25 décembre 2009

JESUS, POUR QUI EST-IL VENU?

Faouzi Skali nous transmet la perception de Jésus dans le Coran qu'en a la tradition soufie dans son ouvrage:

« Jésus dans la tradition soufie », Albin Michel Spiritualités.

http://www.paperblog.fr/796872/jesus-dans-la-tradition-so...


 Etudier la mystique musulmane permet de connaître l'essentiel de la spiritualité de l'enseignement musulman, au delà de tous les ajouts provenant de la morale des religions, des moeurs culturelles et des évolutions historiques.

Ainsi, Faouzi Skali étudie l'Evangile, le Coran et des textes mystiques pour approcher une perception de Jésus qui nous invite à la religion du coeur. Il nous montre toutes les similitudes existant entre certains versets issus de l'un ou de l'autre texte sacré.

Le Coran nous parle de Marie et de tout le travail intérieur effectué afin d'être dans un état de pureté suffisant pour recevoir Jésus. Il nous est aussi parlé de Jean-Baptiste et de sa relation à Jésus quant au dessein divin.

Les apôtres sont bien définis quant à l'élan de leur foi: Je cite FS: « Nous sommes les auxiliaires de Dieu. Nous avons cru à ce que Tu nous as révélé, nous avons suivi le Prophète (en l'occurence Jésus), inscris-nous parmi les témoins.(Coran III, 52,53). Le terme de « muslimûn » que les apôtres emploient dans ce passage coranique indique qu'ils se placent dans la continuité de tous ceux qui ont répondu à l'appel de Dieu. Ils sont donc musulmans dans le sens le plus profond de ce mot, au-delà d'une forme religieuse spécifique. -fin de citation-.

Bien des passages montrent ainsi que dans les forces profondes de l'Humain se trouvent une unité qu'il fait bon éprouver.

 

HEUREUSE NATIVITE A CHACUNE ET CHACUN!

Commentaires

Est-on bien sûr que Dieu ou Allah ont existé? N'est-ce pas plutôt une belle légende écrite, interprêtée et traduite par les hommes ? Que croire, la bible ou le coran...

Écrit par : Ivan Skyvol | 25 décembre 2009

Le Hamas exhume des Chrétiens enterrés à Gaza,



Le 12 décembre 2009


Toutes les trois minutes un Chrétien est torturé dans le monde musulman. Selon une organisation de défense des droits de l'homme en visite en Israël à partir de dimanche, plus de 165.000 Chrétiens auront été tués en 2009 en raison de leur foi, pour la plupart dans les pays musulmans.

"Le Hamas déterre des corps de cimetières chrétiens de la bande de Gaza au motif qu'ils polluent la terre," a déclaré le Révérend Majed El Shafie, président de One Free World International (OFWI), arrivé à la tête d’une délégation de militants des droits de l'homme, de parlementaires canadiens et de personnalités religieuses.

Pendant sa visite en Israël la délégation tiendra une conférence à l'Institut Van Leer de Jérusalem sur les droits de l'homme et les minorités persécutées. La conférence révèlera des statistiques inédites sur la persécution des minorités dans les pays musulmans.

Selon El Shafie, 200 à 300 millions de Chrétiens sont persécutés dans le monde, dont 80 pour cent vivent dans des pays musulmans et le reste dans des pays communistes ou autres.

Les membres de la délégation rencontreront le président de la Knesset Reouven Rivline, l’adjoint du ministre des affaires étrangères Danny Ayalon et le maire de Jérusalem Nir Barkat, dans l'espoir de gagner le soutien d’Israël à leur cause.

OFWI est une organisation des droits de l'homme dont le siège est à Toronto au Canada. L'organisation regroupe environ 3.000 membres, répartis en 28 groupes affiliés, actifs un peu partout dans le monde, en particulier en Égypte, en Jordanie, en Syrie, en Afghanistan, au Pakistan et même en Iran.

El Shafie, qui a 32 ans, est né au Caire dans une famille musulmane réputée comptant en son sein des avocats et des juges. Alors qu’il était jeune, il rencontra la haine envers la minorité chrétienne à travers les vicissitudes d’un ami de cette confession.

Il décida alors de se convertir au christianisme, écrivit un livre sur sa propre histoire, et de ce fait, il devint à son tour un banni et une victime de l'oppression.

En 1998 il fut arrêté, emprisonné, torturé et condamné à mort.

El Shafie est parvenu à s'échapper, s'est réfugié dans le Sinaï où une famille de Bédouins l’a caché pendant deux mois. Il franchit la frontière israélienne sur jet-ski. Arrêté et emprisonné pendant plus d’une année en Israël, à Beersheba, il fut libéré grace à l'ONU, à Amnesty International et à l’ambassade chrétienne Internationale à Jérusalem qui lui obtinrent l'asile politique au Canada. Il a fondé OFWI en 2004.

Écrit par : corto | 25 décembre 2009

Pour Ivan Skyvol: Vos questions effleurent sur un ton apparemment badin les grandes lignes de trois sujets bien distints. Et pourtant, il semblerait que si vous vous engagez à venir les poser, c'est qu'elles sont le seuil de préoccupations plus profondes qui, du reste, traversent les siècles.
Allah ou Dieu n'ont pas existé dans la mesure où ils sont éternels. Ils n'ont ni passé, ni futur, ni existence. L'erreur c'est de leur donner un nom alors qu'ils sont justement indéfinissables. Ceux qui perçoivent un pan de leur immensité sont les enfants où les personnes qui font des expériences mystiques.

Une invention de type légende? De tous temps, il y eut des paraboles, des légendes, des mythes et des contes pour exprimer les forces inconscientes ou subconscientes de l'être humain. Lorsque j'accompagne un malade dans sa rencontrer avec les forces inconscientes qui alimentent sa pathologie, nous pouvons nous aider des jalons de récits symboliques pour comprendre les mésusages de ses forces intrapsychiques qui se répercutent dans son organisme.

Bible ou Coran? l'un et l'autre ont été traduits et transcrits donc modifiés par des humains. Ils ne sont par conséquent que des véhicules pour les humains afin de leur faire resentir des subtilités du monde de l'esprit voire de l'Esprit. Chaque contrée à son Livre saint qui utilise le langage de l'ethnie qui le transmet. Les lecteurs qui ne s'accrochent pas à la lettre mais au sens symbolique du texte se rendent compte que tous ces Livres se rejoignent dans leur niveau le plus subtil.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25 décembre 2009

Pour Corto, l'être humain est structuré selon différents axes dont l'axe horizontal et l'axe vertical Autrement dit. dans l'axe horizontal, il rencontre des êtres comme lui, il est en contact avec la société. Dans l'axe vertical, ii est entre ciel et terre, il se rencontre entre lui et son soi.
Ce que vous nous relatez - je vous saurais gré à l'avenir de commenter et non de vous contenter d'un compte-rendu - relève typiquement de la relation humaine.
Ceux qui se réclament d'une religion ne sont pas forcément des saints au regard des sages de cette religion!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 26 décembre 2009

*Marie-France écrit: "Allah ou Dieu n'ont pas existé dans la mesure où ils sont éternels". Bruno dirait qu'ils ont toujours existé en un et qu'il est en nous.
Mon Leitmotif: "Aides-toi et Dieu t'aidera"!
Chaque contré a son livre d'histoire, livre saint, adapté aux moeurs et usages, dictés par les sages. Les récits, parfois anoblis ou transformés, générations après générations, sont devenus des textes, et les textes des écritures, et les écritures disons "saintes" ont été repris dans la Bible, le Coran, la Torah ... Enfin, c'est ce que pense.
Les 10 commandements sont emprunts de cette sagesse et représentent les lois divines. Il est curieux de constater que 600 ans après, Mahomed, qui ne savait pas écrire, a repris une partie de ces récits, représentant des similitudes; du moins je le crois. Est-ce le vent de l'Ouest qui les lui a apporté? Mahomed était en grand voyageur et commerçant et n'avait pas les oreilles bouchées! Y a-t-il des avis contraires ?
Bonne soirée BM

Écrit par : Etoile de Neige | 26 décembre 2009

Jésus, était-ce un extra-terrestre ou fils d'un roi, est venu pour sauver le monde, un monde déjà gangrené par le matérialisme et la corruption. Il a donc trouvé un terrain fructifiant. Rappelons que ses disciples étaient d'abord des pêcheurs, des pauvres pêcheurs de poissons et pas des pharisiens, qu'ils l'ont suivi fidèlement.

Écrit par : Etoile de Neige | 26 décembre 2009

@Marie-France de Meuron.
Permettez que je m'adresse directement à vous sur votre site, étant donné que Sami Aldeeb me censure dorénavant, dès qu'il s'agit de circoncision masculine.

En réponse à votre dernier commentaire à propos de cette problématique :
La grossièreté, que dis-je, l'obscénité, réside plutôt dans le fait de traiter en CRIMINELS systématiques la multitude de ceux qui n'adhèrent pas aux idées de Sami Aldeeb. Là se situe un véritable et scandaleux ostracisme massif !
Surtout concernant un sujet aussi controversé que celui-ci, permettant en tout bien tout honneur de développer mille arguments dans un sens comme dans l'autre, selon la logique interne que l'on veut bien illustrer et défendre.

Autrement dit l'intégrisme existe aussi en creux, réfléchissez-y bien ...

Écrit par : Santo | 01 janvier 2010

Santo,
vous avez raison de prendre l'audace de venir sur mon blog pour ne pas vous sentir complètement censuré. De mon côté je prends l'audace de vous répondre en toute liberté.
De même que vous n^'appréciez pas la castration d'être censuré, Sami Aldeeb essaie de faire ressentir, selon ses moyens universitaires, ce que peut vivre un garçon dont on censure le prépuce!!!
Je souligne aussi que S.A. utilise des termes juridiques puisqu'il est juriste.
Le geste de trancher avec un bistouri un organe s'appelle bien un crime. Pour d'autres milieux professionnels, la circoncision sera considérée comme une mutilation ou une amputation. Ainsi sont les termes de base.
Le Pr Aldeeb ne traite pas les pratiquants de la circoncision de criminels car il fait une nette distinction entre le geste et l'intention de celui qui le pratique. Il ne cherche pas à nous faire adhérer à ses idées mais seulement à les expliciter le plus rigoureusement possible.
Le geste en soi n'est pas controversé: il s'agit bien d'un geste avec un instrument tranchant. En deçà de ce geste se forgent toutes les significations auxquelles chacun peut s'accrocher ou de détacher.
Voici ce que votre conseil, ordre ou injonction de "bien réfléchir" me pousse à vous exprimer. J'essaie de joindre le ressenti à l'intellect et à mon expérience du corps humain.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 janvier 2010

Santo bien venu au club des censurés de Sa majesté Aldeeb le loup enragé qui prend les gens pour des débiles! C'est incroyable comme les gens se laissent endoctrinés par n'importe qu'elle personne qui a un titre universitaire comme si tout ce qu'elle dit est parole d'Evangile! Il perdent complètement tout sens critique et deviennent aveugles, sourdes et muettes! Cela doit surement venir d'un complexe d'infériorité! C'est affligeant!

Écrit par : Inside | 01 janvier 2010

"Mahomed était en grand voyageur et commerçant et n'avait pas les oreilles bouchées! Y a-t-il des avis contraires ?"

Oui, y a des avis contraires!
Il y avait à la Mecque une femme veuve très riche qui s'appelait Khadija (qu'Allah l'agrée). Elle faisait du commerce à Makkah mais aussi en dehors de l'Arabie, par l'intermédiaire d'autres personnes. Quand elle apprit que Mohammad était l'homme le plus honnête de la Mecque, elle lui proposa de conduire une de ses caravanes commerciales vers la Syrie, en échange d'un salaire. Mohammad accepta sa proposition et accomplit ainsi son second voyage vers ce pays.(2 voyages ne fait pas d'un homme un grand voyageur ni un grand commerçant)
Pour plus de connaissance sur mohammed voici un résumé de sa vie sur ce lien :
http://www.sajidine.com/prophete/resume_vie.htm

Écrit par : Djilani Ftelina | 01 janvier 2010

Inside, C'est trop facile de traiter de loup enragé une personne qui présente une recherche aussi fouillée sur un sujet qui visiblement ne vous convient pas.
Vous confirmez l'adage: "quand on veut abattre son chien, on dit qu'il a la rage".
A l'avenir, veuillez apporter quelque chose de constructif en respectant le sujet de mon blog ou du moins son esprit de bien-être soi. Effectivement, la circoncision ne permet pas à tous les garçons puis les hommes de "bien-être-soi"

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 janvier 2010

@Marie-France de Meuron.
Ce qui vous relie à Sami Aldeeb est une vision du christianisme qui donne un beau rôle supposé à Jésus, dès le moment où ce Juif dissident à été récupéré par ceux qui ont prétendu forger une nouvelle Alliance rendant caduque la précédente, et traitant désormais avec morgue juifs et musulmans. La circoncision est devenu un des symboles de cette rupture.
Mais vous savez aussi bien que moi, sans vouloir vous l'avouer à vous-même, que Jésus-le-Circoncis n'avait jamais eu pour projet de fonder une nouvelle religion !

Écrit par : Santo | 02 janvier 2010

Je me suis permise de supprimer quelques commentaires qui ne concernaient qu'une bataille de ping pong entre 2 personnes!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 janvier 2010

Santo, avec toutes vos affirmations purement mentales, vous vous éloignez beaucoup de la souffrance du petit garçon que vous refusez de reconnaître.
La circoncision semble être effectivement un geste suranné qu'il est temps de remettre en question.
Vos généralisations sont vraiment vite dites puisque, en effet, des juifs et des musulmans remettent eux-mêmes en cause ce geste tranchant.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 janvier 2010

Marie-France, ce que vous appelez un peu légèrement des "affirmations mentales" sont les données de base de la religion à laquelle vous-même vous rattachez !

Loin de nier la circoncision de Jésus (annoncée dans l'Evangile de Luc) les chrétiens ont par ailleurs célébré celle-ci hier 1er janvier.

Jetteriez-vous ainsi le bébé avec l'eau du bain ?

En ce qui concerne les juifs et les musulmans qui tournent le dos aux valeurs de base édictées par leurs religions, ne pensez-vous pas que dans notre civilisation occidentale il y a bien davantage de chrétiens qui proportionnellement le font ? Vous connaissez la réponse aussi bien que moi ...

Écrit par : Santo | 02 janvier 2010

Encore une mise au point, Marie-France :
Pourquoi esquiver systématiquement les aspects spirituels et historiques de la circoncision. Nous sommes tous des "résultats", y compris vous-même et la foi à laquelle vous vous rattachez. Exemple :

Interpelé par moi à propos de l'historicité d'Abraham, Sami Aldeeb m'a affirmé que ce personnage biblique n'est que le produit de la mythologie, autrement dit "d'affirmations mentales" comme vous les appelez.

Or sans Abraham, c'est tous l'édifice historique des trois monothéismes qui s'écroule.
Plus d'Isaac, plus d'Ismaël, autrement dit plus de Coran et plus d'islam.
Plus de Jacob, plus de 12 tribus, plus d'Israël. Autrement dit plus de Juifs.
Plus de Jessé, plus de David, plus de Jésus. Autrement dit plus de Chrétiens.

En conclusion et avec toute sa rigueur "universitaire", Sami Aldeeb clame imprudemment sa négation de tous ce qui constitue l'héritage spirituel et historique de la moitié de l'humanité !

Écrit par : Santo | 02 janvier 2010

Santo,
En vous lisant dans votre persévérance à écrire vos commentaires, je me demande ce qui est si fondamental pour vous. Vous voulez même m'y adjoindre en avançant que je me rattache à une certaine foi.
Chacun avance avec son bagage culturel et religieux et en ce sens, nous sommes très distincts les uns des autres.
Vous semblez être très rattachés à l'histoire et à votre religion alors qu'actuellement, bien des personnes ont une vie spirituelle sans pratiquer de religion. Ils suivent des grands maîtres dont les enseignements se rejoignent, contrairement aux religions qui divisent.
Sami Aldeed a un chemin très distinct du vôtre: il est donc normal qu'il ait une perception autre que la vôtre, et d'Abraham et de la circoncision.
Vous insistez aussi sur Jésus circoncis, c'est votre regard mais pour les Chrétiens, Celui qui compte est le Christ réssuscité pour lequel on n'essaie même pas d'imaginer s'il est circoncis ou non!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 02 janvier 2010

Santo est atteint par une pathologie assez aisément repérable.

1. Il est incapable d'imaginer qu'une civilisation puisse trouver son origine ailleurs que dans la seule religion, ce qui est historiquement faux pour toutes les civilisations. Outre la religion, les groupes humains ont été déterminés par la politique, l'économie, les techniques, les arts, différentes idéologies etc.

Par conséquent, pour lui, nous sommes tous déterminés quoi que nous fassions par ce passé religieux, y compris ceux qui y auraient renoncé, - lesquels ne sont sans doute que des sous-hommes. Et ceux qui le nient au fond ne savent pas ce qu'ils font. A la limite, ce sont des croyants qui s'ignorent (comme vous). Quant à ceux qui le contestent, comme par exemple Sami Aldeeb, ce sont des traîtres.

Enfin une conception simple et homogène du monde...

Mme de Meuron, il n'y a pas grand'chose à répondre à ça. Le pronostic intellectuel est très réservé.

2. Symptôme dérivé : il est hautement interdit de nier l'existence de personnages - dont l'existence, justement, n'a jamais pu être démontrée. Rien ne prouve ni ne prouvera jamais l'existence ni l'inexistence d'Abraham, de Jésus, de Mahomet, de Bouddha, de Socrate ou d'Homère etc. C'est d'ailleurs sans gravité, on peut croire sans preuves, puisque la foi est révélation extra-rationnelle et qu'à partir de là chacun est libre de croire ce qu'il veut.

C'est bien ce qui dérange Corto, qui exige que tout le monde croie comme lui.

Au fond c'est cette scandaleuse liberté qui donne des congestions à Corto. Cette réalité de fait, notre ignorance, la seule que puissent reconnaître non seulement un universitaire, mais toute personne de bon sens, "nie l'héritage spirituel et historique (ah bon ?) de la moitié de l'humanité."

Bref : pensez autrement que moi et vous serez dans l'erreur et vous préparerez des cataclysmes.

Corto ne pense pas, il prêche. Ce sont parfois -pas toujours, parfois - des activités incompatibles.

Cela rappelle ce type dans un Tintin qui parcourait la ville caniculaire en annonçant la fin du monde.

Personne n'est équipé pour le genre de soins nécessaires. Vaccins ou non.

Et surtout n'allez pas le censurer : il se prendrait encore plus au sérieux.

Écrit par : yves scheller | 03 janvier 2010

@ Oceane

Adam a été crée sans père ni mère, Moïse a parlé à Dieu et il y eu des miracles à son époque, Jésus a été créé sans père, etc... La grossesse de Sarah à un âge si avancé est un miracle minuscule si on le compare au miracle fabuleux de la création de l'univers.

D'après les dernières théories de la physique (la théorie dite des cordes), il ne faut pas moins de 11 dimensions pour expliquer l'univers. Et nous n'en voyons que 3 ! Cela laisse pas mal de place pour beaucoup de miracles.

Écrit par : Inside | 03 janvier 2010

@yves scheller.
Vous souffrez de troubles bipolaires, au point de confondre Santo et corto ! (je m'appelle Santo Cappon, n'ai rien à voir avec "corto", et je suis historien).

Par ailleurs : les déterminismes dont vous parlez, qui interviennent dans nos vies et définissent nos comportements, à savoir : politique, économie, arts et idéologies, sont le résultat de "cultures" au sens large, découlant de ce que les civilisations ont apporté aux peuples qui les ont gérées. Et à la base desdites civilisations que trouve-t-on ? Les religions qui ont aussi un passé purement historique, que vous le vouliez ou non ...

La connaissance et la perception de ces religions ne peuvent apporter la "vision homogène" du monde que vous dites, car elles ont interagi à travers les siècles, se sont fécondées mutuellement, se sont parfois greffées l'une sur l'autre, se sont combattues, et ont constitué les différentes strates de notre pensée et de nos comportements conscients ou inconscients, au plan social ou individuel.

A moins, bien entendu, que vous soyez à titre personnel une génération spontanée, un électron libre de toute substance constitutive.

Écrit par : Santo | 03 janvier 2010

Censure de Marie-France Meuron sur mon premier commentaire. Ah! les remises en question!

En 2010, en Italie, il y a eu plusieurs miracles des femmes de plus de 60 ans ont donné naissance à leur enfant.

Ce créateur s'appelle le Docteur Severino Antinoni.

A Chaque époque, son Dieu.

Écrit par : oceane | 03 janvier 2010

Inside, Il y a de vrais miracles sur ces blogs!

Comment pouvez-vous répondre à la question d'Océane, puisqu'elle n'est pas inscrite sur le blog?

Écrit par : oceane | 03 janvier 2010

Santo, votre réponse est très claire et compréhensible.
J'apporterais toutefois une nuance quand vous dites que les religions sont à la base des civilisations. C'est vrai que chaque civilisation a dévelopé ou mis en place une religion. On peut toutefois se demander si la religion n'est pas simplement une extériorisation de mouvements de l'âme et de l'esprit et qu'elle prend la forme et le langage qui correspondent à la communauté concernée. Cela expliquerait pourquoi les religions évoluent et changent régulièrement de formes d'où le besoin aussi de transformer voire de transmuter leurs rituels.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 03 janvier 2010

Océane, je regrette que vous preniez mal le fait que j'aie retiré votre question (et non un commentaire) momentanément de mon blog.
Les débats méritent des respirations et il est judicieux de respecter la dynamique humaine de chacun.
Je ne suis pas contre les remises en question mais il faut que celui à qui elles s'adressent soit disponible, sinon il se braque encore plus et c'est contre-productif.
Le but est de s'entraider à évoluer et non pas d'aligner des explications en se campant sur la défensive.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 03 janvier 2010

@ Santo

Mes excuses pour la confusion des noms, mais vous avez une sorte de sosie qui court sur ces blogues. En attendant, c'est bel et bien votre billet que je traitais.

Et vous confirmez mon diagnostic : pour vous, les déterminismes qui agissent sur nos vies sont eux-mêmes déterminés par la religion - sous prétexte que les religions ont une existence historique, c'est évidemment indiscutable, mais pas au point d'être l'origine de tout.

Ce que vous appelez "cultures au sens large" sont souvent en réalité des coutumes, pour ne pas dire de simple folklores, dont un certain nombre ont dû être longuement et chèrement combattues pour que l'esprit humain se libère de ses entraves et cherche à raisonner librement. Et autant que possible hors de tout déterminisme, si possible.

C'est le discours multiculturaliste, qui accompagne le néolibéralisme, qui a doté des coutumes arriérées du beau qualificatif de "culture".

Donner des hosties aux vaches, c'est de la "culture" ? Enseigner des catéchismes débiles, c'est de la "culture" ? Griller les hérétiques, c'est de la "culture" ? Galilée, Mozart, Lavoisier, Einstein sortent de là ? E eux, serait-ce de la culture aussi, peut-être ? Même si on ne peut réduire les religions à ces aspects pénibles, il est outrageusement faux de prétendre qu'elles soient seuls à avoir tout apporté au monde.

Votre vision, vous le confirmez ici, est bel et bien homogène, totalisante (vous suivez mon regard...) en ceci que vous ne voyez rien d'autre, dans la constitution des sociétés que l'histoire des religions qui selon vous, et vous vous vous répétez, "ont constitué les différentes strates de notre pensée et de nos comportements conscients ou inconscients, au plan social ou individuel".

Donc, comme je le disais, ceux qui ne croient pas sont en fait des croyants qui s'ignorent. Vous les privez d'avance de toute liberté de pensée. Seuls détiennent la vérité ceux qui ont reconnu l'importance unique des religions dans leur parcours d'instruction.

Symptôme supplémentaire, vos derniers mots. Quiconque ne reconnaît pas qu'il est le produit des religions avance qu'il ne provient de nulle part. Car tout procède des religions. CQFD.

Et vous êtes historien ? Diplômé de Santo quoi, au juste ?

Beati paupere spiritu...

Écrit par : yves scheller | 03 janvier 2010

@Marie-France de Meuron.
Les religions sont bien plus qu'une extériorisation des mouvements de l'âme, dès le moment où elles ont une histoire temporelle lisible et sont ainsi liées à l'Histoire, au passé, au présent comme au futur.
Elles sont toutes appelées à évoluer, certes, sauf sur certains points fondamentaux sans lesquels elles n'existeraient plus.La circoncision est par exemple l'une des pierres angulaires de l'identité personnelle et collective juive.

Par ailleurs, ce ne sont pas les civilisations qui ont mis en place les religions, mais le contraire.
Dans les temps les plus reculés, l'être humain a mérité ce nom, tant au plan individuel que collectif, dès le moment où il a envisagé la transcendance, en enterrant ses morts, en développant certaines facultés cérébrales débouchant sur l'abstraction et la spéculation spirituelle.
La nécessité de s'organiser dans un cadre hostile où la survie était problématique, a poussé ces êtres à codifier les premières "religions" dont ont découlé les premières civilisitions.
Même l'Art est devenu une expression centrale de ces religions obsédées par la survie du groupe.
A propos de l'"l'Art nègre" et jusqu'à l'époque contemporaine, Jean Gabus a dit de lui que c'était "un art pour survivre". Autrement dit cette survie du groupe ne reste possible qu'en entretenant les croyances qui l'ont fondé.

Je pense pour ma part que dans notre civilsation d'ores et déjà post-industrielle, cette laïcité qu'il faut défendre becs et ongles a pourtant ses limites :
la perte de valeurs pérennes, le désarroi périodique de la jeunesse, les faux paradis et les paradis artificiels, la dilution d'une identité non pas nationale mais tout simplement éthique et spirituelle, mène peut-être et tout simplement au déclin.

La grande force contemporaine de l'islam (je ne parle pas de l'islamisme tant décrié et à juste titre), réside dans la ferveur qu'il développe au quotidien, alors que le christianisme est devenu une valeur progressivement désincarnée. L'irruption intempestive des Evangélistes jusque dans le tiers-monde, peut-être considéré comme un soubresaut de cette religion.
La nature ayant horreur du vide, l'islam a bel avenir devant lui, et les doutes existentiels de l'Occident ne peuvent qu'en favoriser l'essor au plan mondial.

Écrit par : Santo | 03 janvier 2010

Santo,
Merci de participer au débat avec la plus grande rigueur possible.
J'aimerais revenir sur votre affirmation que ".La circoncision est par exemple l'une des pierres angulaires de l'identité personnelle et collective juive."
Je suis impressionnée par le fait que vous vous y accrochiez autant.
Si nous prenons la Bible, le fondement de notre Création est le Souffle divin qui vient animer toute chose. On le voit mal animer un être humain puis demander qu'on lui retranche une partie!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 05 janvier 2010

@Yves Scheller.
Petit cours gratuit de latin : on dit "beati pauperes spiritu" et non pas "paupere spiritu".
Pour le reste, autant en emporte le vent ...

Écrit par : Santo | 05 janvier 2010

@Marie-France de Meuron.
Vous dites : "On le voit mal animer un être humain puis demander qu'on lui retranche une partie".
Toutes les religions renferment leur part de mystère : dans le cas du christianisme, pourquoi Dieu aurait-il "animé" un corps humain pour s'y incarner, puis lui "retrancher" ensuite la vie de la manière la plus cruelle qui soit, pour affirmer son auguste destinée ?

Écrit par : Santo | 05 janvier 2010

Santo,
Vous comparez ce qui n'est pas comparable sur bien des paramètres.
"Comparaison n'est pas raison".
Votre discours devient purement intellectuel et sort de la réalité d'ici et maintenant à savoir la perpétuation de la circoncision. Les nouveau-nés ont aussi le droit de jouir du "bien-être-soi".

Écrit par : Marie-France de Meuorn | 06 janvier 2010

un discours de sourd

Écrit par : La franchise | 06 janvier 2010

@Marie-France
Vous dites sans cesse que mon discours est purement intellectuel. Comment peut-on rester comme vous "au ras des pâquerettes", dès lors qu'on aborde un problème débordant largement son cadre "physique", dans un contexte "spirituel" au sens large, ou tout simplement "existentiel" ?
Le respect des religions qui ne sont pas la sienne n'impose-t-il pas une certaine réserve sans laquelle un climat d'intolérance pourrait bien vite naître et se développer ?

Écrit par : Santo | 06 janvier 2010

Santo,
Il ne faut pas confondre le respect d'une religion avec la non-acceptation d'une de vos façons de procéder qui est de la pure gymnastique mentale.
Alors qu'au départ, vous avez des arguments intéressants, vous déviez lorsque vous êtes contrariés et cela devient pénible et vous vaut d'être mis au ban de certain(s) blog(s).
Personnellement, je supprime les commentaires qui n'amènent que des digressions ou des pics plutôt gratuits.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06 janvier 2010

*Djilani Ftelina, merci pour votre lien instructif.
J'apprend que Muhammad, le messager d'Allah, accorda une place d'honneur à la femme, une place dans la société qui était inimaginable, un honneur en islam, que l'on ne trouvait nulle part ailleurs. Etait-ce valable lorsqu'il a été marié avec Khadija et abandonné à la mort de celle-ci, faisant à nouveau place au patriarchisme et la soumission de la femme ? Ceci confirmerait le port de la burqa. Quant au voile, ceci ne pourrait-il pas être pour raison de propreté (p.ex. se protéger contre la poussière et év. chaleur) ?

Quant à la circoncision, ce n'est pas l'apanage des juifs, puisque les musulmans le pratique aussi. Ne pensez-vous pas que c'était et c'est une mesure d'hygiène, car dans les pays chaud sous le prépuce, faute de se laver, des maladies pouvaient se développer ? Aussi, l'interdiction de manger du porc doit provenir du fait que la viande se détériore très rapidement sous la chaleur. Quant à l'alcool, c'était probablement aussi une mesure pour freiner l'abondance de consommation !?

Pour revenir au prophète, Muhammad n'a-t-il pas appris précisément lors de son voyage en Syrie les lois divines, l'histoire de Jésus et de ses disciples et transposé à son retour dans son pays, qui vivait dans le désordre moral le plus complet ? Je pourrais m'imaginer que la lapidation a été instaurée pour faire revenir les couples dans le droit chemin, couper les mains aux voleurs pour faire cesser les vols etc.

Je lis sous Wikipedia:
"Le prophète Mahomet, messager de l'islam, s'inscrit dans la continuité du judaïsme et du christianisme en prêchant aux tribus polythéistes, une conversion à un dieu unique, Allah. Il est né, en 570 de l'ère chrétienne en Arabie Saoudite, à La Mecque, oasis proche de la mer Rouge. C'est l'une des rares villes de la péninsule arabe, un désert hostile parsemé de quelques rares oasis. Ce n'est alors qu'une cité caravanière vivant du commerce de marchandises transitant de l'Inde vers l'Occident. Mahomet appartient à une très ancienne tribu arabe. Sa famille est Hachémite et ses membres se réclament d'une descendance directe d'Ismaël, fils d'Abraham. Son père décède avant sa naissance et c'est son grand-père qui lui donne le prénom de Mahomet, qui signifie « Le Loué ». Alors qu'il n'est âgé que de trois ans, le jeune Mahomet reçoit la visite de deux anges envoyés pour purifier son coeur. Il sait alors qu'il est destiné à être prophète. Sa mère meurt trois ans plus tard et son grand-père paternel le prend en charge. Deux ans après, le patriarche décède et son oncle (Abû Tâlib, le père d'Ali) l'élève comme son propre fils".

"Adolescent, Mohamed devient berger puis caravanier. Il entre ensuite au service de Khadija, une riche veuve de quarante ans. Bien que quinze ans plus jeune qu'elle, il l'épouse et ont, en vingt six ans de mariage, deux fils, morts jeunes, et quatre filles, (dont Fatima la future épouse d'Ali). Après le décès de Khadija, il épouse la veuve Saouda, puis Aïcha fille d'Abu Bakr. Puis, il se marie avec Rayhana une juive, puis avec Myriam une chrétienne ; puis avec Safiyya une autre juive. À la fin de sa vie, Mahomet aurait eu douze femmes et deux concubines. [www.web-libre.org]"

*Marie-France, bonjour. Entre deux-portes, j'ai consulté votre blog. Je vais repartir, mais en vitesse:
"C'est vrai que chaque civilisation a dévelopé ou mis en place une religion. On peut toutefois se demander si la religion n'est pas simplement une extériorisation de mouvements de l'âme et de l'esprit et qu'elle prend la forme et le langage qui correspondent à la communauté concernée. Cela expliquerait pourquoi les religions évoluent et changent régulièrement de formes d'où le besoin aussi de transformer voire de transmuter leurs rituels". Moi aussi, je crois qu'elle a été adaptée par la communauté respective pour vivre dans une certaine sagesse et éthique, malheureusement pas toujours respectées.
Bien à vous BM

Écrit par : Etoile de Neige | 09 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.