19 septembre 2009

QUELLE ANTIBIOTHERAPIE POUR DEMAIN?

Mme Parès, ancienne professeure de biologie végétale et médecin, vient nous faire part de ses réflexions quant à l'avenir de l'antibiothérapie.


 L'antibiothérapie, au 20e siècle, marquait un grand tournant dans la lutte contre les maladies infectieuses. Cette arme nouvelle semblait un acquis définitif, la confiance régnait. On ne pouvait imaginer les désillusions qui allaient survenir.

La prescription des antibiotiques et en partie celui de la pénicilline avait débuté dans l'euphorie par de faciles et rapides victoires . De faibles doses terrassaient les germes infectieux.

Mais survint un fait dérangeant. Au fil du temps, les doses pour être actives devaient être renforcées.

Il fallut ensuite se rendre à l'évidence, les antibiotiques, les uns après les autres, perdaient leur efficacité, les germes ayant acquis résistance et multirésistance.

Le dernier acte de cette évolution a été la survenue des maladies nosocomiales que les hôpitaux ne parviennent pas à éradiquer. Ces lieux considérés comme de haute hygiène sont devenus des concentrés d'agents bactériens qu'aucun des moyens mis en oeuvre par la médecine officielle ne parvient à neutraliser.

Ainsi, après avoir suscité les plus grands espoirs, l'antibiothérapie n'aura été qu'un feu de paille qui aura éclairé un court moment la médecine occidentale et laissé ensuite en héritage un champ dévasté où les germes les plus virulents demeurent maîtres de la situation.

 

La parade illusoire

 

Les laboratoires pharmaceutiques, pour pallier à ces difficultés, ont pris l'initiative « d'accrocher » certaines molécules aux produits anciens. Un exemple est donné par la pénicilline devenue aminopénicilline, carboxypénicilline, uréidopénicilline. Des manipulations comparables ont affecté d'autres antibiotiques. Mais rien n'a été résolu par ces produits « rénovés », les phénomènes de résistance étant inéluctables.

On piétine dans les mêmes ornières, la médecine officielle n'aperçoit aucune lueur à l'horizon.

 

La situation serait-elle désespérée?

 

La réponse serait affirmative si l'on persévérait dans cette voie sans issue. L'espoir repose sur les richesses de la nature, les capacités de ses flores médicinales. Les plantes aux vertus antibiotiques sont nombreuses à travers le monde. Elles sont utilisées depuis les temps anciens par les médecines traditionnelles d'Asie et d'Afrique pour le traitement des maladies infectieuses.

L'Europe est également pourvue de ces plantes bénéfiques mais le savoir les concernant a été en grande partie perdu. D'autre part, la formation universitaire au 20e siècle est demeurée étrangère à ce champ de connaisances. Fort heureusement, la phytothérapie et l'aromathérapie ont repris le flambeau. Leurs activités très intéressantes constituent un début prometteur mais il reste à élaborer de véritables traitements pour les mladies infectieuses les plus sévères.

Ce type de recherches devrait être mené par des équipes de médecins et de pharmaciens qui. explorant les savoirs du passé, parviendraient à doter la médecine de demain de thérapies inédites autant qu'efficaces.

 

Inventaire des plantes antibiotiques d'Europe

 

Un certain nombre de plantes antibiotiques d'Europe sont connues dans les régions tempérées et méditerranéennes. Mais les données sont incomplètes. Il importerait d'ajouter les espèces jamais citées des pays du Nord: Etats baltes, Norvège, Suède ainsi que des pays d'Europe centrale et orientale. Ce grand inventaire ouvrirait de larges perspectives.

Les ouvrages de langue française mentionnent les plantes suivantes:

  • Ail, alliaire, angélique, aunée.

  • bardane, basilic, bruyère, buis, busserole,

  • camomille, capucine, chardon bénit, chêne, chiendent

  • eucaplyptus

  • fève des marais, fraisier

  • genévrier, germandrée, petit chêne,

  • germandrée aquatique, germandrée-sauge des bois,

  • houblon

  • grande joubarbe

  • laurier, lavande,

  • marrube blanc, mélilot, myrte, myrtille,

  • noyer,

  • pâquerette, peuplier, prunier

  • ronce, rose

  • sarriette, sauge, serpolet, solidago, souci

  • thym

 

L'art d'utiliser les plantes

 

Connaître l'ensemble des plantes antibiotiques d'Europe constituerait un premier pas.

Prescrites sous forme de « tisanes », elles pourraient se révéler précieuses mais tel n'est pas l'objectif visé. Elles représentent les éléments de base pour l'élaboration de formules plus ou moins complexes.

La démarche suivante explique l'art de les associer selon les maladies infectieuses à traiter et à déterminer les modes de préparation les plus efficaces. C'est ainsi que procèdent les médecines traditionnelles des divers continents.

On pourrait alors disposer ainsi de mélanges de poudres, de décoctions de plus ou moins longue durée, d'extraits alcooliques, d'huiles médicamenteuses, de vins et vinaigres médicinaux, etc.

On peut comprendre que ces associations apporteraient de grands avantages. Les plantes antibiotiques unissant leurs forces, mobilisant l'ensemble de leurs principes bénéfiques, constitueraient une stratégie à même d'éviter les résistances des germes et d'assurer une efficacité constante au fil du temps. Les agents infectieux peuvent résister à un seul produit adverse, pénicilline ou autre mais ils sont terrassés sous l'attaque de muliples assaillants formant une grande armée.

 

Les réalisations en cours

 

Les recherches pour l'élaboration d'un art pharmaceutique adapté à la médecine de demain ont été initiées. Elles demeurent pour l'instant inconnues.

Les formules phytothérapeutiques proposées pourraient apporter leur concours lorsque la situation au niveau des maladies infectieuses atteindra un niveau d'urgence tel que le retour à la nature deviendra un impératif absolu.

Il serait souhaitable que les recherches initiées prennent rapidement une grande ampleur dans tous les pays d'Europe afin d'acélérer le renouveau de la thérapeutique envers les agents pathogènes.

 

Les remèdes anciens

 

Parallèlement à l'élaboration de formules nouvelles, il conviendrait de ne pas négliger les remèdes anciens qui avaient fait leur preuve.

On peut citer, en particulier, le vinaigre des Quatre-voleurs d'un grand intérêt au cours des épidémies de peste.

Un répertoire devrait regrouper à partir de toutes les pharmacopées d'Europe, les préparations qui avaient connu autrefois une grande renommée.

 

Les huiles essentielles

 

L'aromathérapie, en ce début du 21e siècle, prend un essor considérable. Cette thérapeutique, en quelque sorte redécouverte, remonte aux temps les plus anciens.

Quatre mille ans avant notre vie, la Chine, l'Inde, la Perse pratiquaient la distillation des huiles essentielles. D'où leur venait ce savoir? Les Egyptiens faisaient grand usage des essences. En Europe, au 12e siècle, les Arables pratiquaient à leur tour l'extraction de ces remarquables substances aromatiques.

Le nombre des huiles essentielles connues à travers le monde dépasse les deux cent soixante. Elles ont fait l'objet de vastes études, plus de dix mille constituants ont été identifiés.

On peut citer les plus connues en Europe: ail, basilic, bergamote, camomille citron, eucalyptus, genévrier, géranium, girofle, lavande, menthe, niaouli, oignon, origan, pin, romarin, sarriette, sauge, thym.

 

Propriétés des huiles essentielles

 

L'ensemble des H.E. sont antiinfectieuses. Mais certaines d'entre elles agissent plus spécifiquement sur une sphère donnée: affections pulmonaires, intestinales ou rénales,

D'autres remarquables propriétés viennent s'y ajouter:

 

  • antivirales

  • antifongiques

  • antiparasitaires

  • antiinflammatoires

  • anticatarrhales

  • antihistaminiques

  • anticoagulantes

  • immunorégulatrices

  • antalgiques

  • anxiolytiques

  • insectifuges et insecticides

  • désodorisantes

  • désinfectantes des locaux (hôpitaux et autres)

  • etc,

Les H.E., par leurs capacités très étendues, apportent des armes incomparables pour le traitement des maladies infectieuses et des symptômes et désordres qui les accompagnent. Il apparaît qu'elles auront un grand rôle à jouer dans l'antibiothérapie de demain.

 

REFLEXIONS

 

1- La thérapeutique de la médecine du 20e siècle, basée sur la chimie et les antibiotiques aborde le temps du sursis.

L'Europe doit donc reconstituer l'équivalent d'une médecine traditionnelle – ou du moins ce qui pourrait au mieux s'en rapprocher – telles qu'en disposent les autres continents.

2.- Les médecines traditionnelles reposent sur une vision de l'univers et une approche globale du patient. La médecine de demain devra retrouver cette dimension.

3.- La médecine occidentale s'est voulue « rationnelle », « cartésienne », basée sur les symptômes extérieurs, les chiffres des analyses de laboratoire, l'imagerie de techniques avancées. Elle s'est ainsi deshumanisée, est devenue stressante sans véritable réconfort pour les malades.

Le retour prévisible à la nature, guidé par la sagesse ou imposé par la pression des impératifs écologiques, devrait permettre d'écarter les défauts de l'extrême rationnalité.

4.- De grands bouleversements précéderont la médecine de demain. Ils atteindront aussi les enseignements médicaux et pharmaceutiques dispensés dans les universités.

 

Conclusion

Il importe de préparer la phase de transition afin qu'il n'y ait pas rupture de soins thérapeutiques, préjudiciables aux patients.

Le retour à la nature devrait permettre à la médecine occidentale de retrouver l'aura qu'elle a perdue et de répondre ainsi aux attentes des patients.

 

9 septembre 2009, Pr et Dr Yvette Parès

Commentaires

Merci pour cet excellent article.
Ce que je me demande c'est comment se fait-il que les propriétés des plantes aient été perdus alors qu'il existe encore des milliers de phytohérapeutes non-médecins, plusieurs disciples du Dr Jean Valnet, qui connaissent très bien l'aspect thérapeutique des plantes ? Bon samedi.

Écrit par : decembre | 19 septembre 2009

Bravo pour le bel espoir du retour des médecines traditionnelles, via les médecines alternatives, en sauveur, ou du moins en responsable d'assurer une transition vers une médecine plus humaine et moins matérialiste. Le domaine de l'infection, c'est à dire du microbe, doit, à mon sens, être compris selon les découvertes de Béchamp (polymorphisme) et non exclusivement de celles Pasteur.

Écrit par : Stéfane Buzenet | 19 septembre 2009

@ decembre,
Je suis heureuse que vous ayez autant apprécié cet article!
Une des raisons est le besoin de simplification jusqu'à en arriver à une monothérapie avec un principe actif. Or, l'être humain est complexe et une polythérapie couvre davantage les besoins d'un organisme. Pour le sida, la médecine conventionnelle a conçu la trithérapie, alors que la médecine africaine telle que l'a pratiquée Mme Pr et Dr Yvette Parès au Sénégal offre une polythérapie adaptée à chaque étape de la maladie. Sa démarche et sa réflexion se trouvent dans "le sida, de l'échec à l'espoir" publié aux Editions Yyves Michel.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 septembre 2009

Merci, Stéphane Buzenet, de nous rappeler les apports de Béchamp au moment où Pasteur jouissait d'un grand succès. Béchamp nous souligne la place importante du terrain dans lequel se développe une infection. En médecine conventionnelle on le voit bien puisque, par exemple, un diabétique doit faire bien plus attention à ne pas s'infecter qu'une personne en bonne santé. Mais avant d'avoir un terrain défini par une maladie chronique, un malade peut avoir un terrain affaibli par des carences alimentaires, ou par un stress constant, ou par un chagrin, ce qui diminuera ses défenses immunitaires.Par conséquent, le thérapeute devra aussi prendre en compte les causes de l'affaiblissement et pas seulement le microbe en soi.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21 septembre 2009

Bonjour, je suis ravie de lire un texte aussi sensé, mais ce n'est pas sûr que ces recherches soient aussi lucritatives, et des fois que les malades guériraient... l'assurance du médicament à vie serait remise en question, ça rapporte pas beaucoup tout ça. Franchement, l'industrie pharmaceutique s'inquiète-t-elle du bien-être de la population, ou de ses profits ? Et puis ça remet aussi en cause toute l'agriculture industrielle, donc toutes les firmes d'insecticides, d'engrais de pesticides etc...Ce n'est pas gagné.

Écrit par : sottili ginette | 24 octobre 2009

Je suis heureuse, Ginette Sottili, que vous appréciez la synthèse des expériences de Mme Parès.
Vos doutes quant à la dimension lucrative de l'usage des antibiothiques naturels est tout-à-fait d'actualité. Toutefois, l'industrie pharmaceutique se heurte aussi à des problèmes financiers, sans compter qu'elle aboutit de plus en plus à des culs de sac tant par la résistance des bactéries aux antibiotiques que par les effets secondaires des médicaments et les maladies iatrogènes. A quoi il faut rajouter le caractère polluant lors de la préparation des médicaments comme lors de leurs excrétions.
Il est fort probable que la bascule viendra du peuple, de même que c'est le peuple qui a soutenu l'initiative en faveur des médecines complémentaires qui a brillamment passé en votation fédérale le 17 mai 2009.
A suivre...!
Un tout beau dimanche à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25 octobre 2009

Aux propriétés des huiles essentielles, vous pouvez ajouter sans hésitation doute "anti séborrhéique". Pas toute biensur, mais les plus connues comme la lavande, le lavandin, l'arbre à thé ..

Perdant beaucoup de cheveux comme mon père, j'ai échappé à la calvitie en utilisant des huiles essentielles en application apres le shampoing.

C'est vraiment comme expliqué sur ce blog la seule façon naturelle d'enrailler la séborrhée... Si non, il faut utiliser des lotions très chères qui contiennent des hormones.

http://www.lescomparateurs.com/avis/huile-essentielle-contre-calvitie-et-alopecie.htm

Écrit par : Rescapé de la calvitie ! | 15 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.