11 juillet 2009

QUEL MINISTRE DE LA SANTE ESPERER?

QUEL PROFIL DOIT-IL AVOIR POUR GERER UNE MEDECINE CONTEMPORAINE?


 La médecine contemporaine est celle qui relève les défis de notre société actuelle.

Elle doit s'adapter aux transformations de l'être humain, de ses acquis récents et de...ses finances.

Elle doit prendre en compte les médecines complémentaires selon notre dernière votation.

Elle doit faire une synthèse de ce qui est pratiqué afin d'élargir l'éventail des méthodes et des produits adéquats à maintenir ou, du moins, améliorer au maximum l'état de santé de la population, avec le geste juste au moment opportun.

Dans la gestion des soins, il est temps d'élargir les critères et de ne pas se cantonner dans les postulats ou les dogmes de la médecine académique. Celle-ci devenue, avec le temps, une médecine très organique, au raisonnement trop souvent linéaire, qui s'appuie de plus en plus uniquement sur les produits issus de nos industries pharmaceutiques. De plus, le coût de cette médecine devient prohibitif.

Il est temps de pratiquer la médecine précoce, celle qui s'occupe des perturbations de l'organisme avant qu'elles ne se fixent en une maladie chronique. Celle qui reconnaît qu'un être humain est d'abord un être animé, avec une âme et un esprit qui dirigent les systèmes physiologiques. Les thérapies doivent, par conséquent, se porter aussi sur ces dimensions-là de l'être humain.

De plus, nous pouvons parler de « médecine intégrale » lorsque le praticien prend en compte, en sus des symptômes, l'étape de vie que le patient traverse ; le médecin l'aidera alors à développer les potentiels indispensables pour franchir les différents éléments de l'épreuve de croissance intérieure qu'elle suscite.

Certaines démarches thérapeutiques s'y prêtent et il s'agit de définir lesquelles. Nous avons donc à regrouper et à classifier les différentes médecines. Actuellement, on en parle trop souvent en les mettant toutes sous la même appellation, sans se soucier qu'elles correspondent à des plans très variés - ou même seulement à des parties limitées de ces plans - de l'individu.

Alors, que peut faire un ministre de la santé dans un pareil chantier? En fait, comprendre que tous les éléments nécessaires à l'organisation générale de l'art de soigner existent déjà mais un peu trop pêle-mêle. Il s'agit de clarifier les différents secteurs avec un nouvel état d'esprit. Il vaut la peine d'engager des collaborateurs pleins de bon sens et sans a priori, des personnes non spécialisées dans un système particulier, qui sachent pratiquer une vue d'ensemble multidimensionnelle, qui soient à même de repérer les incohérences de ce qui existe actuellement, qui puissent percevoir les liens entre les différents secteurs, qui connaissent la théorie des ensembles que nous ont proposée nos professeurs de mathématiques, afin d'en présenter un tout cohérent.

Le ministre de la santé est celui qui coordonne toutes ces informations, bilans et structures en un seul corps, de même que l'être humain est une entité insécable dans laquelle tout est relié et où chaque organe a son rôle à jouer. Le ministre doit savoir utiliser, voire créer, les structures adéquates à la mise en pratique de l'organisation d'une médecine intégrative qui tienne compte de notre unicité.

 

 

Commentaires

Ce n'est pas un ministre de la santé que vous demandez, mais St-François d'Assise!

J'espère que contrairement aux français qui demandent tout de l'Etat (on voit le résultat), chaucune des parties doit prendre ses responsabilités: l'Etat, l'assurance maladie, le médecin, le patient.

Écrit par : oceane | 12 juillet 2009

Merci, Océane, de préciser que chacun a sa part.
Puisqu'il s'agit maintenant de choisir un ministre de la santé, autant présenter un programme qui stimule la conception d'une prise en compte le plus global possible de la réalité plutôt que de continuer avec des morceaux qui ne tiennent pas ensemble et qui coûte très cher à la communauté.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 12 juillet 2009

Salut je suis très satisfait de la façon dont vous travaillez,je penses que la medecine traditionnelle a beaucoup apportè dans ce dite domaine .
Comme on dit l'experience fait la difference mais votre talent est en train de se mesurer à travers le monde entier.
Vous etes dans une très bonne lancèe et je penses que tout le monde entier est à coeur joie avec vous car les gens ont toujour confiance en vous.

Moi personnellement je suis très satisfait de votre travail et je suis pret à apporter mon soutien au moment que vous en aurez besoin. Je vous remerçie.

Écrit par : moussa ndiaye | 13 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.