06 septembre 2008

et si les cantons fixaient le montant des primes?

Bonsoir,

J'aimerais partager avec vous cet article fort bien fait extrait de Le Nouvelliste.ch où vous trouverez aussi un commentaire de ma plume:

http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/suisse/et-si-les-cant...

Il est bon de constater que les ministres de nos Cantons, plus proches de la population, se regroupent et s'affirment face à la Confédération.

Bientôt, le peuple entier s'y mettra tant le sujet déborde de toutes parts!

Commentaires

Bonjour madame,
Je n'ai qu'une chose à dire, et j'en suis désolé de me répéter, mais une seule et unique solution existe à ce problème.
Dissoudre la LAMAL, l'abroger, la détruire...et non pas la remanier, la changer par ci, par là.
Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07 septembre 2008

Bonjour Monsieur Dumitrescu,

J'apprécie votre ténacité! Pour moi, ce qui est à transformer ou, si possible, transmuter, c'est la mentalité. Ainsi donc, la Lamal est une résultante de tout un travail humain et, tant que les gens réfléchiront et fonctionneront de la même manière, le résultat sera de la même espèce même si on nous le présente d'une autre façon.
C'est typiquement ce qui se passe maintenant avec les coûts de la médecine de base que l'on veut répartir selon d'autres paramètres mais où certains ne veulent pas remettre en question la nature des soins pratiqués.
Bien cordialement.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 07 septembre 2008

Ehhh...comment dire...on subventionne la seule médecine, celle qui est "officielle", comme si les autres (la chinoise, par exemple, 3 fois millénaire), ne soignait pas...
On subventionne la médecine qui fait appel à des machines très coûteuses, au lieu d'enseigner à mieux diagnostiquer....
L'immense majorité des médecins des pays soit-disant civilisés, occidentaux, sont juste de lecteurs de radiographie...
Les socialistes se plaisent à critiquer Couchepin, l'ami des assureurs, c'est vrai, mais sans la loi, les assureurs ne pourraient pas en abuser.
C'est la loi qu'il faut changer et au besoin abolir, tout comme il fut fait en 1996, en introduisant la LAMAL.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.