28 novembre 2008

CHANGEMENT, TRANSFORMATION, TRANSMUTATION

 Ces trois mouvements de croisssance sont à l'ordre du jour, illustrés tant par le choc financier que par les événements climatiques.

La vie est en perpétuel changement, transformation ou mutation, notre société s'y colle, de gré ou de force. Est-ce que l'individu suit?

Il y a toujours en nous une partie pour qui un simple changement est déjà une montagne.

Nous vivons les transformations de notre corps plus ou moins harmonieusement.

Quant à transmuter notre esprit ou notre âme, il faut le grand chaudron de l'existence pour nous y forcer la plupart du temps. Un travail en conscience permet d'aller dans le flux de la croissance et de vivre alors ces transmutations dans la confiance plutôt que dans l'angoisse.

Il est offert à chacun d'oeuvrer afin de traverser ses phases de croissance dans le sens du courant plutôt que d'y résister.

Notre corps nous donne les indices de ces résistances: la fatigue, la nervosité, les symptômes physiques sont de bons signaux de notre refus de suivre le flux de la vie.

Actuellement, bien des individus ont compris qu'il vaut mieux respecter ce que la vie nous propose. Ils effectuent différentes recherches sur soi, dans un esprit de découverte d'autres dimensions d'eux-mêmes et de libération de leurs potentiels.

Au début, il est normal de barboter dans un mélange incroyable de méthodes (440 répertoriées rien que sur le Canton de Genève), utilisées de façon très diversifiées par les thérapeutes ou accompagnateurs (« coach » dans le langage moderne). Et puis, peu à peu, l'intuition se développe et chacun peut sentir de plus en plus clairement quelle est la démarche adéquate au moment opportun.

Jusqu'au dimanche 30 novembre se déroule à la Praille, à Genève, San Nat Expo qui est bien plus qu'une exposition puisqu'elle propose 4 conférences toutes les heures, que nous pouvons y faire des expériences sur nous-mêmes et chercher des moyens, par le contact avec divers thérapeutes ou médecins présents, d'accepter le changement, de nous transformer, voire de transmuter!

 

25 novembre 2008

Découvrons le CSMTP

 

 

Le Conservatoire des Savoirs Médicaux Traditionnels et Populaires (CSMTP) fut créé à Genève en février 2004.
Le but de cette Fondation est d'établir des liens indispensables au maintien et à la valoristion de ces savoirs médicaux traditionnels qui représentent un immense trésor pour l’humanité.
En effet, sous la pression de rapides changements économiques et sociaux, des pans entiers de ces savoirs accumulés durant des siècles sont menacés de tomber dans l’oubli.
Perçus comme des recours « alternatifs », leur consommation monte en flèche dans les pays occidentaux. Cependant, l’information adéquate manque souvent pour permettre un usage approprié.


Le Conservatoire des Savoirs Médicaux Traditionnels et Populaires a pour objectif :
. de mieux informer le public et le personnel de santé sur les
ressources, et la bonne utilisation des soins de santé traditionnels.
. de créer des ponts entre les détenteurs des savoirs médicaux d’ici et d’ailleurs, de manière à contribuer à la conservation de ces richesses issues des traditions du monde entier.


Genève, ville internationale et multiculturelle, s’avère être un terrain
particulièrement fertile pour une telle entreprise.


Des problèmes de reconnaissance des médecines traditionnelles à la santé publique et aux défis sanitaires et éducatifs, il n’y a qu’un pas que nous désirons franchir avec le thème de notre prochain symposium des 8 et 9 mai 2009 :
« Le manque d’accès à l’eau et les conséquences sur la santé »
Pour plus d’informations, veuillez consulter notre site : www.csmtp.ch

 

ou encore, vous pouvez nous visiter à San Nat Expo, du 27 au 30 novembre, à l'Hôtel Ramada de La Praille.

Le CMSTP y partage un stand avec le GRAMI (Groupe d'Appui à la Médecine Intégrative) qui présente les mêmes objectifs, limités toutefois à la Suisse.

17 novembre 2008

CHASSEZ LE NATUREL...

 

il revient au galop!

Avec son art pour la diversité: catastrophes climatiques, mesures scientifiques, écologie, sa manifestation de la limite de certaines ressources, etc...

Il en va de même en ce qui concerne la nature humaine: pour les soins corporels, les produits sont de plus en plus naturels. Pour l'alimentation, il nous est recommandé 5 portions de fruits et légumes par jour. Contre diverses maladies, faites du sport en plein air! Les bienfaits de l'eau de mer sont récupérés par les thalassothérapies.,,,

Pour notre santé globale, les méthodes alternatives se multiplient et s'affinent: 440 sont inscrites à Genève!

Par conséquent, Mesdames et Messieurs, il est temps de ne pas rester à la traîne et de venir vous instruire à SanNat Expo, Salon automnal des thérapies naturelles et de l'épanouissement personnel, à La Praille, en l'Hôtel Ramada.(dates et horaires ci-dessous)

Il y a même de quoi vous restaurer, afin de dynamiser votre tonus!

Outre les stands, vous pourrez y entendre de nombreuses conférences sur des sujets très variés avec des conférenciers d'origine diversifiée. Quatre salles proposent chaque heure un nouvel exposé. C'est dire que l'enthousiasme est grand!

Si vous désirez dialoguer avec les conférenciers, vous les rencontrerez aussi à leur stand. Vous pouvez également recevoir des conseils appropriés ou faire des expériences pour une meilleure connaissance de vous.

Le GRAMI (Groupe d'Appui pour la Médecine Intégrative) partagera son stand avec le CMSTP (le Conservatoire des Savoirs Médicaux Traditionnels et Populaires). Ils vous présenteront leurs actions pour une Médecine Intégrative, tant en Suisse qu' à l'etranger.

Vous y êtes donc les bienvenus, le jeudi 27 novembre de midi à 21h, les vendredi 28 et samedi 29 de 11h à 20h et le dimanche 30 de 10h à 19h.

Peut-être aurez-vous l'intérêt, le désir, voire l'audace de nous rendre visite?

 

14 novembre 2008

MEDECINES ALTERNATIVES : CONTRE-PROJET APPROPRIE

 

Le communiqué de l'ATS, publié le 29.10.2008 dans « le Temps » et qui concerne le retrait de l'initiative « OUI aux médecines complémentaires » est réducteur. Il est important de savoir que l'initiative a été lancée non seulement après le retrait de 5 médecines complémentaires du catalogue de l'assurance de base mais aussi à la suite de l'interruption du Programme d'Evaluation des Médecines Complémentaires dit PEK. Cette interruption survint peu avant que les résultats ne soient rendus et que des experts mandatés par le Fonds Suisse de la Recherche Scientifique n'aient pu délibérer. Des millions de francs des contribuables sont ainsi partis en fumée, d'autant plus que des documents importants ont dû être détruits.

D'autre part, le but de l'initiative propose une reconnaissance constitutionnelle des médecines complémentaires et pas seulement la récupération dans le catalogue de l'assurance de base des 5 médecines exclues par notre ministre de la santé en 2005. Il est temps que les thérapeutes possédant des diplômes sérieux aient un statut national et que les méthodes alternatives soient aussi l'objet de recherches scientifiques.

Une loi de ce genre a déjà été votée à Genève par le Grand Conseil en 1992 afin qu'un groupe multidisciplinaire, créé par la Faculté de Médecine, permette de reconnaître la valeur de ces autres médecines de manière qu'elles puissent participer à la santé de notre population et à l'économicité des coûts.

 

10 novembre 2008

MASCULINITE ET VIRILITE

 

Nous restons dans les éléments dont les femmes peuivent être démunies pour équilibrer la balance dans les assemblées politiques.

D'après les gènes, nous sommes peu différents entre nous, hommes et femmes. Nous sommes d'abord des êtres humains et agissons avec des forces dites yin et yang en chinois, qui indiquent mieux des polarités que nos masculin-féminin qui indiquent presque des oppositions!

Je rappelle que notre cerveau droit dirige notre côté gauche qui manifeste plus facilement la sensibilité et l'intuition. Le cerveau gauche anime le côté droit du corps et exprime plutôt la logique et la rationalité. Nous avons tous intérêt à garder ces deux tendances en équilibre. Pour ce faire, il est primordial que les informations circulent d'un cerveau à l'autre, ce qui est possible grâce aux commissures interhémisphériques.

Il est évident que, selon le bagage avec lequel nous naissons, le milieu dans lequel nous vivons, l'éducation que nous recevons, nous utilisons plus ou moins l'une ou l'autre structure et le passage entre les deux. Ainsi, les caractères féminins ou masculins s'affirmeront plus ou moins et de façon plus ou moins harmonieuse.

Il y a un élément qui anime toutes nos structures. C'est l'énergie vitale! En latin, vir-viris signifie l'homme (der Mann) mais aussi l'énergie vitale. Donc cette énergie appartient aussi aux dames!!! Il s'agit de cette force qui va droit au but et qui pénètre l'objectif. Si nous en faisons un juste usage, nous pouvons avoir un réel impact sur les éléments qui nous environnent..

Comment rencontrer cette énergie? Par la question: « que désires-tu? ». Le désir est cette force qui surgit de notre être tout entier, qui ne doit pas être confondu avec un souhait (conditionnel) ou une envie (partielle). Il est aussi distinct de l'aspiration qui vient de notre intimité la plus profonde.

Cette force virile est mise à mal actuellement autant chez les hommes que chez les femmes et , bien sûr, depuis l'enfance. Soit elle déborde, soit elle est contenue, soit elle est déviée.

Si nous nous mettons à l'écoute de cette force quand elle désire surgir en nous, nous prendrons conscience de la manière dont nous la considérons et la gérons, en en profitant, en la détournant de son objectif spontané (n'est pas égal à impulsif) ou en la castrant.

 

03 novembre 2008

OSONS ABORDER LES PARATRES

 Nous avons constatés que ce sont les seniors d'une soixantaine d'années, juristes de surcroît, qui furent élus en majorité pour notre Constituante genevoise. Ainsi donc, notre société croit avoir encore et toujours besoin de l'archétype paternel pour se structurer.

Dans une précédente lettre aux lecteurs, j'ai proposé qu'avant de réclamer la laïcité, nous développions dans notre inconscient judéo-chrétien l'archétype Dieu, Père et Mère, ce que les Amerindiens possèdent depuis longtemps, eux qui sont très proches des forces de la Nature.

Il y a une autre dimension que j'aimerais aborder aujourd'hui.

Dans notre culture, les contes présentent souvent le Roi, la douce Mère défunte et la Marâtre.

Le Roi a tous les pouvoirs pour régner. Il peut être absent pour ses enfants, ce qui semble tout-à-fait excusé dans les histoires...Déjà là, nous pourrions réagir comme l'auteur canadien Guy Corneau qui a écrit un livre à ce sujet: « Père manquant, fils manqué ».

Une autre dimension qui devrait nous faire bondir se trouve dans le fait que l'on décrive abondamment les horribles défauts des mères en le personnage des marâtres et que les défauts des pères, hormis les ogres dans quelques histoires, ne sont pas mis en évidence. Une fois de plus, le concept du père semble intouchable.

Je ne tiens nullement à détrôner la valeur des pères qui ont une lourde tâche mais je crois qu'il vaudrait mieux ne pas être complice des défauts des parâtres en maintenant ces dimensions-là sur un trône non mérité!

Citons quelques dérives de père en parâtre:

- L'autorité qui tourne en autoritarisme: « Tu dois m'obéir parce que je suis ton père! »

  • En se sentant responsable de la lignée familiale, le père peut imposer une profession à son fils.

  • Projeter sur son enfant ses propres désirs. En voici une anecdote vécue: une fille voulait pratiquer l'accordéon; son père qui avait toujours désiré jouer du piano le lui imposa. Après un an, la fille arrêta et, en plus, avait perdu son élan pour l'accordéon.

  •  

  • Imposer son mode de vie: tu dois te lever à l'heure où je me lève.

  •  

  • Il remet à la mère la responsabilité de l'enfant tout en justifiant son geste par un grand principe.

 

Il est à noter aussi que ce système est tellement ancré dans nos coutumes que ce sont souvent les épouses qui le maintiennent avec, par exemple: « Ne dis pas ça car ton père se fâchera » même si l'enfant a pleinement raison.

Nous n'avons justement pas à attendre qu'un père soit parfait mais il est temps de dénoncer ce qui procède du parâtre afin de retrouver un équilibre qui conduise à une réelle parité dans nos couples et dans nos assemblées. Ainsi, cette parité ne nous sera pas imposée par un article de loi, principe masculin par définition!