05 mai 2009

MEDECINE POLITIQUE ET MEDECINE HUMAINE

Réflexions à propos de la grippe porcine, nord-américaine et A(H1N1)

Porcine? Oui, mais les porcs ne sont pas ceux qu'on accuse!


  En lisant l'article de F. William Engdahl « Le Tamiflu et les porcheries industrielles » sur le site www.mondialisation.ca, 1er mai 2009, nous découvrons des informations bien particulières:

La grippe avait déjà commencé en février, ce qui a surpris les responsables locaux. « des résidents croyaient que l’épidémie avait été provoquée par la contamination des fermes d’élevage porcin situées dans la région. Ils estimaient que les fermes, exploitées par Granjas Carroll, polluaient l’atmosphère et les étendues d’eau des environs, ce qui, par ricochet, avait déclanché l’épidémie. Selon eux, la compagnie niait être responsable de l’épidémie et attribuait les cas à la “grippe”. Un représentant municipal de la santé a cependant déclaré que des enquêtes préliminaires indiquaient que le vecteur de la maladie était une espèce de mouche se reproduisant dans les déchets de porc et que l’éclosion était reliée aux porcheries

Granjas Carroll de Mexico (GCM) est justement une de ces fermes industrielles, une usine de concentration pour porcs. En 2008, ils ont produit presqu’un million de porcs industriels, 950 000 selon leurs propres statistiques.

 Les étendues de fumier situées autour des usines porcines de Smithfield Foods, sont probablement l’endroit où l’on déverse les matières fécales et l’urine d’au moins 950 000 porcs de l’usine chaque année. La coentreprise de Smithfield au Mexique, Norson, affirme qu’elle abat à elle seule 2 300 porcs quotidiennement. C’est énorme. Cela donne une idée du volume de déchets porcins associés à l’usine de concentration de La Gloria.

Selon les reporters du Times, « les résidents de La Gloria se plaignent depuis le mois mars que l’odeur des déchets porcins de Granjas Carroll entraînaient des infections respiratoires sévères. On a par ailleurs réclamé l’exhumation des corps d’enfants morts de pneumonie afin de les examiner. L’État de Veracruz a demandé à Granjas Carroll, propriété de Smithfield, de publier des documents concernant leurs pratiques de manutention des déchets. Smithfield Foods aurait refusé de commenter cette requête en disant ne pas vouloir « réagir aux rumeurs ».

Une récente étude de la Pew Foundation étatsunienne en coopération avec la Johns Hopkins School of Public Health insiste sur le fait qu’appliquer « des déchets d’animaux sur des terres cultivables contribue à un apport excessif en nutriments, contamine la surface des eaux, stimule la création de bactéries et la croissance d’algues aquatiques, et réduit ultérieurement les concentrations d’oxygène dissous de l’eau de surface ».

 

C'est là qu'entre en action la Médecine Politique:

 

Toujours selon la même source, nous découvrons que le Tamiflu, avant l'entreprise Roche, appartenait à une entreprise de...Rumsfeld, Secrétaire à la défense, qui en avait stocké pour un milliard de dollars, que Bush avait augmenté de 2 milliards. Depuis le début de la panique de la grippe porcine (non pas de la grippe porcine mais bien de la panique de la grippe porcine) les ventes de Tamiflu ont explosé.


Il en va de même pour les vaccins:

La pandémie de grippe porcine constitue une mine d’or pour une poignée de conglomérats du domaine de la biotechnologie. L'Union européenne a déjà donné le feu vert pour travailler avec Big Pharma afin de développer un vaccin contre la grippe porcine.


Et le rôle de l'OMS avec sa déclaration officielle qui est contredite par les études scientifiques:


« Les scientifiques qui étudient le virus arrivent au consensus que cette souche hybride de la grippe - au moins dans sa forme actuelle –
n’est pas de nature à être aussi mortelle que les souches qui ont causé les pandémies précédentes. »

(www.mondialisation.ca, article du Professeur Michel Chossudovsky, Ottawa)

 

 

Le jeu des médias

 

Alors que l'échauffement général des esprits a été bien stimulés et que la situation est préoccupante, les médias jouent un jeu facile en transmettant uniquement des chiffres, avec très peu de commentaires. Ainsi, il y a confusion entre les cas confirmés de grippe A(H1N1) et les cas de grippe tout court. Il est regrettable qu'il n'y ait aucune réflexion sur le phénomène lui-même.

 

 

Utilisation de la « pandémie »:

Affaiblir le mouvement de protestation sociale

Les déclarations de cette nature sur « l’inévitable propagation » de la maladie, crée, tout à fait délibérément, une atmosphère de peur, d'insécurité et de panique. Elles servent également à détourner l'attention des gens d'une crise économique mondiale dévastatrice qui entraîne le Monde dans la pauvreté et le chômage de masse, sans parler de la guerre au Moyen-Orient et des questions entourant les crimes de guerre de l'US-OTAN.

La Vraie Crise Mondiale se distingue par la pauvreté, l'effondrement économique, les conflits ethniques, la mort et la destruction, la dérogation aux droits civils et la disparition des programmes sociaux. L'annonce de l’UE d’une pandémie de grippe porcine sert inévitablement à affaiblir le mouvement de protestation sociale qui se propageait à travers l'Europe.

Les mesures d'urgence qui ont « fermé » des zones urbaines entières, sont largement perçues comme un prétexte du gouvernement de Felipe Calderon pour lutter contre la dissidence sociale grandissante envers l'une des administrations les plus corrompues de l’histoire mexicaine. Au Mexique, la parade du 1er mai, qui était organisée contre le gouvernement Calderon, a été annulée.


Notre responsabilité:

Cesser de courir après des affirmations globales et de jouer le jeu de politiciens grossiers.

Cesser de croire qu'un seul virus est responsable de morts alors qu'il ne fait que signer des états de santé désastreux dans des contextes sociaux et géographiques déplorables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.