21 mai 2009

LA FLAGRANTE REUSSITE D'UNE INITIATIVE POPULAIRE FEDERALE

 

 

Arrêtons-nous pour savourer la réussite et l'enseignement de l'initiative « oui aux médecines complémentaires »


 Le résultat positif hors norme pour une intitiative – tous les cantons et deux votants sur un – dénote d'un mouvement commun qui peut surprendre dans une société individualiste. Il est vraiment réjouissant de constater que les Suisses désirent aller de l'avant en la matière de la compréhension, de la prise en main et des modes thérapeutiques. Si chacun est conscient de l'efficacité de la médecine académique dans certaines conditions, il désire aussi avoir de réelles solutions pour d'autres situations où la science est encore en pleine recherche et où les médicaments peuvent être à double tranchant.

A signaler aussi que la formulation du contre-projet en allemand et en italien était: « Futur avec les médecines complémentaires ». Que les Suisse soient aussi résolument tournés vers le futur comme la votation l'a montré est très encourageant. La Vie fuit la stagnation et nous le ressentons!

Cette initiative venait vraiment du peuple et fut financée par lui. Lancée en automne 2004, elle fit son chemin, soutenue par des personnes qui se sont impliquées corps et âmes, avec beaucoup d'esprit! Cet engagement sur plusieurs années provenait de leurs expériences en médecines complémentaires, alternatives ou parallèles. Leurs convictions sont, par conséquent, inscrites dans leurs corps et leurs coeurs, ce qui donne une puissance et une volonté pour agir bien plus denses que si elles ressortaient uniquement de croyances.

Ce qui représentent aussi une mutation, c'est que pour étudier ces autres médecines il est indispensable de développer d'autres dimensions de l'être humain que la raison. Beaucoup de décisions médicales sont basées sur des statistiques qui sont toujours approximatives et qui ne montrent pas de quel côté de la balance sera le patient de ce jour . Tous nos sens doivent se développer pour percevoir des éléments qui proviennent de nos systèmes sensoriels et affectifs afin de sentir les différents mouvements intérieurs qui aboutissent au déséquilibre morbide.

Si la médecine scientifique nous a donné une base incontestable et incontestée, il est nécessaire de passer à des degrés plus souples et plus nuancés.

Commentaires

C'est vrai, il est temps de savourer ... avant de voir à quelle sauce nous serons mangés !

Écrit par : anne-Do Lapouille | 22 mai 2009

Merci, Anne-Do, de nous rappeler que rien n'est acquis complètement!
A quelle sauce seront effectivement apprêtées les médecines complémentaires?
Comment la médecine conventionnelle saura-t-elle intégrer ces thérapies?
Comment la médecine académique saura-t-elle utiliser ses données et ses instruments pour confirmer l'efficacité de ces thérapies pas si douces que cela?
Il y a vraiment une articulation à découvrir pour laquelle trop de personnes encore n'en voient pas l'avantage.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 24 mai 2009

Bonjour,

Je prend connaissance de votre action.
Je suis psychothérapeute en France. Au sein d'un groupement, Seniors et Sens et de l'association AMAVIE, "Union des usagers de tous les acteurs et usagers des médecines naturelles", nous menons une action pour freiner la domination des médecines "conventionnelles.
Il me parait important d'établir un pont avec vous, car l'action que nous menons sur le plan national répond en fait à une problématique planétaire....
Merci de votre réponse

Patrick Marter
06 09 88 97 25

Écrit par : Marter | 02 juin 2009

Les commentaires sont fermés.