07 mai 2009

IMPOSER UN CONCEPT POUR JUSTIFIER UNE DEMARCHE

« Grippe oblige, une garderie a été fermée », tdg du 6 mai »


 Avec une telle affirmation, il est facile de voir que l'être humain perd sa souveraineté et que la grippe peut alors devenir le sujet dont nous sommes les objets.

Il est triste de perdre notre dignité d'être humain et de laisser tout pouvoir à un fragment de cellule qu'est un virus.

Non, ce n'est pas la grippe qui oblige mais bien le système sanitaire qui a l'intention de contenir cette grippe dont plusieurs pays ont quelques malades. On s'attend depuis les dernières épidémies contenues à une pandémie. Il est regrettable de ne pas réfléchir davantage aux causes profondes d'un tel état de fait.

Au Mexique, nous savons que s'il y a eu des morts, ce n'est pas tant à cause du virus qui n'est que l'éboueur final mais à cause des conditions sanitaires du lieu. N'importe qui pourrait tomber malade s'il vivait proche d'une immense industrie de porcs dont les excréments, les urines et les déchets d'abatoir inondaient l'air et le sol, en rajoutant encore les résidus des hormones et des antibiotiques injectés à ces animaux.

Nous avons pu constater que la maladie de la vache folle provenait des nourritures animales qu'on leur donnait. De vouloir fausser la nature en donnant des produits animaux à des ruminants, on provoque des terrains où des virus ou prions ou ce qu'on n'a pas encore découvert trouvent un champ nutritionnel optimal. L'industrie alimentaire répètent se genre de faute en élevant des porcs dans des conditions monstrueuses. C'est du reste pour cela que l'entreprise américaine propriétaire de cet élevage est venue s'installer au Mexique où les lois sont plus souples, elle qui avait déjà eu des millions de dollars d'amende pour un sujet similaire aux USA.

Par conséquent, il est bien plus facile aux dirigeants d'imposer des mesures qui ne leur coûtent rien à eux mais beaucoup à la population plutôt que de revoir les facteurs profonds de déséquilibre de notre mode de vie.

 

Les commentaires sont fermés.