03 août 2009

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A DANS LE CADRE DE LA GROSSESSE

Réponse à la question d'un lecteur sur mon article « 84 millions pour des vaccins anti-grippe »

On peut la formuler aussi par « quelle est la place d'une vaccination lors d'une grossesse? »


 Il s'agit d'une question très stimulante. Rien que sur Google, j'y ai trouvé 329 000 références!

J'essaie de prendre en compte un maximum d'éléments si une femme déjà enceinte ou en vue d'une future grossesse me pose la question . Chaque être humain étant unique et avec ses capacités spécifiques de fonctionner, il s'agit de s'adaper à chacune.

Je vais considérer la situation d'une femme en bonne santé générale et sans traitement. Sinon, la situation générale est à estimer au mieux en ajoutant l'impact de la pathologie et des traitements en cours.

Nous pouvons établir 5 niveaux bien distincts qui sont toutefois très interreliés:

1- Considérer la femme en soi et toute la richesse de ses organes et de ses fonctions.

2- La situation de grossesse qui s'ajoute à cet état avec tous ses besoins mais aussi tous ses pouvoirs adaptatifs et l'intensité du processus.

3- Son environnement et son mode de vie.

3- La grippe A en soi. De quoi s'agit-il? Comment se mobilisent les virus?

4- La vaccination et le vaccin.

 

Depuis le début de l'année, nous sommes sous l'invitation pressente de vaccinations : rougeole, HPV et maintenant la grippe A. Avec un tel système de considérer la confrontation avec les maladies, les citoyens perdent toute détermination à utiliser leurs capacités cognitives, sensibles et pratiques pour accompagner les processus pathologiques dans leur corps.

Plus quelqu'un est en relation avec son corps, plus il sera en confiance et actif pour sa santé tout en sachant demander l'aide adéquate au moment opportun.

Avant de se lancer dans l'aventure d'une grossesse, il vaut donc la peine de prendre le temps de définir son état de santé général et s'offrir une hygiène de vie la meilleure possible. Toutes ces attitudes et démarches contribuent à un bon état immunitaire, soit pour éviter les maladies soit pour les traverser aisément.

L'état de grossesse mérite aussi quelques réflexions. Même si c'est l'utérus qui porte l'embryon puis le foetus, le corps tout entier, l'âme et l'esprit sont mis à contribution. C'est un tout dans ce qui pourrait resembler à un cocon énergétique. Ainsi, la femme a souvent d'instinct l'envie de rester « dans son coin », à ne pas fréquenter les foules, ne pas faire de gestes brusques, etc. Si elle est à l'écoute de son vécu intérieur, intuitivement elle évitera bien des situations toxiques ou contagieuses. Il y a donc un ensemble de mesures à suivre, ce qui protège contre bien des agresseurs et types d'agressions.

Lorsqu'on pense à une vaccination, on se focalise sur un seul agent au lieu de se parer contre beaucoup. Il ne faut pas se leurrer: il y a l'agent infectieux montré du doigt par tous mais il existe bien plus d'agent susceptibles de nous affaiblir. Autant être globalement parée.

Selon l'environnement et le mode de vie, une femme peut profiter de l'existence pour parfaire son cocon protecteur ou, au contraire, l'effilocher constamment. Ainsi, devra-t-elle se méfier des potentialités d'agression de diverses natures. De même, une femme qui garde les mêmes responsabilités durant la grossesse qu'en temps normal aura plus de peine à entretenir son « cocon ».

Si nous ne considérons un élément que pour lui-même, nous ne reconnaissons pas que chaque être humain est un individu, c'est-à-dire un être non divisé. Tout est dans tout et un événement qui se passe à un endroit aura des retentissements partout. Souvent, nous n'en prenons pas conscience mais des être sensibles peuvent le percevoir. - C'est aussi par la connaissance des circuits réflexes ou énergétiques qu'oeuvrent les réflexologies ou l'acupuncture.-

Prenons le cas de l'injection d'un produit:

Tout d'abord, nous ne respectons pas les lois naturelles de protection car nous entrons par effraction, nous ne tenons pas compte des filtres de la peau. Cela représente par conséquent un stress pour l'organisme. Stress d'autant plus important que cet organisme est déjà peut-être en train de chercher un équilibre suite à une autre perturbation. De plus, lors de la vaccinaion, nous injectons un liquide avec une intention précise mais le liquide une fois dans le corps obéit aux lois du lieu, rencontre ce qui est sur son passage, se fait métaboliser comme le système le peut et pas forcément comme on a décidé qu'il le pourrait. D'où des surprises locales ou générales, immédiates ou à long terme.

Et le vaccin de la grippe A en soi? Déjà, il s'agit de relativer sa portée. Il est fait avec le virus d'ici et maintenant alors que ce virus, comme tout élément vivant, va se modifier, voire muter, par conséquent le vaccin peut perdre de sa puissance. D'un autre côté, si nous éliminons un virus, il peut laisser la place à d'autres virus qui sont peut-être plus dangereux.

D'autres éléments soulèvent des questionnements. Le battage mondial qui accompagne cette épidémie est suspect. Evidemment, plusieurs hypothèses sont émises dans différents sites internet comme la contamination accidentelle par certains laboratoires, ce qui stimulerait la production de vaccin. Il est effectivement curieux de constater que le battage a démarré peu avant l'investissement de 10 Millions d'euros dans la construction d'une fabrique de vaccins au Mexique..

Certains parlent de bioterrorisme. Ce qui est vrai, c'est que des sommes colossales sont en jeu

Il est aussi louche qu'il y ait autant d'accords entre l'OMS et les fabricants de vaccins, Les laboratoires ne sont pas des oeuvres charitables. Quand ils offrent des doses de vaccin, quelles contreparties attendent-ils de l'OMS? Par exemple un battage en Afrique qui est actuellement peu touchée?

Je m'étonne que les scientifiques ne se dressent pas en choeur pour dénoncer les procédés de mise sur le marché à grande échelle d'un vaccin à peine éclos. Alors qu'ils sont tellement à cheval sur des tas de dogmes scientifiques quand il s'agit de critiquer les médecines alternatives, ils se tiennent cois pour un sujet aussi grave.

Ce qui est inadmissible, c'est de faire une telle propagande – on utilise maintenant même un comédien pour faire pression sur le peuple- Ainsi donc le gouvernement peut donner subrepticement l'impression qu'il n'est pas nécessaire de rendre obligatoire la vaccination. Au lieu de regrouper tous les acteurs de la santé et voir les différentes stratégies à mettre en place dans les différents groupes de population, le gouvernement simplifie un maximum la solution d'un problème sanitaire complexe en soi et ordonne des dépenses qui viennent gréver dangereusement notre système d'assurance maladie qui, lui, est déjà réellement et gravement malade.

Alors, Mesdames, sentez-vous fortes de votre grossesse et soyez attentives un maximum à toutes les exigences d'un état aussi particulier. Protégez-vous de toutes les influences médiatiques. Et si vraiment vous êtes dans un environnement et ne pouvez pas vous en extraire ou le modifier, alors laissez-vous vacciner si vous ne connaissez pas d'autres systèmes de prévention. Toutefois, pas dans les 3 premiers mois où l'embryon se forme et se révèle être très sensible à toutes sortes d'influence. Et surtout, gardez votre joie d'être enceinte; c'est le plus puissant des remèdes.

Les commentaires sont fermés.