21 février 2010

CURIOSITE SCIENTIFIQUE OU DEVELOPPEMENT DES SENS?

Un article de Le Temps du 6.2.10 – « LK a reçu une bourse de 2,5 millions d'euros pour explorer l'organisation sociale et la division du travail chez les insectes sociaux. »- m'a suggéré cette note.


 Laurent Keller est directeur du Département d'écologie et évolution à l'UNIL. Ces millions d'euros sont donc consacrés à la science. Est-il vraiment nécessaire d'octroyer une telle somme pour observer des fourmis? Même si elles peuvent être des indicateurs du changement climatique, il y a certainement des moyens bien plus simples pour qu'elles nous livrent leurs évolutions.

Alors, pourquoi une pareille fortune? Pour répondre à la curiosité scientifique d'aller toujours plus dans le détail avec des instruments toujours plus sophistiqués. Une telle démarche devient un jeu et n'exige de l'être humain pratiquement plus que ses qualités intellectuelles et mentales.

A quoi sert de découvrir l'évolution des fourmis sous contrôle vidéo si nous ne sommes plus disponibles pour étudier notre développement dans notre corps, notre âme et notre esprit? Sans compter que les sommes octroyées le sont au détriment d'autres types de recherches.

Nous avons à notre disposition des sens que nous pouvons développer gratuitement. Nous avons, pour exemple, les aveugles qui deviennent capables de percevoir des éléments très subtils du fait d'en être obligés par leur handicap. Il n'est, heureusement, pas nécessaire de subir un handicap pour développer ses perceptions, Il s'agit d'être présent à ce qui se passe dans l'instant, d'être attentif à ce que nos sens perçoivent et de prendre conscience de la portée de ces sensations.

Nous avons bien sûr les 5 sens concrets mais chacun a des niveaux plus subtils. Lorsque nous disons «  ca pue le fric » nous employons notre sens subtil de l'odorat. Lorsque nous exprimons « j'en ai plein le dos » il s'agit plutôt du sens tactile. Et quand nous entendons passer un ange.....

Il n'y a pas de gens sensibles et d'autres insensibles. Il n'y a que des individus qui utilisent et développent leurs sens et ceux qui se limitent dans leurs activités. Cette absence de conscience des sensations nous conduit tout droit au...service d'urgence de l'hôpital. Effectivement, le manque de présence à ses sensations fait qu'on ne sait plus entendre et comprendre les signaux du corps. C'est seulement lorsqu'ils débordent que l'on s'en occupe et encore, comme on ne sait pas qu'en faire, faute de les avoir étudiés, on ne peut que se précipiter vers une aide extérieure à soi.

Ainsi donc, une des meilleures préventions en matière de santé et de nous sentir en collaboration avec nos mécanismes physiologiques, affectifs et spirituels pour pouvoir en détecter les signaux et tendre vers une harmonisation globale.

Les commentaires sont fermés.