06 juillet 2009

LA PENURIE DES MEDECINS

Dans certaines régions et dans les statistiques pour les années à venir, il nous est annoncé une pénurie de médecins, spécialement de médecins de premier recours.


Le constat de la pénurie est flagrant quand nous considérons l'ensemble du système médical conventionnel. Toutefois, si nous prenons en compte l'ensemble des thérapeutes, nous remarquons une montée en nombre de praticiens alternatifs de bon niveau qu'il serait judicieux d'inclure dans le système de soin.


Nous évoquons beaucoup la notion de solidarité lorsqu'il s'agit de l'assurance malacie. Ce si beau principe, plus imposé que choisi librement du reste, ne devrait pas seulement être au niveau des assurés, sous forme financière, mais aussi entre les praticiens de tous processus thérapeutiques. Partager son savoir, ses connaissances, ses pratiques, ses expériences serait très profitable pour percevoir plus clairement la dynamique des systèmes de l'organisme qui aboutit aux pathologies.

De plus, les différents processus thérapeutiques, pratiqués par des personnes de sensibilité et de connaissance très variées,  permettent de s'adapter davantage aux caractéristiques et aux particularités de chaque individu et à ses possibilités de collaborer et de répondre au traitement. En outre, en acceptant un grand choix de produits élaborés de maintes façons, il est possible d'éviter des réactions secondaires ou allergiques voire des maladies iatrogènes.

Cette situation de pénurie apparente s'avère être une excellente opportunité pour offrir un nouvel équilibre à notre système de soin. D'autant plus qu'actuellement, notre conception de la thérapie est dans une période de passage en mettant le patient au centre, plutôt que la maladie, tant que faire se peut.

 

 

Commentaires

Bonjour Madame,

J'adhère totalement à votre point de vue. En travaillant pour le bien-être et l'évolution de l'être humain, la collaboration entre les professionnels devrait aller de soi. Malheureusement, la concurrence, la suspicion et le dénigrement se portent bien et empêchent de s'unir en vue d'un objectif commun. Comment faire pour que cela évolue? Bien amicalement

Ursulinia

Écrit par : claire-sophie horni | 06 juillet 2009

Merci, Ursulinia, de votre appui à ce qui devrait aller de soi.
Alors que nous sommes dans un monde de globalisation, il est étrange d'être si divisés pour un potentiel où nous nous rejoignons tous: celui de la santé.
Comment faire? Eveiller les consciences et les sensibilités afin de transformer les incohérences, les calculs financiers, les craintes du changement et prendre le droit de s'épanouir tant dans son corps que dans son âme et son esprit.
Toutes les démarches honnêtes de développement et de connaissance de soi permettent d'ouvrir nos sens davantage afin d'avoir une vue plus panoramique de la situation et de découvrir des sens plus subtils qui permettent de voir la réalité au-delà des apparences.
Je vous souhaite un été d'ouverture et de joie.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.