11 août 2008

Le Soleil Noir


De même qu'en couture il faut un patron pour découper un vêtement, de même le soleil a un modèle qui le conçoit. D'aucuns appellent ce modèle le soleil noir, sans doute parce qu'il n'est pas possible de le voir.

Pourquoi vous parler de ce soleil alors que nous avons l'impression de dépendre uniquement de notre soleil lumineux, chaleureux, joueur avec les nuages, rythmant nos jours et nos nuits? Parce que notre soleil se situe au niveau concret et qu' il est intéressant de se douter qu'il y a un niveau plus subtil qui en est le créateur.

Ainsi sommes-nous faits: d'un plan très matériel sur lequel nous nous voyons agir. Toutefois, certains individus ont le pressentiment d'un plan plus subtil et d'autres ont développé des sens qui permettent d'y accéder. Ce plan-là peut présenter différentes dimensions d'où différents témoignages de ceux qui les perçoivent.

Nous en avons tous fait l'expérience une fois ou l'autre, par exemple dans le domaine des idées créatrices quand nous désirons très fort une chose et que nous mettons tout en oeuvre pour la réaliser, la rendre réelle. Certains appellent cette dimension où nous trouvons ce genre d'idées le "corps mental supérieur".

C'est aussi dans ce lieu immatériel que sont fixées certaines idées d'où découlent des maladies chroniques. Pour approcher d'une guérison plus complète, il vaut la peine de savoir à quelle(s) idée(s) déposée(s) en ce lieu correspond la programmation de la dysharmonie physiologique qu'est une maladie. A ce niveau-là, on peut parler d'idées "noires"! Certaines démarches nous permettent d'aller extirper ces modèles morbides. Nous pouvons nous servir des jalons que sont les types de sensations douloureuses et émotionnelles ou encore les organes concernés car ils nous indiquent le type d'idée qui correspond à telle pathologie.

Je peux citer le cas d'une dame de 60 ans qui racontait spontanément qu'elle avait commencé à devenir sourde vers 50 ans quand elle décréta très fermement et absolument qu'elle ne voulait plus rien entendre de sa mère. On peut dire qu'à cet instant, elle plaça un modéle dans son corps mental supérieur.

Il existe des thérapeutes qui vous conduisent jusqu'à cet "étage" et vous permettent de prendre conscience du modèle toxique. Il y en a qui savent en voir la nature et ceux qui savent les dissoudre énergétiquement (ceux-là sont les plus doués!). Le vrai problème pour y accéder, c'est d'aspirer profondément à aller mieux, c'est d'en concevoir la possibilité et c'est se donner une disponibilité tant intérieure que pratique pour y parvenir.

Commentaires

D'autres, comme Démocrite, sont devenus volontairement aveugles...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11 août 2008

Je préfère proposer un chemin plus direct, même s'il serpente, d'ouvrir progressivement les yeux et les autres sens dans un geste intérieur de réceptivité toujours plus intense.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 11 août 2008

Et Oedipe se creva les yeux après avoir vu la vérité de ses actes!

Parfois, un mal de dos nous révèle qu'on en a plein le dos d'une situation...

Écrit par : Micheline Pace | 11 août 2008

Tout à fait juste. Il faut prendre du temps pour comprendre comment cela fonctionne et progressivement faire des exercices pour ouvrir sa conscience.
Mais cela fonctionne. Une chose qu'il ne faut jamais oublier. C'est remercier.
Il est évident que ce côté subtil (mental) contient les bonnes et les mauvaises pensées et lorsque l'on se laisse aller, il réagit. L'inconscient peut également agir directement sur lui et je peux vous certifier que l'inconscient est des fois bien plus fort que vous.
A bon entendeur. Inanna

Écrit par : Marinette | 12 août 2008

Merci, Inanna, pour votre témoignage.
C'est vrai que l'inconscient est très fort et nous dirige bien plus que nous ne le croyons. Toutefois, je dirais qu'il fait partie de notre être et si nous dévoilons (= enlevons le voile) progressivement de sa réalité, nous découvrons (=enlevons le couvert) d'une grande puissance. L'être humain n'utilise en général qu'une petite portion de son univers intéieur, comme s'il "n'habitait" que la partie visible de son iceberg.
Effectivement, l'esprit de gratitude apporte une ouverture du coeur qui élargit notre horizon.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13 août 2008

Bonjour Mme Pace, Bonjour M. Dumitrescu,
Merci de nous rappeler les histoires très puissantes de la mythologie ou des légendes. Ce qui s'avère important pour nous est de comprendre en quoi elles nous concernent dans notre vie actuelle.
Quand est-ce que je me crève les yeux avec l'illusion que la réalité que je refuse de voir va se modifier?
Qu'est-ce que je suis en train de vivre pour crisper pareillement mon dos? Qu'est-ce que je ne veux pas ressentir et que j'enferme dans ma contraction?
Toute contraction est comme un étau: ce qui importe, c'est ce que nous enserrons dedans.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13 août 2008

Pour certains, ces contes, sont des légendes, mais pour d'autres...des leçons...
Savoir y lire...entre les lignes...est-ce une qualité...clairvoyance...?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13 août 2008

Je dirais que les contes et légendes sont à lire avec notre être intuitif plutôt que rationnel. Cela implique de s'ouvrir à la symbolique. La clairvoyance est pour moi plutôt un sens subtil qu'une qualité. Comme pour tous les sens, nous naissons avec un niveau plus ou moins éveillé de ce sens; par conséquent certaines personnes l'ont plus activé que d'autres. En l'exerçant et le pratiquant, il peut se développer ou encore notre conscience peut percevoir davantage ce qu'il capte.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14 août 2008

Bonjour madame de meuron,

Je ne suis pas sur que ce soit, le bon article, mais je vais laisser mon commentaire ici...

"Quelqu'un en Grèce dit, à peu près : "la médecine des Daces est mieux qu'en Grèce, car ils soignent l'esprit avant de soigner le corps, et si l'esprit ne peut pas être soigné, ils ne soignent même pas le corps" (a retrouver)... séparation entre esprit et matiére, médecine holiste)"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Religion_des_Daces

Selon les romains..."Mens sana in corpore sano"...

Cependant, ces 5 mots ont été détournés de leur sens premier.
En effet, le poète voulait dire que l'homme, s'il est vraiment sage, ne doit demander que la santé de l'âme avec celle du corps. "Orandum est, ut sit mens sana in corpore sano"("Il faut prier afin d'obtenir un esprit sain dans un corps sain") est la citation complète.

Maintenant, on l'utilise pour engager à cultiver aussi bien le moral que le physique, les études ou le travail que le sport.
On ne peut vivre avec l'un sans l'autre.

Variante: 'mens fervida in corpore lacertoso' : un esprit ardent dans un corps musclé.

Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19 août 2008

Bonjour Monsieur Dumitrescu,
J'apprécie bien votre "mens fervida in corpore lacertoso"!
Ce qu'il manque dans la locution de base, c'est le pont entre l'esprit et le corps: le coeur ou l'âme (pour un certain sens qui lui est donné). Avec votre "fervida" que je traduis par ardent, je sens cette élan de notre feu intérieur sis dans le coeur.

Pour soigner l'esprit dans le corps, il faut certes 1) le concevoir), 2) le vouloir, 3) s'en donner les moyens par une certaine "hygiène de pensée" et d'activités quotidiennes pour apporter les "nutriments" nécessaires.
Puis vient la thérapie pour déterminer chez chacun sur quoi il butte afin d'accomplir cet équilibre. Il peut s'agir alors d'un travail d'orfèvre!
Je vous souhaite de saines rélexions!!!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20 août 2008

Les commentaires sont fermés.