11 décembre 2008

"MOBILISER LE GUERISSEUR INTERIEUR"

 

Je fais référence au titre d'un article lu dans Le Temps du 6.12.08 où le psycho-oncologue et jésuite allemand Eckhard Frick est interrogé au sujet de la place de la spiritualité au cours des maladies graves.

Dans ma note précédente, je fais allusion au fait que l'Avent invite à s'approcher de l'amorce d'une lumière intérieure que d'aucuns appellent le soi. A première vue, ce soi paraît si petit qu'il est plausible de se demander s'il est capable d'expansion. En fait, lorsque nous posons notre conscience sur lui, des forces potentielles de croissance se mettent en action et la clarté comme la densité de cette zone si intime croît à notre perception.

Suivant les principes de tout processus de croissance, cette entité passe par des étapes bien distinctes, similaires à celles de l'embryon dont les cellules se différencient de plus en plus précisément au cours de son évolution. De ce fait, apparaissent différents attributs de l'être humain qui deviennent de plus en plus nôtres.

Ainsi, le Temps de l'Avent nous invite à ressentir le renouveau de cette croissance qui peut se poursuivre tout au long de l'année et nous permettre de rencontrer, après diverses étapes progressives, notre maître intérieur, notre guide intérieur ou...notre guérisseur intérieur.

De ce lieu intime nous proviennent les intuitions les plus magistrales. Avec nos sens affinés par divers processus de croissance et de pratiques, nous pouvons capter ces intuitions dont l'originalité et la créativité prouveront qu'elles nous sont propres et dignes de confiance.

 

Commentaires

Bonjour !
Oui mais... (hélas !)
Il y a aussi un processus inverse qui est source - à mon avis - de nombre de maladies psychosomatiques.
Il faut être à l'écoute de son corps, en effet, et non pas des angoisses qui font déraper le corps.
Cela dit de façon purement empirique et sans prétention(s) professionnelle(s) !

:o)

Écrit par : Blondesen | 11 décembre 2008

Merci, Blondesen, d'apporter votre expérience du sujet.
Il existe effectivement le processus inverse : "hélas" si nous l'utilisons car il est source de désagréments multiples mais "heureusement" puisqu'il respecte le libre-arbitre propre à l'être humain(faire ce que je veux, où je veux, quand je veux, comme je veux).
Il est vrai que l'écoute du corps nous montre un chemin vers soi alors que l'angoisse nous emmène sur des voies annexes. Nous pouvons mentionner aussi le sentiment qui dénote de notre vibration affective du moment, à distinguer de l'émotion qui est une "ex-motion" donc un mouvement vers l'extérieur.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 décembre 2008

Bonjour et merci pour cette note!

J'aime bien cette description de la croissance symbolique de la lumière intérieure se reflétant dans la lumière extérieure qui grandit chaque jour, pendant les jours les plus longs de l'année.

D'autres traditions possèdent des symboles semblables. Ainsi les Juifs, avec Hanouka, allument chaque jour pendant huit jours une bougie supplémentaire, jusqu'à ce que toute la maison rayonne! Hanouka commence samedi 20 au soir cette année.

Bonnes expansions, donc!

Écrit par : y | 16 décembre 2008

Un chaleureux merci, y, pour ce témoignage qui illustre bien le symbole de mon message.
Je vous souhaite d'être très disponible à tout ce que Hanouka vous réserve.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 17 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.