09 décembre 2009

LA NOTION DE TOUTE-PUISSANCE

L'hospitalisation de Johnny Hallyday nous en offre un bon exemple.


 La notion de toute-puissance est fréquente chez le petit enfant: « Je peux tout, je sais tout, je suis tout »

Qu'en est-il chez l'adulte?

Johnny Hallyday nous en offre aujourd'hui un exemple patent: « Selon son entourage, le chanteur avait pris l'avion de Paris à Los Angeles le 1er décembre dernier, contre l'avis de ses médecins, quatre jours seulement après son opération pour une hernie discale. ». Pour rappel, il a 66 ans et fut opéré déjà à deux reprises d'un cancer du colon cette année. (ats)

Dans une tête, tout est possible! Dans le corps, il y a des mécanismes qui sont régis par des lois bien plus immuables que celles de notre imagination. Alors que son corps a déjà été ouvert pour enlever un partie de son gros intestin, avec les modifications physiologiques qu'une telle intervention implique, Johnny subit une opération très délicate du dos et se conduit sans aucune conscience de ce que cela représente comme « tornade » dans la région incriminée.

Un tel manque de regard sur soi, sur son corps, sur chacun des organes et chacun de ses mécanismes est hélas fréquent chez nous. Comme la médecine moderne fait des prouesses en chirurgie et que le patient est endormi, ce dernier ne peut pas suivre ce que tout son organisme vit. En outre, la narcose est un coma toxique qui, lui aussi, surtout chez des individus qui prennent ou ont pris des produits agissant sur le psychisme, peut modifier la conscience de soi. Il en résulte, comme dans notre exemple, une coupure entre soi et son corps sensible.

La notion de toute-puissance se retrouve dans plusieurs secteurs de la société où une relation intime avec un Au-delà tout-puissant est absente. Par conséquent, on utilise son libre-arbitre pour le remplacer. Nous le constatons dans le domaine de la finance tout comme dans celui de la destruction des forêts.

La puissance de la technique nous fait aussi très souvent croire à notre toute-puissance. Nous oublions alors que nous en dépendons et que, si nous en sommes privés, nos actions sont bien limitées et notre sentiment de puissance bien caduc.

Il faut une vigilance de chaque instant pour traquer la tentation de toute-puissance qui provoque un grand déséquilibre lequel ne peut que susciter un retour de manivelle. JH nous en offre un exemple puisqu'il est hospitalisé pour une infection d'une zone du corps à laquelle il n'a pas eu l'humilité d'apporter sa considération alors qu'elle avait subi des coups de bistouris et des écartèlements traumatisants.

Commentaires

Bonne année à toi ! J'espère que nous nous reverrons bientôt et en ce bas monde.

Écrit par : Pauline | 06 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.