04 février 2010

ET SI ON PARLAIT DES MALADES CANCEREUX PLUTOT QUE DU CANCER?

L'union internationale contre le cancer affirme que prévenir le cancer est aussi possible et qu'un mode de vie sain peut diminuer de 40% la développement d'un cancer. Puis suivent les conseils hygiéniques et antiinfectieux.


 Seulement, voilà, un cancer se développe sur un individu unique qui fonctionne avec une multitude de « programmes » tant physique qu'affectif et spirituel. C'est une conjonction et un enchaînement de dysfonctionnements qui aboutissent à un cancer. Quand la tumeur cancéreuse éclot, c'est signe d'une faillite du système d'harmonisation générale. La tumeur est alors un autre soi qui se développera, au mieux en parallèle avec l'organisme, au pire en l'envahissant, en lui soutirant toutes les énergies et les nutriments dont il disposait jusqu'alors.

Que se passe-t-il dans l'être humain dont l'organisme ne tient plus les rênes de ses fonctionnements, voire qui encourage le processus tumoral? Cet être multidimensionnel est évidemment concerné sur plusieurs plans. Et chacun a une combinaison personnelle de ses « logiciels intérieurs ».

Il est vrai aussi que si la tumeur cancéreuse se loge dans un organe précis, c'est qu'il existe un sens précis à cette élection et qu'il s'avère nécessaire de disséquer aussi les mécanismes inclus localement.

En réalité, il y a cette faille locale mais peut-être surtout des déséquilibres bien plus généraux.

Prévenir un cancer, ce n'est donc pas seulement viser un élément ou un autre, comme une infection ou des molécules agressives. C'est aussi corriger son hygiène dans ses différentes dimensions : feu, air, eau, ou minéral, avec ce qu'elle nécessite de lumière, d'air de belle qualité, d'alimentation saine, de mouvements variés et réguliers.

Prévenir un cancer, c'est aussi se libérer de traumatismes affectifs et des réactions de défense pour les camoufler afin d'extraire de son inconscient des impulsions cancérigènes.

Prévenir un cancer, c'est revoir régulièrement les concepts sur lesquels nous basons notre existence et qui méritent d'être épurés ou revus dans leur hiérarchie.

Prévenir un cancer, c'est aussi être attentif aux signaux de notre corps afin de corriger les déréglements rapidement. A ce moment-là, on ne parle plus de prévention mais de traitement précoce.

Soigner un être humain porteur d'un cancer, c'est diagnostiquer tous les niveaux où se manifestent des dysfonctionnements et les corriger en parallèle autant que faire se peut. C'est donc un travail intense, complexe et long où il s'agit d'être attentif aux différents signaux du corps, de l'âme ou de l'esprit afin de percevoir leurs origines et prodiguer le traitement approprié, tout en les modifiant au fur et à mesure de l'évolution.

Un autre avantage de cette démarche intégrative, en ce sens qu'elle intégre plusieurs types de traitements, réside dans le fait qu'elle ne procure ni effets secondaires ni handicap.

Les commentaires sont fermés.