08 avril 2009

LETTRE OUVERTE A XAVIER ALONSO

pour son article TdG du 8 avril 2009:

« Les médecines alternatives devront faire leurs preuves »


 Il est regrettable que vous ne saisissiez pas l'enjeu fondamental de la prochaine votation et que vous transmettiez cette attitude aux lecteurs TdG. Ou alors, vous êtes à la solde de manipulateurs, ce qui est encore pire. En tant que journaliste, vous avez au moins une responsabilité: celle de transmettre des faits authentiques.

Ce n'est pas à la suite du refus fédéral (P. Couchepin n'est pas le seul à décider..) des 5 médecines alternatives en 2005 que l'initiative a été instaurée mais en 2004 quand le Forum pour une Médecine Intégrative s'est rendu compte du trop peu de considération avec lequel « on » traitait les médecines alternatives et les produits de notre pharmacopée.

Non, Monsieur Alonso, le but des intitiants n'est pas d'abord de réintégrer les 5 - non pas « méthodes » car là aussi vous minimalisez le contenu de ces autres médecines – mais bien de leur donner leurs justes places à toutes.

Quand vous répétez comme d'autres l'ont fait avant vous que P. Couchepin argue que l'efficacité des traitements n'a pas pu être démontrée, vous êtes complice de sa profonde malhonnêteté puisque notre ministre a interrompu au dernier moment (2005), l'étude même où l'efficactié des médecines alternatives allaient être discutée scientifiquement – le PEK, programme d'évaluation des médecines complémentaires, en faisant détruire des dossiers et en licenciant des experts internationaux.

Monsieur Alonso, au lieu de dénoncer pareille forfanterie, vous vous faites l'allié d'un processus déplorable.

Vous écrivez aussi que « sans prendre position, Nello Castelli affirme que... », vous jouez son jeu qui camoufle qu'une certaine proportion des assureurs ne voient pas d'un bon oeil qu'on remette en médecine de base des prestations qu'ils peuvent proposer avec leurs assurances complémentaires avec lesquelles ils ont le droit de faire de l'argent et dont les limitations sont démontrables sans passer par des études scientifiques!

Alors que nous voyons bien que la médecine académique se heurte à ses limites, tant par les nouvelles maladies qui surgissent, que par l'incapacité de guérir certaines pathologies, que par le taux important d'effets secondaires, tout cela sans compter ses coûts qui dépassent les bornes admissibles pour le peuple, il est temps de prouver que d'être tous ensemble pour l'avenir va nous être profitable à tous.

 

fleur_blanc.jpeg

 

 

Les commentaires sont fermés.