31 mai 2009

Pentecôte et nous

Ce cinquantième jour après Pâques nous amène l'Esprit Saint, selon l'Evangile. En quoi cet événement peut-il nous concerner ici et maintenant?


 Rendre grâce à l'esprit saint peut vouloir dire se connecter à lui, se relier à lui, se charger de lui. Comme nous rechargeons une batterie, du plus petit accumulateur au plus grand générateur, nous pouvons nous recharger petitement ou généreusement.

Qu'est-ce à dire dans notre langage bien matérialiste? Bon, tout matérialistes que nous sommes, nous connaissons tout de même le courant électrique, les courants laser, les énergies nucléaires et celles que nous attendons encore du CERN! Nous pouvons ainsi concevoir qu'il existe des courants toujours plus subtils auxquels nous pouvons nous connecter. Lorsque, par exemple, nous nous exposons au soleil, nous captons sa lumière et bien d'autres énergies encore. Ainsi, plus nous développons nos sens, plus nous pouvons recevoir des forces subtiles, des vibrations que nous ne savons pas encore mesurer, ce qui ne veut pas dire qu'elles n'existent pas.                                                         

Dans un certain monde scientifique actuel où bien de ses adeptes veulent tout contrôler, notre vie sur terre devrait se limiter à ce qui est défini. Toutefois, ce qui n'est pas défini ou pas encore définissable est bien plus vaste et peut nous rendre humbles face à l'incommensurable que nous pouvons pressentir comme infini. Dans ces dimensions-là, toutes les longueurs d'onde sont imaginables, y compris celles de l'Esprit Saint!


 

Les commentaires sont fermés.