20 août 2009

ETRE SON CORPS

De même que nous parlons du siège d'une société,

de même le corps est le siège de nous-mêmes.


 Un tout petit enfant habite pleinement son corps: on dirait que chaque mouvement de son être communie avec une ou plusieurs parties de son corps. Progressivement, nous avons été contraints – il n'est pas indispensable de savoir pourquoi ni comment – de dissocier nos pensées, nos sentiments et nos sensations.

Cette dissociation peut se manifester par trois modes distincts plus ou moins réunis:

En carence: le corps est freiné dans son expression.

En excès: le corps exprime d'une manière débordante ce que l'être vit.

En anarchie: le corps ne se soumet plus aux lois de l'harmonie. Il vit sa propre loi, comme dans un cancer.

Or, le corps est d'une pièce et peut nous montrer le chemin de notre unité. Cette unité est primordiale: « l'union fait la force », disons-nous. A un autre niveau, toutes les grandes religions ont parlé d'un Dieu unique.

Lorsque nous constatons que notre corps ne fonctionne pas d'une manière uniforme, c'est bien qu'il reçoit des ordres fragmentés de l'être qui l'habite. Souvent, nous occupons un «satellite » de nous-mêmes, une idée persistante, l'image d'un personnage auquel nous nous identifions, une obligation de faire quelque chose à tout prix. A ce moment-là, le corps exprimera cette focalisation sur un certain plan. Il le fera d'une manière bien précise car il obéit à toute une symbolique.

Nous redécouvrons alors la valeur profonde de phrases dites spontanément comme « j'ai reçu une douche froide; j'en ai plein le dos; il me pèse sur le système..... ». A l'inverse, nous disons: « avoir les pieds sur terre; être posé », affirmations qui situent bien le vécu corporel chez un être centré.

A l'aide de nos différents sens de perception, nous pouvons saisir des sensations, des impressions, des sentiments qui nous permettent de capter notre état de corps, notre état d'âme et notre état d'esprit. Lorsque nous prenons conscience de ces états, la force de croissance et d'harmonisation innée à chaque individu peut effectuer son travail de maturation et d'intégration en soi et, par là, dans la société.

Ainsi, pouvons-nous expérimenter qu'il suffit d'être plus présents à nous dans nos différents états pour que la vie y circule plus librement.

Commentaires

Bonsoir je me présente jean-philippe jason, je vous invite à venir découvrir mon ouvrage: "épanouissement,désirs et sexualité " exercices de sophrologie en visitant mon blog
http://eclosion83136.canalblog.com
Je vous remercie de votre attention et je vous souhaite une bonne soirée.
Cordialement.
Jean-philippe.

Écrit par : jason | 05 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.