17 septembre 2009

COURTOISIE DANS LES DUELS

Je me réfère à la rubrique Opinion de TdG du mercredi 16.9.09 dans le débat qui oppose J-Ch Rielle et J.-A. Widmer.


 Il n'est plus à prouver que la fumée passive est pénible à respirer. Il n'est pas besoin d'études scientifiques pour faire soi-même la différence entre l'ambiance d'un bistrot enfumé et celle d'un tea-room non fumeur. Il faut avoir les sens émoussés pour ne pas la capter.

Mon propos ici n'est pas de justifier la prochaine votation mais de souligner la façon trop souvent rencontrée d'adversaires qui, à court d'arguments, s'en prennent à leurs interlocuteurs avec force parole de mépris, déni, ironie ou insultes.

Le duel cité en marge oppose le Dr Rielle et J.A.. Widmer.

Le Dr Rielle se contente de faire l'historique et de défendre le sujet.

J.-A.Widmer, que je ne connais pas donc contre qui je n'ai rien à priori, utilise un vocabulaire qui n'a rien de respectueux pour ses adversaires. Je vous en propose un extrait:

« vertueux dévots de Rielle, croisades hystériques, science crapoteuse (= couverte de crasse), gourous scandant leurs mantras alarmistes, névrose obcessionnelle des préventocrates, fauteurs de troubles, mensonges véniels, crédulité mimétique, hystérie collective, absurde, obscurantisme.

 

L'intensité de ces propos montre l'énergie du désespoir mise dans une cause perdue.

A mon avis, il serait plus constructif de mettre cette énergie à trouver les moyens d'arrêter de fumer!

En tous cas, ce mode de procéder ne correspond pas à un duel courtois et s'éloigne du sujet en jeu qui n'en perd pas sa force pour autant.

 

Ces propos insultants ou ironiques n'ont même pas la poésie des jurons de notre bon Capitaine Haddock!

Commentaires

Au moins ce sinistre Widmer maîtrise-t-il la langue qu'il utilise:
tous les jours, des exaltés écrivent sur ce site des horreurs et sous couvert d'anonymat s'en prennent personnellement aux intervenants avec un mépris pour (en vrac) le bon sens, l'idée de débat, leur interlocuteur, l'orthographe de base et les règles grammaticales les plus élémentaires: un cocktail redoutable qui a souvent pour effet de faire fuire la personne prise à parti.
D'ailleurs si on tente de leur répondre, on ne fait qu'attiser leur rage et leurs balbutiements injurieux deviennent alors rapidement insupportables, sans parler de la honte ressentie à être impliqué publiquement dans un tel échange.
Certains de ces sociopathes font parfois une réponse à chaque intervenant dont l'avis leur déplait, faisant ainsi table rase sur le débat, avec une efficacité telle que l'on peut se demander si finalement là n'est pas le but escompté.
"L'intensité de ces propos montre l'énergie du désespoir mise dans une cause perdue."
Je vais retenir cette pensée pour la prochaine intervention d'un de ces fâcheux.

Écrit par : dano | 17 septembre 2009

Chère Madame,
Je me méfie comme de la peste de ce genre de personnage désireux de tout interdire. Je n'entre pas dans le sujet de la fumée. Je suis persuadé qu'après cette croisade les prochaines victimes qui passeront à la casserole seront bien entendu les obèses eux qui sont la source de tous les maux financiers de nos caisses maladies.
Que ces personnes soucieuses du bien-être de la population lancent des initiatives afin que les médicaments contre l'obésité et contre la fumée soient gratuit. Il en coûtera bien moins à la collectivité.
Au lieu de cela la TSR invitera de nouveau des faire-valoir de tous bords qui nous débiterons telles des litanies leur blabla habituel.

Écrit par : Hypolithe | 17 septembre 2009

Cher Hypolithe,
une remarque et une question.
Le sujet, c'est la courtoisie dans les débats, pas tellement la fumée dans les lieux publics (qui sert ici plutôt d'exemple de sujet débattu).
Ces médicaments contre l'obésité et contre la fumée dont vous parlez: où peut-on les trouver ?

Écrit par : dano | 17 septembre 2009

Bah...
Ce bon docteur Rielle continue tranquillement à asséner les mêmes absurdités.
Où sont les certificats de décès attestant de la mort par "fumée létale passive" ?
On peut cependant le comprendre: elles lui rapportent env. 200'000 francs annuels.
N'y aurait-il pas de la place pour des "bistrots enfumés" et des "tea-rooms non-fumeurs" ?
Non, c'est sans doute trop demander...

Écrit par : Blondesen | 17 septembre 2009

Encore une fois, au risque d'être lourd: regardez le titre, le sujet c'est la courtoisie dans les débats, pas le négationisme.

Écrit par : dano | 17 septembre 2009

Mais bon sang, de bon sang de bonsoir de crotte de bique de maison close, il ne faut pas confondre courtoisie et passivité.

Le Dr Rielle est un fonctionnaire de fait, payé grassement sur le dos du contribuable pour promouvoir une cause qui n'est que son gagne-pain et dont il n'a certainement rien à faire sur le plan personnel. Il participe donc platement à des débats, comme un fonctionnaire, nous déroule ses chiffres, ses dates, sans aucune émotion.

M. Widmer, lui, est un passionné des libertés, qui croit en sa cause qu'il défend bénévolement et certainement en y consacrant ses propres deniers.

Voilà ce qui explique leur différence de ton.

Platitude du fonctionnaire nanti d'un côté. Passion du convaincu de l'autre.

Et il sa'git de deux hommes de gauche ! M. Widmer était un syndicaliste virulent, car aussi convaincu !

Et je ne trouve pas que son langage imagé soit offensant. Moins offensant que M. Rielle, en tout cas, lorsqu'il a déclaré hier, 5 minutes avant l'élection du Conseiller fédéral devant remplacer Couchepin, qu'il ne savait pas encore ce qu'il allait voter !

Écrit par : Pierre Loriol | 17 septembre 2009

"J.-A.Widmer, que je ne connais pas donc contre qui je n'ai rien à priori, utilise un vocabulaire qui n'a rien de respectueux pour ses adversaires. Je vous en propose un extrait:"

Pierre Loriol, que je ne connais pas donc contre qui je n'ai rien à priori, utilise un vocabulaire qui n'a rien de respectueux pour ses adversaires. Je vous en propose un extrait:

"Le Dr Rielle est un fonctionnaire de fait, payé grassement sur le dos du contribuable pour promouvoir une cause qui n'est que son gagne-pain et dont il n'a certainement rien à faire sur le plan personnel. Il participe donc platement à des débats, comme un fonctionnaire, nous déroule ses chiffres, ses dates, sans aucune émotion."

Écrit par : Olivier | 17 septembre 2009

C'est très interessant, M. Loriol
En fait, vous êtes donc plus offensé par ce que pense une personne, que par les mots qu'elle choisit pour exprimer sa pensée.
Ne pensez-vous pas au contraire que l'opinion d'une personne, c'est là sa liberté, et que par contre lorsqu'on s'exprime publiquement, on a une responsabilité, et on ne peut dire ce qu'on veut comme on veut: il y des règles (éducation, courtoisie, débat, logique, bonne foi,etc).
Sur le fond, vous pensez ce que vous voulez, je n'ai rien à dire, c'est votre opinion, comme vous n'avez rien à dire de la mienne, seulement que vous n'êtes pas d'accord et pourquoi. Et si j'ai menti ou suis de mauvaise fois, vous pouvez le relever et le prouver. Et ce faisant, vous ferez avancer le débat.
Sur la forme, il n'en va pas de même du tout. Tout n'est que règles finalement. Depuis l'orthographe et la langue jusqu'au respect de son interlocuteur.

Écrit par : dano | 17 septembre 2009

Per Ammann "utilise un vocabulaire qui n'a rien de respectueux pour ses adversaires."

Voilà un passage qui mérite une traduction:

"Ce bon docteur Rielle [traduction ce salopard destructeur de ma liberté] continue tranquillement à asséner les mêmes absurdités [c'est un débiteur de mensonges].
Où sont les certificats de décès attestant de la mort par "fumée létale passive" ?
On peut cependant le comprendre: elles lui rapportent env. 200'000 francs annuels [et en plus c'est un voleur]."

Qu'en termes courtois tout cela a été formulé! Dommage que certains n'apprécient pas l'ironie quand ils en sont victimes. Par manque d'humour sans doute.

Écrit par : Johann | 17 septembre 2009

"M. Widmer, lui, est un passionné des libertés, qui croit en sa cause qu'il défend bénévolement et certainement en y consacrant ses propres deniers."

Il faut sans doute comprendre que les drogués sont tenus par leur drogue et que toute atteinte à leur consommation (alors qu'il ne leur est demandé que de s'autodétruire et de ne pas détruire les autres) déclenche des réactions hystériques, prises parfois pour de la passion lorsqu'elles sont plus ou moins canalisées. On lira avec intérêt les effets que la nicotine a sur les centres dopaminergiques du cerveau. Cela explique bien des choses. La dépendance à la nicotine n'est guère inférieure à la dépendance à l'héroïne.

Et si on a la passion des libertés, qu'en est-il de la liberté pour les non fumeurs (75% de la population) de ne pas respirer cette saloperie de fumée de tabac?

Écrit par : Johann | 17 septembre 2009

Johann, dont tout le monde a pu apprécier la délicatesse, le savoir-vivre et la courtoisie sur mon blog, serait bien aimable de ne pas ramener de "m..." supplémentaire dans mon patronyme.
Essuyez-vous donc les pieds avant de sortir du ROYAL POURCEAU, voulez-vous ?
C'est une simple question d'éducation et de respect pour autrui.
Merci.

Écrit par : Blondesen | 17 septembre 2009

@ dano
Des médicaments vraiment efficaces, je dis bien efficace contre l'obésité et la fumée ne sont délivrés que sur ordonnances médicales. En outre, le patient doit être impérativement être suivi par son médecin traitant.

C’est une entreprise onéreuse pour la fumée mais si le patient a de la volonté il pourra abandonner la fumée sans trop de risques de rechutes.

Pour l’obésité les caisses maladies prennent en charge ces médicaments pour autant que le patient rempli certaines conditions par rapport à son poids, sa taille, son âge etc.

Écrit par : Hypolithe | 17 septembre 2009

Blondesen,
Ce que vous attirez sur votre blog ne concerne pas celui-ci,
et ce que vous attirez sur celui-ci ne manque pas de vérité.
Alors, il vaut mieux reconnaître que cela fait longtemps que vous vous défoncez sur le Dr Rielle qui n'est que le porte-parole de toute une partie de la population et de nos organisations sanitaires.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 17 septembre 2009

@Hypolithe
S'il existe des médics contre la fumée, je ne vois pas pourquoi on fait tout ce foin: autorisons la fumée dans tous les lieux publics. C'est vrai, les gens n'ont qu'à prendre des pillules, et arréter de se plaindre. Et puis y sont où les certificats de décès, hein ?
Quant aux obèses, ils devraient avoir honte d'être aussi gros, alors qu'il y a tous ces remèdes (un vaccin peut-être ?).
Ah Hypolithe, vous nous ouvrez les yeux: j'oubliais qu'on peut tout résoudre avec la médecine.
Vous avez raison: ça nous change des litanies débitées par la TSR !

Écrit par : dano | 17 septembre 2009

@ dano
Enfin un brin d'humour.

Écrit par : Hypolithe | 17 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.