque cette même guerre se répand dans le monde entier. Ce qui s'est passé et se passe au proche-orient est à nos portes. Les mêmes schémas et stratégies vont se mettre en place, car une seule chose va compter......La survie de son Etat!

Écrit par : Corélande | 14 mars 2010

Les commentaires sont fermés.